- FAAPA FR - http://www.faapa.info -

Derniers hommages de la communauté de l’ACP au journaliste Blaise Mongaw Lekuku

Kinshasa, 21 février 2021 (ACP).- Les agents et cadres de l’ACP ont rendu les derniers hommages à leurs confrères, le journaliste Blaise Mongaw Lekuku, décédé à Kinshasa le 13 février 2021, au cours d’une brève cérémonie organisée à la résidence du défunt dans la commune de N’Djili, peu avant l’acheminement de son corps au cimetière de Kinkole dans la commune de la N’Sele où il a été inhumé.

Le Directeur de la Rédaction, Mathieu Yoha, a, dans son oraison funèbre, exprimé au nom du président du Conseil d’administration, Mme Nicole Dimbambu Bwanga, du Directeur général Lambert Kaboyi ainsi qu’en celui de tout le personnel de l’Agence congolaise de presse (ACP), ses mots de compassion à la famille biologique de l’illustre disparu, avant de saluer les loyaux et remarquables services qu’il a rendus à ce média public ainsi qu’à la Nation congolais à travers sa plume.

Il a salué les qualités morales, intellectuelles, professionnelles et sociales qui ont marqué la vie du défunt Mongaw. Parlant de sa brève biographie, le Directeur de la rédaction de l’ACP a indiqué que ce fils de la province du Mai-Ndombe et plus précisément de la localité de Mbien dans le territoire de Kutu, était licencié en droit de l’Université de Kinshasa (UNIKIN).

Engagé à l’ACP en août 2004 comme journaliste-reporter au grade de chef de bureau adjoint 1er échelon, le feu Mongaw Lekuku, grâce à son savoir faire, a évolué à la Rédaction centrale dans différents Desks notamment Urbain, Economique, Publication et Nation.

Depuis 2017, il a assumé les fonctions de secrétaire de rédaction avec le grade de chef de bureau principal. Ouvert, jovial et blagueur, Blaise Mongaw, a poursuivi le Directeur, était un homme de paix ainsi qu’un professionnel de médias faisant preuve d’un sens aigu du devoir et de responsabilité. Il a enfin, rappelé à tout le monde présent, que la mort est un phénomène naturel et inéluctable.

« La mort ne s’annonce pas, elle ne prévient pas, elle ne prend pas rendez-vous, elle surgit. C’est donc un invité inopportun. Nous devons donc toujours être prêts », a-t-il conclu.