MAP M. Bourita à Bamako porteur d’un message d’encouragement, d’amitié et de solidarité APS UN PROJET D’ASSISTANCE SOUS FORME DE TRANSFERTS MONÉTAIRES CIBLE PLUS DE 145.000 PERSONNES DANS 12 DÉPARTEMENTS APS MACKY SALL : « LE TER VA DÉMARRER DANS LES PROCHAINS MOIS » AIP Côte d’Ivoire –AIP / Le journal  » l’Inter  » rafle le prix du meilleur organe de presse de la CAIDP ANP Des journalistes ouest-africains en formation sur la lutte contre les crimes économiques et financiers ANP Rencontre des Cadres de la Communication : Les participants recommandent un rehaussement des subventions allouées au secteur APS LE PRÉSIDENT SALL PRESSE LE GOUVERNEMENT D’ACCÉLÉRER LES RÉFORMES DANS PLUSIEURS SECTEURS APS AGROÉCOLOGIE : DES ORGANISATIONS PAYSANNES ET DE LA SOCIÉTÉ CIVILE PEAUFINENT LEUR CONTRIBUTION À LA POLITIQUE AGRICOLE NATIONALE APS MAGAL 2020 : SONATEL RENFORCE SA PRÉSENCE APS VERS UN ALLÉGEMENT FISCAL POUR LA PRESSE ET LE TOURISME SUR LA PÉRIODE 2020-2021

Causerie-débat sur les effets néfastes des punitions physiques et humiliantes faites aux enfants


  4 Septembre      7        Société (23190),

   

Bouaké, 04 sept 2020 (AIP)- Le Forum des ONG et associations d’aide à l’enfance en difficulté a organisé jeudi 03 septembre 2020 au centre social de Bouaké une causerie-débat sur les effets néfastes des punitions physiques et humiliantes faites aux enfants dans le cadre de leur éducation au sein de la cellule familiale ou à l’école.

Selon le point focal du Forum à Bouaké, Baba Koné, cette initiative visait à faire comprendre aux parents et aux enseignants que la violence, qu’elle soit physique ou verbale, n’est pas le meilleur moyen pour assurer l’éducation d’un enfant et qu’il existe d’autres alternatives.

« Il s’agissait d’amener les parents à trouver d’autres moyens alternatifs pour l’éducation de leurs enfants au lieu d’user de la violence. Car, comme on le sait, la violence engendre toujours la violence », a-t-il indiqué.

En sa qualité de représentant de l’administration scolaire à cette causerie-débat, le chargé de projet de la direction régionale de l’éducation nationale de Bouaké 1 (DREN-Bouaké1), Abdramane Ouattara, a déploré les punitions physiques et humiliantes qu’administrent certains enseignants aux à l’école.

A l’en croire, cette solution de la violence n’est pas la mieux indiquée dans la mesure où elle a de graves conséquences sur le développement de l’enfant et est très souvent même la cause des abandons ou des échecs scolaires. « La solution n’est pas la chicotte. On peut faire changer de comportement à un enfant au moyen de la communication et en faisant preuve de beaucoup de patience », a préconisé M. Ouattara.

A l’issue de cette causerie-débat, chaque participant a reçu un exemplaire de l’arrêté portant interdiction des punitions physiques et humiliantes à l’endroit des élèves des établissements scolaires pris en 2009. Dans cet arrêté, il est formellement interdit à tout enseignant du secteur public ou privé d’infliger aux élèves des punitions physiques et humiliantes sous quelque forme que ce soit.

(AIP)

Dans la même catégorie