MAP Djibouti : La Fondation Mohammed VI des Ouléma Africains organise un concours de mémorisation et de récitation du Saint Coran MAP Mali: La Fondation Mohammed VI des Ouléma Africains organise un concours de mémorisation et de récitation du Saint Coran APS CHAN 2023 : ‘Madagascar va tout donner pour battre le Sénégal (entraineur) AIP La 2e édition du cross Joseph Tarègue lancée à Bouaké APS L’Etat va tout faire pour éviter un nouvel incendie au marché Ocass de Touba (Antoine Diome) APS Aliou Sow appelle les maires à investir dans le développement culturel APS Les migrantes, héroïnes négligées du développement économique APS Abdou Karim Fofana :  »Le Sénégal est propriétaire de son Train express régional. » APS Les activités de la 7e FIKA officiellement lancées APS Dakar remporte le grand prix Douta Seck du Fesnac

Le Festival international de la mode en Afrique met à l’honneur les jeunes créateurs et talents africains


  9 Décembre      14        Culture (658),

   

Rabat, 09/12/2022 (MAP)- Les créations des talents finalistes du concours « Jeunes Créateurs » dédié aux stylistes, aux bijoutiers, aux maroquiniers et aux créateurs de tissus, ont été mises à l’honneur, jeudi aux vestiges du Chellah à Rabat, lors d’un défilé haut en couleurs dans le cadre du Festival international de la mode en Afrique (FIMA).

Le public venu nombreux a été transporté dans un voyage à travers le continent africain en découvrant les sublimes œuvres de ces jeunes créateurs avant-gardistes, qui allient à la perfection savoir-faire traditionnel et modernité.

En effet, comme le souligne Alphadi, président fondateur du FIMA, « ce défilé, dédié aux jeunes talents et créateurs panafricains, est l’occasion de mettre en valeur le savoir-faire, la beauté, la créativité et la jeunesse africaine ».

Ce rendez-vous incontournable de la mode est également « la consécration pour ces jeunes créateurs d’un long travail acharné », a-t-il expliqué dans une déclaration à la MAP, notant que « l’Afrique regorge aujourd’hui de jeunes talents créatifs et visionnaires, qui doivent être mis de plus en plus en avant, d’où l’intérêt de ce genre d’événement ».

La première partie de ce défilé, dédiée aux dix jeunes stylistes, représentant divers pays africains notamment le Sénégal, le Cameroun, la Tanzanie, le Nigeria, la Tunisie, la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Kenya, a été l’occasion aux festivaliers de découvrir des collections originales au style épuré et aux coupes osées, inspirées de plusieurs cultures et mettant en avant la féminité et la beauté africaine.

Sous les applaudissements d’un public conquis, le bogolan malien, le pagne baoulé ivoirien ou encore des créations de bijoux et de maroquinerie des quatre coins du continent ont envoûté les festivaliers présents, qui ont pu découvrir, le temps de cette soirée, la richesse du patrimoine culturel africain dans toute sa dimension.

Le défilé a également été l’occasion de mettre en lumière les jeunes Top Model africains (homme et femme) à travers le concours « Top Model » du FIMA, auquel ont pris part une dizaine jeunes à travers le continent.

Le jury des différents concours du FIMA, composé de personnalités de renoms, a choisi de ne pas dévoiler les noms des gagnants et de garder la surprise jusqu’au samedi soir pour conclure le festival en beauté.

Organisée du 7 au 10 décembre au site historique Chellah sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, avec le soutien du ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication en célébration de « Rabat, capitale de la culture africaine », cette édition vise à montrer le potentiel du continent africain dans les domaines de la mode et de la création et d’en faire un hub international en la matière.

La programmation de cette année comprend, outre les défilés et les spectacles, des compétitions pour valoriser les meilleurs stylistes d’Afrique et de sa diaspora dans les catégories de la maroquinerie, des bijoux et accessoires de mode et des Tops Models.

Sont également prévues des tables rondes axées, entre autres, sur les thèmes du financement de la mode et de la création, la protection de la propriété intellectuelle et des appellations d’origine des créations africaines et l’utilisation des nouvelles technologies dans la production et le marketing.

Le FIMA a été fondé en 1998 par Alphadi, désigné en 2015 « artiste de la paix pour l’UNESCO », ambassadeur de bonne volonté de la même organisation pour l’innovation et la création africaine et membre des Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU Afrique).

Dans la même catégorie