AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Début de ramadan difficile pour les musulmans de Minignan Inforpress Legislativas 2021/Santo Antão: MpD fixa meta de 300 mil turistas nos próximos cinco anos com “os investimentos em carteira” Inforpress Legislativas 2021: Partido Popular volta a estar hoje em Santa Cruz Inforpress Legislativas 2021/Fogo: “Ilha do Fogo não tem razão para votar MpD no dia 18 de Abril” – Eva Ortet Inforpress Legislativas 2021/São Nicolau: UCID defende criação de meios para fixar os jovens na ilha GNA Focus on lesser known sports – Kwadasa MP GNA Huawei reaffirms commitment to social progress, economic growth GNA Tema-Mpakadan Rail Line is 70 to 80 percent complete – Amewu GNA Mahama sends warm greetings to Muslims on Ramadan GNA Veep advises Muslims to prioritise COVID-19 protocols during Ramadan

LE GOUVERNEMENT SAISIT LA JUSTICE SUITE À LA DÉSOBÉISSANCE CIVILE ET LA CRÉATION D’UN CONSEIL NATIONAL DE TRANSITION


  3 Novembre      19        Politique (16114),

   

Abidjan, 3 nov (APS) – Le Garde des Sceaux, ministre de la Justice ivoirien, a annoncé mardi que le gouvernement va saisir le parquet d’Abidjan contre la plateforme de l’opposition pour son mot d’ordre de désobéissance civile et la création d’un conseil national de transition.

’’Condamnant avec la plus grande fermeté cet acte de sédition, le gouvernement a saisi le Procureur de la République près le tribunal de première instance d’Abidjan afin que soient traduits devant les tribunaux les auteurs et les complices de ces infractions’’, a déclaré Sansan Kambile.

Il a rappelé que ‘’le lundi 2 novembre 2020, Monsieur Pascal Affi Nguessan, s’exprimant au nom d’une plateforme de l’opposition, a annoncé la mise en place d’un organe de transition dénommé Conseil National de Transition, devant se substituer aux institutions républicaines légalement établies’’.

’’Cette déclaration ainsi que les violences perpétrées suite au boycott actif constituent des actes d’attentat et de complot contre l’autorité de l’Etat et l’intégrité du territoire national. Ces faits sont prévus et punis par la loi pénale’’, a dit le ministre de la Justice et des Droits de l’Homme.

Le mot d’ordre de boycott actif lancé par des partis politiques de l’opposition ’’a entrainé des incidents relevés dans quelques départements’’, selon Sansan Kambile

’’(…) ce mot d’ordre de boycott actif, lancé par des partis politiques de l’opposition, a conduit leurs militants à commettre des actes d’une particulière gravité, constitutifs d’infractions pénales’’, a-t-il dénoncé.

Dans la même catégorie