GNA IGP commissions elevated Effutu Police Station AGP Guinée- Assemblée Nationale : Le ministre du Budget présente le projet de loi de finances 2021 GNA Western Region records 78 deaths through road crashes GNA CoST brings transparency, accountability into procurement GNA Former President Mahama pays courtesy call on Yaa Naa MAP El Guerguarat : Le Président ivoirien assure SM le Roi de la solidarité et du plein soutien de son pays aux initiatives du Souverain ACAP Clôture à Bangui des travaux de l’atelier des professionnels des médias contre les désinformations en période électorale ACAP Lancement de la campagne des 16 jours d’activisme AIP Côte d’Ivoire/Des femmes fières d’exercer le métier de pompiers civils AIP Côte d’Ivoire-AIP/ L’écrivain Camara Nangala exhorte les élèves à la lecture

LE GOUVERNEMENT SAISIT LA JUSTICE SUITE À LA DÉSOBÉISSANCE CIVILE ET LA CRÉATION D’UN CONSEIL NATIONAL DE TRANSITION


  3 Novembre      9        Politique (13057),

   

Abidjan, 3 nov (APS) – Le Garde des Sceaux, ministre de la Justice ivoirien, a annoncé mardi que le gouvernement va saisir le parquet d’Abidjan contre la plateforme de l’opposition pour son mot d’ordre de désobéissance civile et la création d’un conseil national de transition.

’’Condamnant avec la plus grande fermeté cet acte de sédition, le gouvernement a saisi le Procureur de la République près le tribunal de première instance d’Abidjan afin que soient traduits devant les tribunaux les auteurs et les complices de ces infractions’’, a déclaré Sansan Kambile.

Il a rappelé que ‘’le lundi 2 novembre 2020, Monsieur Pascal Affi Nguessan, s’exprimant au nom d’une plateforme de l’opposition, a annoncé la mise en place d’un organe de transition dénommé Conseil National de Transition, devant se substituer aux institutions républicaines légalement établies’’.

’’Cette déclaration ainsi que les violences perpétrées suite au boycott actif constituent des actes d’attentat et de complot contre l’autorité de l’Etat et l’intégrité du territoire national. Ces faits sont prévus et punis par la loi pénale’’, a dit le ministre de la Justice et des Droits de l’Homme.

Le mot d’ordre de boycott actif lancé par des partis politiques de l’opposition ’’a entrainé des incidents relevés dans quelques départements’’, selon Sansan Kambile

’’(…) ce mot d’ordre de boycott actif, lancé par des partis politiques de l’opposition, a conduit leurs militants à commettre des actes d’une particulière gravité, constitutifs d’infractions pénales’’, a-t-il dénoncé.

Dans la même catégorie