AGP Gabon/Education nationale: Le Sena demande plus de lisibilité sur les dossiers déjà régularisés AGP Gabon: Liliane Massala présente ses lettres de Cabinet à Louise Mushikiwabo ACP Présentation du dictionnaire essentiel des infractions environnementales en droit congolais Inforpress Porto Novo: Obras da estrada de acesso às Marcelas prevista para os próximos dias – promotores ACP Plus de 39 millions de doses de vaccins avaient été administrées dans 49 États riches, selon l’OMS ACP La deuxième vague de l’épidémie de Covid-19 se révèle plus meurtrière en Afrique qu’ailleurs, selon Africa-CDC ACP Covid-19 : l’Afrique a atteint plus de 3.310.000 cas confirmés Inforpress Fogo: Ministério da Saúde vai contratar um enfermeiro para Chã das Caldeiras – director região sanitária ACP 197 nouveaux cas confirmés de Covid-19 enregistrés au cours de la seule journée de jeudi en RDC ACP Le Président de la République Félix Tshisekedi reçoit les lettres de créance de trois ambassadeurs accrédités en RDC

Le Congo est classé parmi les États les plus corrompus, selon Emmanuel Ollita Ondongo)


  9 Décembre      19        Politique (14330),

   

Brazzaville, 09 Décembre (ACI)- La République du Congo est classée parmi les pays les plus corrompus avec un Indice de perception de la corruption (Ipc) de 1.9, a annoncé, le président de la Haute autorité de lutte contre la corruption, M. Emmanuel Ollita Ondongo, le 8 décembre à Brazzaville.

Au cours d’une visioconférence organisée par la Commission nationale de supervision de la République populaire de Chine, il a dénoncé plusieurs cas de corruption et de détournement perceptibles au Congo pendant la crise sanitaire liée au coronavirus, à savoir la vente illicite du matériel destiné à lutter contre la pandémie et la mauvaise gestion des fonds de la Covid-19.

Au nombre de ces cas de corruption figurent également la violation des procédures de passation des marchés publics au nom de l’urgence sanitaire et la complicité des hommes d’affaires avec les agents chargés de contrôler les frontières, en faisant entrer les marchandises frauduleusement, a-t-il poursuivi.

Placée sous le thème «Renforcer la coopération internationale pour sauvegarder la réponse propre au Covid-19 et la réouverture économique», cette conférence virtuelle s’est inscrite dans le cadre de la commémoration de la Journée internationale de la lutte contre la corruption, célébrée le 9 décembre de chaque année.

Selon la Commission chinoise, le but de cette activité en tant que plate-forme de communication est de mettre en place un consensus supplémentaire pour échanger des points de vue et des expériences, et promouvoir une coopération pratique sur la lutte contre la corruption dans le cadre de la réponse Covid-19.

En outre, cette visioconférence qui a connu la participation d’une vingtaine d’intervenants constitue un appui à la session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations unies contre la corruption en 2021. Elle vise aussi à faciliter la coopération internationale contre la corruption.

A cette occasion, les participants ont échangé sur plusieurs thématiques, parmi lesquelles les concepts et la pratique de la prévention et de la lutte contre la corruption dans le cadre de la réouverture économique ainsi que l’amélioration de l’environnement des affaires pour construire une route de la soie propre.

En avril 2019, le communiqué conjoint du sommet de la table ronde des dirigeants lors du 2ème Forum de la ceinture et de la route (Brf) a inclus les concepts de coopération ouverte, verte et propre dans le cadre de l’initiatique «la Ceinture et la Route».

Le Forum thématique sur la Route de la Soie ‘’propre’’ s’est tenu à Pékin pendant le 2ème Brf, en tant que contribution à une Route de la Soie ‘’plus propre’’ et à une coopération anticorruption plus étroite. Chaque année, la Chine organise un Forum de haut niveau sur la Ceinture et la Route, a-t-on rappelé.

Dans la même catégorie