AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Un ex-démobilisé condamné deux ans de prison pour avoir tailladé trois policiers à Bouna AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Cinq orpailleurs du parc de la Comoé condamnés à quatre mois de prison APS INVESTISSEMENT ET CONSOMMATION, LEVIERS DU PROGRAMME DE RELANCE ÉCONOMIQUE (MINISTRE) GNA Bui Dam fisher folks defy COVID-19 safety protocols GNA Bui Generating Station has significantly transformed our lives– beneficiaries GNA Solidaridad engages miners to promote responsible mining practices ANP Niamey : Les travaux d’aménagement de la route Gamkalé-Saga exécutés à 75% (Constat) GNA Atiwa East Agriculture Department appeals for rice milling facilities GNA Farmers advised to use organic pesticides GNA WA Secondary School Old students donate PPE to alma mater

INSCRIPTION À L’ÉTAT CIVIL : UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION EN GESTATION À KAOLACK


  20 Novembre      8        Société (20564),

   

Dakar, 20 nov (APS) – L’adjoint du préfet de Kaolack (centre), Alpha
Diallo, a évoqué mercredi la planification d’activités de
sensibilisation visant à éveiller les consciences sur l’importance
d’inscrire les enfants à l’état civil dès leur naissance.

Nous sommes dans une phase de ‘’planification d’activités de
sensibilisation au niveau des quartiers, des communes, des villages
afin d‘éveiller la conscience de certains parents pour que ce problème
ne se pose plus’’, a-t-il indiqué à un atelier international consacré
aux droits des enfants.

‘’Certains enfants ne passent pas l’examen du CFEE à cause de la
négligence de leurs parents qui ne les déclarent pas à la naissance et
nous lançons un appel à leur endroit pour ne plus avoir d’enfants
non-inscrits à l’état civil’’, a-t-il ainsi souligné.

‘’Si l’enfant n’a pas d’extrait de naissance, son droit à l’éducation
est bafoué parce que ce document est la base de tout autre papier
administratif et il ne pourra pas se réaliser et aider ses parents, sa
communauté’’, a-t-il encore expliqué.

Il a pointé du doigt la négligence de certains parents qui se
permettent de rater les occasions de se rattraper avec la déclaration
tardive possible un an après la naissance de l’enfant, sans oublier
les audiences foraines.

L’adjoint du chef de l’exécutif départemental de Kaolack a également
déploré la situation de certains enfants en situation de handicap,
lesquels, faute de protège, ne peuvent pas être scolarisés.

Rappelant qu’une prothèse ne coûte pas cent mille francs, il a invité
les bonnes volontés à s’investir dans ce domaine pour permettre à ces
enfants de se déplacer et d’aller à l’école.

Alpha Diallo a dans le même temps déploré le sort des enfants de la
rue qui ne fréquentent pas les écoles coraniques, ternissant du coup
l’image de ces établissements où les enfants sont très bien encadrés.

Dans la même catégorie