MAP « Africa Innovation Week 2020 »: L’EMSI remporte le Grand Prix et quatre médailles d’or AGP Gabon/Covid-19: Une opération d’appui aux personnes vulnérables lancée à Libreville AGP Gabon: Le Syndicat la Sentinelle souhaite des réformes profondes de la Marine marchande AIP 69 nouveaux cas de COVID-19 le 19 septembre 2020 (Ministère) AIP Présidentielle 2020: La coordination RHDP de Gbêkê 2 lance la précampagne du candidat Alassane Ouattara AIP Une campagne contre la poliomyélite lancée à Béoumi APS INONDATIONS : 1.903 MÉNAGES SINISTRÉS DANS LA RÉGION DE KAFFRINE APS AUTOSUFFISANCE EN RIZ : MACKY SALL MISE SUR LE RIZ DE PLATEAU APS AGRICULTURE : MACKY SALL DIT ÊTRE SATISFAIT DE L’ÉTAT DES CULTURES AGP Mamou/Présidentielle: Début de l’opération de distribution des cartes d’électeurs

CONGO : LE RGPH-5 POUR UN SUIVI-ÉVALUATION EFFICIENT DES PROGRAMMES DE DÉVELOPPEMENT


  21 Juillet      7        Société (22830),

   

Brazzaville, 21 juillet (ACI) – L’Institut national de la statistique
(Ins) a organisé, le 20 juillet à Brazzaville, un atelier en vue de
susciter un large consensus et promouvoir l’utilisation extensive des
données et des résultats du 5ème Recensement général de la population et
de l’habitation (Rgph-5) pour un suivi-évaluation efficient des
politiques et des programmes de développement au Congo.

Organisé en partenariat avec le Fnuap, cet atelier, qui a réuni les
producteurs et les utilisateurs des données du Rgph-5, fait partie des
activités préparatoires importantes pour la finalisation des outils de
collecte des données du dénombrement. Il vise à prendre en compte les
besoins des utilisateurs des données du Rgph-5 dans une approche
participative des principaux acteurs.

Ouvrant les travaux, le directeur général de l’Ins, M. Gabriel Batsanga,
a indiqué que le but du Rgph-5 est d’actualiser les données sur les
caractéristiques de la population et des logements aux niveaux
géographiques les plus fins.

Selon lui, la mise en œuvre du Rgph-5 est dans sa phase de préparation
du dénombrement.  Elle est prévue du 20 septembre au 20 octobre 2020,
avec le lancement des activités telles que la finalisation des outils de
collecte des données, la préparation logistique, le recrutement, la
formation et le déploiement du personnel, a-t-il souligné.

Aussi, il a fait savoir que contrairement aux recensements de 1974,
1984, 1996 et 2007, le Rgph-5 utilise les nouvelles technologies de
l’information et de la communication (Ntic) pour la collecte des données
et la dissémination des résultats.

La cartographie censitaire se poursuit actuellement avec le traitement
des données et la production des cartes des zones de dénombrement. La
collecte des données du 4 mars au 30 juin dernier a permis de disposer,
pour la première fois au Congo, d’une base de données géo-référencées
des localités et des infrastructures socio-économiques de base pour les
besoins d’aménagement du territoire et de suivi de la politique de
décentralisation, a-t-on appris.

Pour le représentant résident du Fnuap, M. Mohamed Ould Moujtaba, la
statistique est un produit de consommation que les utilisateurs
associent pour donner de la vie en matière de biens et donner leur avis
si la qualité du produit est importante.

A cette occasion, il a espéré que cette initiative va permettre de jeter
les bases d’un partenariat qui va consolider cette concertation au-delà
du recensement et d’autres opérations. « Le produit statistique est
soumis à la loi du marché et à l’élasticité de la demande parce que si
le produit statistique n’existe pas, les gens cherchent un substitut qui
est dans ce cas une fausse information. Et le rôle des producteurs des
données est de s’assurer que ce substitut ne soit pas utilisé, en
mettant à la disposition des utilisateurs des données de qualité »,
a-t-il ajouté.

En outre, M. Mohamed Ould Moujtaba a invité les producteurs à être
indulgents, tout en les prévenant sur les obstacles qu’ils pourront
rencontrer pendant la collecte des informations. « Autant l’opération de
recensement est exhaustive, autant les questionnaires sont limités. Vous
pourrez avoir beaucoup d’attentes par rapport à une opération de
recensement, mais malheureusement les questionnaires ne peuvent pas
prendre en charge toutes vos attentes », a-t-il souligné. (ACI)

Dans la même catégorie