ANP Le parti RPP Farilla investit Alma Oumarou candidat aux élections présidentielles 2020 -2021 ANP Niger : Le journaliste écrivain Salou Gobi investi candidat à la présidentielle 2020-2021 AGP Gabon : L’archevêque Jean Baptiste Moulacka arrêté puis relaxé après 2 heures dans un commissariat ANGOP Covid-19: Angola regista 46 novos casos APS MÉDINA BAYE : ANSAROU DINE RENOUVELLE SES ENGAGEMENTS AU NOUVEAU KHALIFE APS UN OFFICIEL DÉCLINE ‘’SEPT ACTIONS’’ POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TOURISME EN MILIEU RURAL APS EDOUARD MENDY ENRICHIT SES ANCIENS CLUBS (MÉDIA) APS LE PROJET DU MUSÉE-MÉMORIAL ’’LE JOOLA’’ PRÉSENTÉ AUX CHEFS COUTUMIERS DU KASSA AGP Gabon : Le CLR installe les nouveaux responsables dans la Noya MAP Kenya: Saisie à Juja de 700 kilogrammes de cannabis et arrestation de cinq trafiquants

Le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi rassure sur la continuité de la coalition FCC-CACH


  17 Juillet      6        Politique (11400),

   

Kinshasa, 17 juillet 2020(ACP).- Le Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a rassuré l’opinion publique de la nécessité de la continuité de la coalition au pouvoir entre la plate-forme Front commun pour le Congo (FCC) et celle du Cap pour le changement (CACH), à l’issue des échanges, mercredi dans la soirée au Palais présidentiel, avec son homologue du Congo/Brazzaville, Dénis Sassou Nguesso.

Pour le Président Félix Tshisekedi, « l’essentiel est de regarder d’abord les intérêts du pays et les uns et les autres doivent être conscients de cette prise en compte des intérêts du pays et du peuple. Nous allons finir par trouver la solution. Ce que je peux vous assurer, nous n’allons pas vers la rupture de la coalition. En ce moment, des délégués des deux camps se voient et discutent pour essayer de déblayer le chemin et d’examiner à nouveau les conditions pour regarder dans la même direction ».

Pour lui, les divergences entre les opinions des membres de la coalition ne doivent pas déranger les gens, cela est tout à fait inhérent à la jeune démocratie, à une première expérience politique.

« C’est pour la première fois que nous vivons dans ce pays l’expérience de la coalition. Il ne faut pas croire que tout doit se passer parfaitement. Dans les vieilles démocraties, les coalitions ont toujours posé de problèmes. Il n’est pas étonnant et choquant que la nôtre puisse en avoir », a insisté le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi.

Le Président Félix Tshisekedi qui s’était rendu mercredi à Brazzaville, à l’invitation de son homologue de la République du Congo, Dénis Sassou Nguesso, avait été accueilli par ce dernier au Beach/Brazzaville.

Cette visite, la 3ème depuis son accession à la magistrature suprême, a visé à cimenter les relations séculaires entre Kinshasa et Brazzaville, deux Etats les plus rapprochés du monde et liés par la géographie et l’histoire.

Lors des deux précédentes  visites officielles, les deux Chefs d’État avaient émis  le vœu de se rencontrer régulièrement pour échanger sur des questions d’intérêt commun.

Réouverture prochaine des frontières entre Kinshasa et Brazzaville

Les deux Chefs d’État ont également évoqué, au cours de leurs échanges, la réouverture prochaine des frontières entre les deux pays, fermées depuis environ un trimestre dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire décrété dans le monde entier, suite à la pandémie du Coronavirus.

Cette fermeture affecte non seulement les échanges commerciaux entre Kinshasa et Brazzaville, mais aussi les familles qui vivent des deux côtés du fleuve Congo, restées depuis de longs mois sans se voir.

Le trafic entre Kinshasa et Brazzaville au niveau de ce poste frontière est estimé actuellement à 750.000 personnes et à 340.000 tonnes de fret par an, indique-t-on.

La RDC écoule plusieurs produits commerciaux sur le marché de Brazzaville, notamment des produits agricoles et cosmétiques, tandis que Congo/Brazzaville vend essentiellement à Kinshasa des pagnes, chaussures…

Satisfecit de la médiation du Président Sassou dans le contentieux frontalier entre la RDC et la Zambie

Le Chef de l’État Félix Tshisekedi a salué la médiation du Président Denis Sassou-Nguesso dans le conflit frontalier qui oppose la RDC à la Zambie.

Pour les autorités de Brazzaville, la stabilité de la RDC doit être préservée pour assurer celle de la région. Depuis des mois, Kinshasa dénonce la présence sur son territoire de l’armée zambienne. Brazzaville a déjà offert sa médiation. À ce propos, un mini-sommet est en préparation et devrait se tenir dans la capitale congolaise.

Devraient y prendre part, les deux pays en conflit ainsi que le Zimbabwe pour le compte de la SADC et le Congo-Brazzaville qui préside la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL). En mai dernier, le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi avait reçu en audience le ministre des Affaires étrangères de la République du Congo, Jean-Claude Ngakosso, porteur d’un message de son homologue Denis Sassou Nguesso.

A l’issue des entretiens, le chef de la diplomatie de la République du Congo avait indiqué que les dirigeants africains ont le devoir de travailler pour le développent de l’économie dans la sous-région, au bénéfice des populations et, de ce fait, ils ne doivent pas dépenser de l’argent dans des conflits fratricides inutiles.

Dans la même catégorie