- FAAPA FR - http://www.faapa.info -

La maternité de Mushaba à Kalemie réhabilitée par l’UNFPA

Kinshasa, 21 juillet 2019 (ACP).-Le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) a réhabilité,  sur fonds propres, la maternité de Mushaba située dans la zone de santé de Nyemba, à 18 km de Kalemie, chef-lieu de la province du Tanganyika, en vue de permettre aux déplacés internes du village Kikumbe de s’en servir pour éviter des décès maternels dans cette partie de la province.

Les journalistes de quelques organes de presse basés à Kinshasa, qui ont effectué du 15 au 19 juillet un voyage de presse à Kalemie, ont palpé du doigt les réalités de cette contrée.

Cette maternité est constituée d’une salle d’accouchement, d’une salle de consultation bien équipée, avec un panneau solaire  d’une grande capacité grâce à L’UNFPA.

Pour l’infirmier titulaire, Célestin Mutindi Masudi, cette réhabilitation qui s’inscrit dans le cadre de l’amélioration des soins primaires aux femmes enceintes, a été rendue possible grâce à l’UNFPA  en vue d’améliorer les conditions hygiéniques  des femmes enceintes qui se trouvent dans des camps des déplacés de Kikumbe.

« Ce centre existe depuis 7 ans mais les conditions hygiéniques ne répondaient pas, et les femmes accouchaient  à même le sol dans des camps  et cela était à la base de beaucoup de décès maternels », a-t-il dit.

Selon lui, certains partenaires, notamment l’es médecins du monde, l’UNICEF, le PAM y sont passés pour apporter de l’aide en aliments pour les femmes enceintes et allaitantes afin d’éviter la malnutrition chez la mère et l’enfant  avant et après l’accouchement.

Il a fait remarquer que  suite à un taux élevé de décès maternels,  le centre sensibilise des femmes dans la planification familiale et la consultation prénatale (CPM) suivant les normes de l’OMS.

Pour le Dr Simon Mayatezulua  Salanga, chef du bureau de l’UNFPA,  la sensibilisation des femmes se fait 3 fois par semaine.  Elle est suivie de la remise d’aliments de base  aux femmes enceintes et allaitantes pour éviter la malnutrition aiguë et sévère avant et  après l’accouchement.

Une bénéficiaire du centre, Mme Kyungu Bimuloko qui a remercié l’UNFPA pour avoir pensé aux femmes de ce coin, a indiqué qu’auparavant la situation était catastrophique, mais dès lors les femmes sont protégées contre des infections grâce à l’appui de cette organisation onusienne. ACP/Zng/May/Mpk