APS KAOLACK : PLAIDOYER POUR ÉRIGER MÉDINA BAYE EN COMMUNE APS PRÈS D’UNE TONNE DE CHANVRE INDIEN SAISIE PAR LES DOUANES DE KAOLACK APS LES ÉLECTIONS À LA CAF, UN VIRAGE IMPORTANT POUR LE FOOTBALL CONTINENTAL (GIANNI INFANTINO) APS DES ARBITRES ÉGYPTIENS ET GUINÉENS POUR LES PROCHAINS MATCHS DES LIONS MAP L’ambassadeur Hilale saisit le SG de l’ONU et le CS sur les violations des droits de l’Homme dans les camps de Tindouf MAP Conférence de l’Institut américain «Brookings»: M. Bourita met en avant les réformes audacieuses du Maroc sous l’impulsion de SM le Roi MAP L’initiative noble de SM le Roi d’aider les pays africains en temps de pandémie, un modèle de solidarité intra-africaine (ministre kényane des AE) MAP Jusqu’à 500 millions de DH pour l’aménagement de Harhoura, une destination touristique prisée MAP Hilale démystifie auprès du SG de l’ONU et du CS la campagne hystérique de l’Algérie et du « polisario » sur la situation au Sahara MAP M. Amara plaide pour une mise en œuvre optimale du chantier de l’éducation routière

COTON : UN PRODUCTEUR SOULIGNE L’IMPORTANCE DES TECHNIQUES CULTURALES


  20 Janvier      19        Agriculture (1952),

   

Dakar, 20 jan (APS) – Le respect strict des itinéraires techniques est la clé de réussite des performances dans la culture du coton, a affirmé l’agro-pasteur Ndila Baldé, vice-président de la Fédération nationale des producteurs de coton au Sénégal (FNPC) qui a récemment visité des exploitations agricoles au Cameroun.
’’Nous avons visité au Cameroun, un centre qui produit 24 000 tonnes de coton. Ce qui dépasse toute la production cotonnière nationale annuelle du Sénégal. C’est extraordinaire ! Nous avons cherché à savoir comment réussir une telle prouesse. Mais, notre constat est sans équivoque : c’est juste le respect strict des itinéraires techniques vulgarisées par les experts et techniciens agricoles », a-t-il indiqué.
M. Baldé, également président de l’union régionale des producteurs de Kounkané, une commune du département de Vélingara (sud) s’exprimait dans les colonnes du mensuel d’informations générales Alkuma, ’’La Voix du Sénégal oriental’’.
Ce mensuel d’informations générales est basé dans la ville de Tambacounda (est), une zone de production cotonnière.
’’Le coton ne ment pas si le producteur respecte rigoureusement l’itinéraire technique recommandé. Lorsque nous sommes allés au Cameroun, nous avons constaté que des producteurs font, depuis plusieurs années, plus de trois tonnes à l’hectare. Mieux, nous avons visité un centre qui produit 24 000 tonnes. Ce qui dépasse toute la production cotonnière nationale annuelle du Sénégal. C’est extraordinaire ! Nous avons cherché à savoir comment réussissent-ils une telle prouesse’’, a souligné Ndila Baldé.
Selon lui, en termes claires, il faut semer le plus tôt que possible afin de disposer de semis précoces. ‘’Il faut bien démarrer à temps avant d’épandre et recouvrir la totalité de l’engrais fourni au producteur. Le désherbage aussi ne doit pas être négligé et l’autre étape très importante, c’est le traitement phytosanitaire’’, a-t-il expliqué.
’’En respectant ces techniques culturales, un producteur camerounais peut réaliser quatre voire six tonnes à l’hectare. Il s’y ajoute qu’il pleut beaucoup dans ce pays (de l’Afrique centrale)’’, a fait savoir Ndila Baldé, un ancien émigré en Espagne, rentré définitivement au bercail pour s’investir dans l’agriculture et l’élevage.
Il a aussi dit qu’avec l’actuel prix du coton au producteur, plus la subvention du gouvernement aux paysans pour l’accès au matériel, la culture du coton est ‘’aujourd’hui encourageante’’.
’’Le Sénégal a non seulement le meilleur prix au producteur de coton (300 FCFA le kg ou 300 000 FCFA la tonne) de toute l’Afrique mais que le matériel agricole et les intrants sont très accessibles. Nous attendons environ 20.000 tonnes au niveau national de production de coton cette année’’, a poursuivi Ndila Baldé.
’’En dehors de la subvention de l’Etat, le matériel agricole (la houe sine, le semoir, la charrue, les buteurs…) est donné au producteur à crédit, remboursable sur quatre ans. Pour cultiver un hectare de coton, le producteur n’investit que 125 000 FCFA. Même en renforçant la quantité des achats, il ne dépense au grand maximum que 200 000 FCFA’’, a-t-il expliqué.
Il a assuré qu’en réalisant trois tonnes à l’hectare, le paysan a un chiffre d’affaires de 900.000 FCFA dont 700 000 FCFA de bénéfices nets.
’’En plus, grâce à l’accompagnement de la SODEFITEX (Société de développement des fibres textiles), le producteur fait tout chez lui et en toute sécurité’’, a ajouté le vice-président de la Fédération nationale des producteurs de coton au Sénégal qui exploite plusieurs hectares à Saré Bourang, sa localité dans la commune de Kounkané.
’’Imaginez le bénéfice net d’un producteur qui emblave 20 voire 50 hectares en respectant ces nouvelles techniques culturales, il pourra payer combien de salaires ? La culture de coton a de l’avenir parce qu’elle enrichit plus que n’importe quelle autre filière au Sénégal. Je souhaite que ceux qui font de l’arachide découvrent le coton’’, a-t-il souligné.
M. Baldé a rappelé avoir débuté avec une superficie d’un demi-hectare à cultiver le coton en 1973, à l’âge de 18 ans. De 1973 à 2019, il a dit avoir régulièrement réalisé des rendements qui tournent autour de 2 tonnes à l’hectare.
Ndila Baldé a assuré que pour l’hivernage 2020, sa famille a emblavé trois hectares alors que lui-même a cultivé 1,5 hectare. ’’Et, pour la première fois depuis 47 ans, j’ai obtenu 3, 094 tonnes à l’hectare’’, a-t-il fait part.

Dans la même catégorie