APS THIÉNABA : DES ’’ÉTUDES SONT EN COURS’’ POUR L’ÉLECTRIFICATION DU VILLAGE DE THIOTY (DG SENELEC) AIP Communiqué du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique « Point de la situation de la COVID-19 au 23/10/2020 » AIP Côte d’Ivoire-AIP/Présidentielle 2020 : L’UE appelle les acteurs politiques ivoiriens à accélérer le dialogue MAP Guinée/présidentielle : 5 morts dans des violences post-électorales AGP Gabon: Reprise progressive des activités de la Société des bois de Lastourville ANP Niger : Les nouveaux membres du Comité Scientifique du CNRA se présentent au Premier Ministre ANP DIFFA : Cérémonie de présentation de semences améliorées produites par l’ONG WHH AGP Gabon : Evolution de la crise sanitaire, Task force et actualité international au menu du point de presse du Porte-parole de la Présidence APS DEUX PIROGUES DE MIGRANTS CLANDESTINS INTERCEPTÉES CE VENDREDI, AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le CEECI et plusieurs organisations estudiantines rendent hommage à Alassane Ouattara à l’UAO de Bouaké

COVID-19 : LA PRISE EN CHARGE À DOMICILE SE FAIT AU CAS PAR CAS (DOCTEUR)


  21 Septembre      7        Santé (7775),

   

Dakar, 21 sept (APS) – La prise en charge à domicile (PECADOM) des malades de la Covid-19 se fait au cas par cas du fait de la particularité de chaque patient, a indiqué le médecin chef du district sanitaire de Dakar/Centre de Gaspard Kamara, docteur Mamadou Mbaye.

’’Il n’y a pas un traitement spécifique ou standard pour tout le monde. Chaque cas est un cas particulier, parce qu’il y a eu des cas pris en charge à domicile sans aucun traitement’’, a-t-il fait savoir dans un entretien accordé à l’APS.

Selon lui, ’’à certaines personnes jeunes, asymptomatiques, qui ne présentent aucun signe de la maladie, on ne donne pas de médicaments, sauf pour certains cas’’.

’’Normalement nous devons entrer en contact avec les cas pris en charge à domicile tous les jours pour s’enquérir de leur état de santé, les évaluer cliniquement et si cela est nécessaire une évaluation physique, on dépêche sur place une équipe médicale’’, a expliqué docteur Mbaye.

L’équipe composée d’un médecin, d’un infirmier, d’un chargé de la prévention et du contrôle de l’infection, pour la décontamination, procède à une évaluation physique.

Parfois, a t -il relevé, cela nécessite une réadaptation du traitement, un transfert dans un Centre de traitement des épidémies (CTE) si le tableau clinique du patient s’aggrave.

A deux reprises, la prise en charge à domicile s’est muée en hospitalisation du fait de l’aggravation des symptômes, a t-il confié.

Face à ces situations, le SAMU national et le Service d’hygiène interviennent pour procéder au transfert du patient dans un centre de traitement dédié au traitement de l’épidémie.

Docteur Mamadou Mbaye a jugé ‘’un peu compliqué’’ les critères pour déclarer un patient suivi à domicile guéri, parce que le processus opérationnel et le critère de guérison sont ‘’carrément clinique’’.

’’Pour un patient qui est resté symptomatique à peu symptomatique qu’on suit pendant plus de 10 jours, on ajoute 10 jours, il devient asymptomatique. Tous les signes ont régressé, on l’observe encore 3 jours pour le déclarer guéri’’, a-t-il expliqué.

Par contre, relève le docteur Mamadou Mbaye, pour un patient qui n’est pas asymptomatique, ’’dans les protocoles, normalement après 10 jours, il doit être déclaré guéri’’.

Des patients exigent qu’on leur fasse un contrôle, a t-il relevé.

’’Et, dit-il, nous les convoquons à nouveau. Ils viennent sur place et on les recontrôle. On fait un 1er contrôle, puis même un deuxième et si c’est négatif on les déclare guéri’’.

Dans la même catégorie