ANP Situation sociopolitique au Niger : Brigi Rafini sollicite la contribution des diplomates et organismes internationaux pour le retour de la sérénité AIP Législatives 2021: Une campagne apaisée à Arrah AIP Législatives 2021:la liste RHDP Attécoubé ouvre sa campagne en fanfare AIP Le ministère de l’Intérieur et de la Sécurité prône la cohésion et la paix autour des élections législatives GNA Fidelity Bank Ghana partners with KiDi to promote digital banking AIP Ghana working to develop COVID-19 Vaccines-Akufo-Addo AIP Les candidats RHDP de Bondoukou veulent remporter les élections législatives pour pérenniser les actions de développement AIP Le candidat RHDP de Sakassou annonce la création d’un fonds de solidarité pour les jeunes et les femmes AIP Le ministre de la Réconciliation nationale appelle à des élections sans violence dans le N’zi AIP L’Annuaire 2019 des statistiques régionales du Lôh-Djiboua validé

Tenue en mars prochain à Brazzaville du conseil des ministres de la Cima


  16 Février      14        Politique (15405),

   

Brazzaville, 16 Février (ACI) – Le Conseil des ministres en charge du secteur des assurances de la Conférence interafricaine des marchés d’assurances (Cima) se tiendra en mars prochain, à Brazzaville, par visioconférence sous la présidence du Congo, pour discuter de la nouvelle règlementation en matière de blanchiment et de lutte contre le terrorisme.

Au terme d’une audience le 16 février, avec le ministre congolais des Finances et du budget, M. Calixte Ganongo, le secrétaire général de la Cima, M. Nchare Issofo, a indiqué que ce conseil des ministres examinera toutes les modifications nouvelles qui ont été faites dans ce règlement et qui ont pris en compte les dernières évolutions en matière de lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme.

Au de cette session, le Cima va également examiner le recours adressé par certaines sociétés et par la commission régionale de contrôle des assurances qui portait les décisions relatives au retrait de la totalité des agréments des dites sociétés et celle procédant à l’annulation d’un courrier sur la démutualisation d’une société.

Le conseil des ministres est l’organe directeur de cette institution qui assure la réalisation des objectifs du traité de la Cima, instituant une organisation intégrée de l’industrie des assurances dans les Etats africains de la Zone franc, indique-t-on.

Parlant des assurances dans cette période de la pandémie du Covid-19, M Nchare Issofo a reconnu que tous les secteurs ont subi le contre coup du contexte créé par cette maladie.

Toutefois, il s’est félicité de la non résilience des opérateurs et des acteurs au niveau des assurances qui ont pu, nonobstant cette difficulté qui s’est imposée sur leurs activités, ont tout de même pu mettre en place des mécanismes pour pouvoir gérer à distance les contrats d’assurance et les paiements des prestations mises à leur compte.

Pour le secrétaire général de la Cima, les mesures prises au niveau du régulateur régional qui est la Cima, également au niveau du régulateur national, de la direction générale et de la direction nationale des assurances, ont permis de mitiger l’impact du contexte créé par la pandémie du Covid-19.

M. Nchare Issofo est venu féliciter le ministre Ganongo pour la désignation du Congo qui prend le relais de la présidence du Conseil des ministres des assurances de la Cima et pour sa nomination au poste de la présidence du comité des experts. Le Congo est l’un des grands contributeurs de cette conférence, a-t-il précisé.

Ce conseil réunit 15 ministres des Etats signataires du traité instituant une organisation intégrée de l’industrie des assurances dans les Etats africains. Il s’agit des pays suivants : Congo, Rca, Sénégal, Côte d’Ivoire, Mali, Niger, Gabon, Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Togo, Tchad, Guinée Equatoriale, Guinée Bissau et des Comores.

Dans la même catégorie