GNA COVID-19 vaccines are safe/efficacious, disregard misconceptions – Dr Nsiah-Asare MAP Le président de la FIFA salue l’engagement de SM le Roi Mohammed VI en faveur du développement du football national MAP La République du Burundi réitère son appui à l’intégrité territoriale du Royaume et à son unité nationale MAP M. Bourita reçoit son homologue burundais, porteur d’un message du président de la République du Burundi à SM le Roi AIP Côte d’Ivoire-AIP/International/ La BAD contribue à la modernisation de l’aéroport de Bangui et à la sécurité alimentaire en Centrafrique AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Législatives 2021 : Bédié et Gbagbo appellent leurs militants et sympathisants à une participation massive AGP Kindia : Prise de fonction du nouveau maire de Bangouya Seydouba Khatia Camara AGP Boké-Insalubrité : quand les ordures bloquent la devanture du Bloc administratif de la préfecture AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Démarrage des travaux d’un forage d’eau au lycée moderne de Mankono AGP Mamou Ouré-Kaba/Sécurité : les autorités guinéennes et sierra-Léonaises à Sitakoto pour parler de libre échange

Crise des raffineries: L’Afrique du Sud devient dépendante des importations de carburant (professionnel)


  29 Janvier      22        Economie (11174),

   

Johannesburg, 29-01-2021 -(MAP)- L’Afrique du Sud deviendra encore plus dépendante des importations pour répondre à ses besoins en carburant, alors que les raffineries du pays risquent de fermer, a affirmé vendredi le directeur exécutif de l’Association sud-africaine de l’industrie pétrolière (SAPIA), Avhapfani Tshifularo.

Six raffineries du pays sont actuellement «en cours d’examen» et certaines d’entre elles «devront prendre des décisions très difficiles» durant les prochains mois, a déclaré Tshifularo, mettant en garde que tout le secteur fait face à un avenir incertain.

Les scénarios probables seront soit de «convertir une raffinerie en une plate-forme d’importation, soit de la céder complètement» au lieu de mettre en place un programme de mise à niveau coûteux pour le budget de l’Etat, a-t-il ajouté.

Il pourrait être 75% moins cher de convertir une raffinerie en installation d’importation que de la moderniser, a expliqué Tshifularo, notant que si un investissement est prévu «il sera très minime et servira juste à prolonger un peu plus la situation actuelle».

Par ailleurs, a-t-il rappelé, les délestages électriques opérés depuis 2020 par la compagnie nationale d’électricité, Eskom, signifient que le pays est déjà en «mode importation».

Le responsable a relevé, en outre, que vue les pressions environnementales et réglementaires, les importations deviennent de plus en plus attractives pour répondre à la demande de carburants de meilleure qualité, par rapport à la production domestique.

Les raffineries de pétrole d’Afrique du Sud, dont la capacité totale est estimée à plus de 500.000 barils par jour, font face à des difficultés majeures qui ont été aggravées par les implications de la crise sanitaire de la covid-19.

Dans ce contexte, les installations sud-africaines appartenant aux compagnie Glencore Plc et Petroliam Nasional Bhd, qui représentent 43% de la capacité de raffinage du pétrole du pays, devraient rester fermées au moins jusqu’en 2022, selon les observateurs.

Dans la même catégorie