MAP Violences au Sénégal: l’UNOWAS appelle « au calme et à la plus grande retenue » (communiqué) AIB Burkina : le 2e rapport national de mise en œuvre des ODD validé AIB Burkina : Souleymane Sanou de la RTB Télévision est le super galian 2023 AIB Burkina: La réouverture du lycée Zinda pourrait intervenir à la rentrée scolaire 2024-2025 (ministre) AIB Galian 2023 : Les Éditions Sidwaya remportent quatre prix spéciaux et un prix officiel AIB Gouvernance financière hospitalière : La Directrice générale du CHUP-CDG partage l’expérience du Burkina au Maroc AIB Burkina : Le CAPES inaugure sa nouvelle salle de conférence au nom de son premier directeur exécutif Niger : Les journalistes et blogueurs sportifs à l’école des opérations media et système d’accréditation de la CAF ANP Tillabéri : Les membres du Conseil Régional de Sécurité outillés sur ‘’les normes d’éthique et de déontologie’’ MAP Conseil de sécurité: Le mandat de la Mission de l’ONU au Soudan prorogé jusqu’au 3 décembre prochain

Côte d’Ivoire: Plaidoyer pour plus de volonté politique contre la migration forcée


  27 Avril      87        Migration (412), Politique (22450),

 

Abidjan, 27 avr (AIP)- La représentante spéciale du président de la Commission de l’Union Africaine (UA), Joséphine Charlotte Mayuma Kala, exhorte les Etats africains à faire preuve d’une volonté politique pour éradiquer le phénomène de migration forcée.
S’exprimant, jeudi, à l’occasion du lancement en Côte d’Ivoire du thème de l’année 2019 de l’Union africaine : « Année des réfugies, des rapatriés et des personnes déplacées vers des solutions durables aux déplacements forcés en Afrique », Mme Mayuma a appelé à une volonté et un leadership politique fort de la part des Etats membres.
Elle a proposé d’autres pistes de solutions pour venir à bout de ces flux migratoires notamment la promotion de la prévention dans les règlements de conflits, le respect des droits de l’homme et l’amélioration du quotidien des populations, la lutte contre l’impunité et l’intensification de la campagne de sensibilisation sur le déplacement forcé.
Mayuma Kala a saisi l’occasion pour saluer le gouvernement ivoirien d’avoir deux mois après l’annonce du thème pris l’initiative de faire le lancement. Un acte qui selon elle, démontre le leadership de la Côte d’Ivoire sur les questions qui intéressent le continent.
Pour elle, ce thème retenu lors de la 32ème session de l’Union africaine tenue les 11 et 12 février 2019, à Addis Abeba, constitue à terme un véritable appel à l’action pour mieux conjuguer les efforts des un et des autres afin d’améliorer la situation dans la mesure du possible.
Le ministre des Affaires étrangères, Marcel Amon Tanoh, s’est félicité pour l’occasion, du retour au pays de plus de 90% des réfugiés ivoiriens en exil et exhorte les 22 861 ivoiriens encore à l’extérieur à regagner le pays afin de s’inscrire dans la dynamique de la réconciliation nationale.
Non sans évoquer l’hospitalité légendaire de la Côte d’Ivoire qui rappelle-t-il, dans les années 1990 a offert l’asile à plus de 400.000 réfugiés libériens et 45.000 réfugiés Sierra Léonais. Et compte aujourd’hui 1834 réfugiés de nationalités diverses.
La Direction d’aide et d’assistance aux Réfugiés et Apatrides (DAARA) dirigé par Dieket Minata a présenté le livre blanc des activités de sa structure pour l’année 2018. Le ministre des Affaires étrangères Amon Tanoh a remis symboliquement par la même occasion des cartes biométriques de de réfugiés.
Le choix du thème de l’année 2019 de l’UA s’inscrit dans le cadre de la commémoration du 50ème anniversaire de la convention de l’Organisation de l’Unité africaine (OUA) de 1969 régissant les aspects propres à la question des réfugiés en Afrique d’une part. Et d’autre part du 10ème anniversaire de Kampala de 2009 sur la protection et l’assistance des personnes déplacées en Afrique d’autre part.

Dans la même catégorie