ANP Le parti RPP Farilla investit Alma Oumarou candidat aux élections présidentielles 2020 -2021 ANP Niger : Le journaliste écrivain Salou Gobi investi candidat à la présidentielle 2020-2021 AGP Gabon : L’archevêque Jean Baptiste Moulacka arrêté puis relaxé après 2 heures dans un commissariat ANGOP Covid-19: Angola regista 46 novos casos APS MÉDINA BAYE : ANSAROU DINE RENOUVELLE SES ENGAGEMENTS AU NOUVEAU KHALIFE APS UN OFFICIEL DÉCLINE ‘’SEPT ACTIONS’’ POUR LE DÉVELOPPEMENT DU TOURISME EN MILIEU RURAL APS EDOUARD MENDY ENRICHIT SES ANCIENS CLUBS (MÉDIA) APS LE PROJET DU MUSÉE-MÉMORIAL ’’LE JOOLA’’ PRÉSENTÉ AUX CHEFS COUTUMIERS DU KASSA AGP Gabon : Le CLR installe les nouveaux responsables dans la Noya MAP Kenya: Saisie à Juja de 700 kilogrammes de cannabis et arrestation de cinq trafiquants

Ouverture ce mardi de la deuxième session ordinaire du Parlement de l’année 2020


  14 Septembre      7        Politique (11400),

   

Kinshasa, 14 sept. 2020 (ACP).- La deuxième session ordinaire du Parlement pour l’année 2020 s’ouvre ce mardi 15 septembre à Kinshasa, conformément à la Constitution.

La première, qui s’était ouverte le 15 mars 2020, s’était prolongée jusqu’au 22 juillet suite à l’état d’urgence proclamée le 24 mars 2020 par le Chef de l’Etat, Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, pour cause de la pandémie de Covid-19.

Le secrétariat technique du comité national multisectoriel de la riposte à la pandémie de Covid-19 avait, à cet effet, recommandé au Sénat la réduction de son effectif à 60 membres (sur 109) maximum pour siéger en séance plénière, les autres sénateurs étaient obligés de se faire représenter par leurs collègues.

Cette pandémie demeure encore active, selon le dernier rapport du comité national multisectoriel de la riposte à la pandémie de Covid-19.  La session qui s’ouvre est essentiellement budgétaire. Qu’à cela ne tienne, d’autres matières peuvent également y être traitées.

Les vacances parlementaires ont été un moment privilégié tant pour les sénateurs, représentants des provinces, que pour les députés nationaux d’entrer en contact avec les élus provinciaux ainsi que leurs bases respectives, afin de ramener les données objectives des populations, surtout de l’arrière-pays.

Les élus nationaux devront aussi et surtout penser au vécu quotidien des Congolais, qui s’effrite au fil des temps, notamment à la suite de la pandémie de Coronavirus.

Bien souvent, le  social des populations congolaises intéresse très peu les politiciens, qui ont plus les yeux rivés vers les élections de 2023.

Dans la même catégorie