MAP Niger: 79 « terroristes » tués près du Mali (armée) MAP Sierra Leone: la police rejette un rapport « biaisé et partial » d’Amnesty International MAP Coupe d’Afrique des Nations 2023 : le Maroc qualifié pour la phase finale APS Lancement d’une campagne de sensibilisation sur les vagues de chaleur APS Kédougou : deux hommes arrêtés pour détention de comprimés d’amphétamines APS Le Sénégal est ‘’très attaché à la protection de l’Etat de droit’’, selon le ministère de la Justice APS CAN 2024: Le Sénégal bat le Mozambique, 5-1 ANP Session extraordinaire du CNDP à Niamey : Les participants examinent les textes révisés de l’organe de dialogue politique GNA Government hopeful of external creditors’ financing assurance soon MAP Coupe d’Afrique des Nations 2023 : les Bafana Bafana tenus en échec à Johannesburg par le Libéria (2-2)

Forum de Bamako : Les efforts du Maroc pour le développement du capital humain mis en exergue


  22 Mai      41        Politique (21888),

 

Bamako, 22/05/2021 (MAP) – L’Ambassadeur du Maroc au Mali, Hassan Naciri, a passé en revue, samedi à Bamako, les efforts multiples et diversifiés que le Royaume a entrepris en vue de renforcer et d’accélérer le développement du capital humain.

Intervenant à la clôture de la 21è édition du Forum du Bamako, organisée sous le thème ‘’Développement durable et capital humain : bilan et priorités opérationnelles pour la Transition au Mali », le diplomate marocain a, tout d’abord, relevé que le développement du capital humain constitue une préoccupation « majeure » au Maroc où il s’est agi de concevoir une politique de développement durable mettant fin aux disparités sociales et spatiales pour rattraper les retards sur le plan économique et social.

Le Maroc a revu toutes ses politiques publiques en les inscrivant désormais dans la valorisation des ressources humaines, « notre richesse inépuisable et inestimable », a souligné M. Naciri, qui intervenait en sa qualité de doyen du corps diplomatique accrédité à Bamako.

En effet, a-t-il dit, il a fallu un diagnostic approfondi, à travers une série de rapports portant sur la situation du pays pour lancer une « réflexion sur notre modèle économique, ses forces et ses faiblesses ».

Le point de départ fut le Discours du Trône du 30 juillet 2014 qui a annoncé l’amorce d’une nouvelle évaluation du parcours de développement franchi par le pays, après celle menée en 2005 dans le cadre du rapport du cinquantenaire de l’indépendance.

Tenant compte des résultats des rapports et enquêtes réalisés, le Maroc a lancé dès 2005 un vaste projet d’ordre social visant à cibler les poches de pauvreté et de vulnérabilité sociale sur l’étendue du territoire national, à travers l’initiative nationale de développement humain (INDH) qui a remporté un succès retentissant notamment en matière d’objectifs de développement durable (ODD), a-t-il expliqué..

Vint ensuite le discours Royal du 13 octobre 2017 dans lequel SM le Roi Mohammed VI a souligné que « …si le Maroc a réalisé des progrès manifestes, mondialement reconnus, le modèle de développement national, en revanche, s’avère aujourd’hui inapte à satisfaire les demandes pressantes et les besoins croissants des citoyens, à réduire les disparités catégorielles et les écarts territoriaux et à réaliser la justice sociale ».

Un autre fait marquant fut le discours adressé à la nation, le 29 juillet 2018, dans lequel le Souverain a considéré que « l’ampleur du déficit social et les modalités de réalisation de la justice sociale et territoriale sont parmi les principales raisons qui Nous ont incité à appeler (…) au renouvellement du modèle de développement national ».

Pour ce faire, a souligné M. Naciri, une commission spéciale sur le modèle de développement a été créée et entreprend à présent des consultations et concertations avec tous les acteurs de la scène politique, économique et sociale en vue d’arrêter les priorités et les stratégies futures pour un nouveau décollage économique, plus inclusif et plus égalitaire.

Parallèlement, SM le Roi Mohammed VI a lancé, le 14 avril 2021, le projet national structurant et ambitieux portant sur la future généralisation de l’assurance maladie obligatoire de base qui intègre pratiquement toutes les catégories, notamment dans l’informel, qui n’étaient pas couvertes jusqu’ici, a rappelé M. Naciri.

Ainsi au cours des années 2021 et 2022, environ 22 millions de citoyens devraient être assurés contre la maladie. En 2023 et 2024, le projet prévoit de généraliser les allocations familiales, puis d’élargir l’assiette des adhérents aux régimes de retraite et de généraliser les indemnités pour perte d’emploi pour « toute personne exerçant un emploi stable » et ce dès 2025.

Il s’agit « d’une vraie révolution sociale », a dit le diplomate marocain, ajoutant que le développement durable préoccupe, au plus haut degré, le Royaume.

Le « Forum de Bamako » est depuis 20 ans une initiative africaine originale et un espace de réflexion de haut niveau sur l’avenir du continent. Il s’emploie au fil des années, à travers ses propositions et recommandations, à devenir une source d’inspiration pour les dirigeants africains et d’action pour les acteurs économiques et politiques du continent.

Plus de 300 participants composés de personnalités publiques, d’universitaires, d’étudiants, d’experts, de leaders d’opinion et de responsables de mouvements associatifs, venus de la sous-région, de l’Afrique, d’Europe et du monde entier, avaient pris part à l’édition 2020 du Forum.

Dans la même catégorie