ANP Le Président Bazoum réaffirme son engagement à renforcer la lutte contre la corruption au Niger ANP Echanges à Niamey entre le premier ministre Ouhoumoudou Mahamadou et le président de la commission de la CEDEAO ANP Fête de l’indépendance : Des honneurs rendus à plusieurs personnalités ANP Fête de l’arbre sous le thème de ‘’valorisons le moringa pour améliorer l’économie locale’’ ANP Education : Bazoum promet une grande politique de réformes de l’éducation AGP Guinée/Vente de poissons fumés : M’ma Hawa Camara la soixantaine, témoigne les difficultés dont elle fait face dans la pratique de ce métier AIB Interdiction du port du voile au travail en Europe: «une violation des droits des femmes musulmanes», OCI AIB Burkina/Réouverture des frontières : Le gouvernement attend un certain niveau d’immunisation de la population (ministre) ABP Spécial 1er août / « 61 ans d’indépendance doit être compris comme l’expression d’une gouvernance rigoureuse », dixit Charles Gagnon de la 17ème circonscription électorale AIB Zondoma : La publication de l’information budgétaire, bientôt une réalité dans les communes partenaires de l’AMR

Clôture à Bangui de l’atelier de vulgarisation sur la violence et harcèlement dans le monde du travail


  19 Octobre      57        Société (34632),

   

Bangui, 19 oct. (ACAP)-Madame Damala née Ouenzo Augustine, inspecteur principal de travail a déclaré samedi, 17 octobre 2020 à Bangui, lors de la clôture des travaux de atelier de vulgarisation que la violence et le harcèlement dans le monde du travail nuisent à la santé psychologique, physique et sexuelle du personnel.
Madame Augustine Damala a indiqué que la violence basée sur le genre (VBG) peut être définie comme tout acte nuisible contre la volonté d’une personne et qui est basée sur des différences entre hommes et femmes attribuées par la société.

L’inspecteur principal du travail Madame Damala a démontré qu’il y’a quelques formes de violence entre autres les violences physiques dont les effets sont visibles sur le corps, les violences psychologiques, lorsqu’une personne adopte une série d’attitudes et des propos qui visent à dénigrer et à nier la façon d’être d’une personne, les violences sexuelles (harcèlement sexuel, la prostitution forcée, viol, la pédophilie), et la violence émotionnelle.

« à l’instar de nombreux pays, les populations et notamment les femmes, et les filles de la République Centrafricaine souffrent des conséquences désastreuses de ce fléau qui sont pratiquées au sein des communautés », a rappelé Mme Damala Ouenzo .

Selon elle, la violence basée sur le genre est un sujet important qui nécessite une attention particulière et qu’il est important que chaque entité joue un rôle de sensibilisation, et veiller sur ces comportements et attitude qui sont à bannir.

Pour elle, en vue de prévenir et éliminer la violence et le harcèlement dans le monde du travail, chaque personne doit respecter, promouvoir et réaliser les principes et droits fondamentaux au travail à savoir la liberté d’association et la reconnaissance effective du droit de négociation collective.

Il faut rappeler que cet atelier de 72 heures à regroupé les points focaux genre du développement ministériels, les directeurs des ressources humaines des sociétés privées, les délégués du personnel, les centrales syndicales et le patronat.

Dans la même catégorie