MAP Covid-19 : le président sénégalais appelle au renforcement des contrôles systématiques du port du masque GNA Police beefs up security to protect ballot boxes at Adaklu ANGOP Covid-19 : Angola regista 207 recuperados e 68 novos casos APS THIÈS : ’’ESPACE NDUGU’’, UN PROJET POUR MODERNISER LE PETIT COMMERCE DANS LES QUARTIERS APS HAUSSE DES CAS DE COVID-19 : MACKY SALL DEMANDE LE RENFORCEMENT DES CONTRÔLES SYSTÉMATIQUES DU PORT DU MASQUE AIP La GESTOCI teste son dispositif de sécurité sur ses installations AIP Le nouveau directeur régional de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle veut accompagner les responsables d’établissement AIP le gouvernement burkinabé estime a hauteur de 113 millions d’euros le soutien de l’union européenne AIP Plus de 2200 nouvelles cartes nationales d’identité disponibles à Dimbokro AIP Bientôt des logements pour les agents des Eaux et Forêts à Songon

Le préfet de Béoumi invite les populations à la tolérance


  12 Novembre      10        Société (25538),

   

Abidjan, 12 nov 2020 (AIP)- Le préfet du département de Béoumi, Jules Gouessé, a initié des rencontres de sensibilisation des tribus Akamianhoussou, Wôlôfouê et Wawanouan ainsi que les chefs de communautés résidant à Béoumi, mercredi 11 novembre 2020.

« Après la rencontre que nous avons eue avec le préfet de région, Tuo Fozié, le 05 novembre passé, nous avons été mis en mission auprès des populations pour apporter le message de paix afin que notre département puisse vaquer à ses occupations dans la tranquillité. Pour ce faire, nous vous demandons de parler aux jeunes de tous bords afin qu’ils évitent les débordements », a lancé Jules Gouessé.

Après les prières faites par le pasteur Andoh Siméon et l’imam adjoint El Hadj Bamba Djibril, le sous-préfet Aka Gaurens Cyrille avait fait le point de la première journée de sensibilisation ayant eu lieu à Akadiafoué.

Ensuite, le préfet a égrené le chapelet de crises socio-politiques que le département a connues avant, pendant et après le scrutin présidentiel du 31 octobre. Il est revenu sur les nombreuses réunions qu’il a dirigées pour éviter les marches violentes, l’érection des barricades par l’opposition et l’attaque du cortège du ministre Sidi Touré qui tentait de rallier Bouaké. « Tout ceci a ravivé les tensions », a déploré le préfet.

Plusieurs intervenants ont intervenu dans le sens de l’apaisement souhaité par tous. Le chef du village de Sôlô (tribu Wawanouan) s’est dit très touché par la volonté du préfet de rechercher la paix dans le département. « Les palabres des politiciens ont une influence négative sur notre vie ici. Quand il y a entente entre eux, nous sommes en paix mais dès qu’un problème survient à leur niveau, c’est la catastrophe chez nous », a-t-il regretté.

Le chef du canton de Béoumi, Nanan Ago Yao Barthélémy, a demandé aux communautés de faire table rase des évènements passés qui ont failli les ramener plusieurs années en arrière. Pour lui, « c’est la paix et la cohésion sociale seules qui pourront sortir Béoumi de sa léthargie ».

ena/cmas

Dans la même catégorie