MAP Les Sud-africains appelés à remettre à la police les armes à feu illégales MAP Le Conseil national de l’ordre des notaires salue les sages décisions de SM le Roi dans la gestion du dossier d’El Guerguarat MAP Gabon : Durcissement des mesures restrictives pour lutter contre la 2è vague de coronavirus MAP Afrique du Sud : Les équipes de gestion des catastrophes en alerte à l’approche du cyclone Eloise MAP La SG de l’OIF lance à Dakar un portail dédié aux ressources humaines éducatives GNA Use of Hydrogen Peroxide inactivates coronavirus – Study GNA 85 people arrested for not wearing nose masks in Koforidua GNA Okere District Assembly congratulates Dan Botwe AIP Côte d’Ivoire-AIP/ La direction d’une société minière échange avec les populations de Prikro AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le nouveau préfet de la Marahoué prend fonction

Guinée/économie : Un groupe guinéen UMS reprend l’usine d’alumine d’Alteo vieille de 126 ans


  8 Janvier      22        Economie (10840),

   

Conakry, 08 janv. (AGP)- Tristesse et soulagement ont accompagné, jeudi 7 janvier, l’annonce du rachat d’Alteo, la vieille usine d’alumine de Gardanne (Bouches-du-Rhône), en France, par le groupe d’extraction et de logistique minières guinéen United Mining Supply (UMS) de l’homme d’affaires d’origine libanaise, Fadi WAZNI.

 

Tristesse de voir s’arrêter d’ici à un an et demi le procédé Bayer, qui permet l’extraction de l’alumine à partir de la bauxite, alors que ce site industriel, le premier installé dans le monde, fonctionne ici depuis 126 ans.

 

Soulagement de savoir que, en dépit d’une petite centaine de licenciements à venir en 2022 – sur les 486 emplois actuels –, l’usine va continuer à défendre sa place de leader mondial des alumines de spécialités haut de gamme destinées à des secteurs de pointe comme les écrans de Smartphone, les prothèses ou les batteries ion-lithium.

 

Redressement par continuation, un an après sa mise en redressement judiciaire, le 12 décembre 2019, la société Alteo a vu son plan de redressement validé, jeudi 7 janvier, par le tribunal de commerce de Marseille. Sans aucune surprise, puisque, à l’audience du 08 décembre 2020, le seul concurrent encore en lice, Xavier Perrier, un ancien dirigeant de l’usine, avait jeté l’éponge, faute de financement. Cette offre prévoyait le maintien de la totalité de l’activité industrielle et de l’ensemble des emplois. Il ne restait plus que UMS, l’un des huit candidats à la reprise s’étant manifestés durant l’été.

 

Le groupe guinéen a proposé un plan de redressement par continuation en rachetant les actions du fond d’investissement américain HIG, propriétaire d’Alteo depuis 2012, et de quelques dirigeants-actionnaires. Ce plan de redressement a bénéficié d’un soutien des créanciers, notamment les fournisseurs et sous-traitants d’Alteo, dont la plupart ont accepté d’abandonner 80 % de leurs créances. Le passif à apurer sur dix ans est retombé à 32 millions d’euros.

 

A préciser que l’UMS évolue avec des entreprises chinoises dans la société minière de Boké (SMB).

Dans la même catégorie