MAP Beach soccer:  » Mon objectif, c’est de qualifier le Maroc à la Coupe du Monde 2024  » (sélectionneur) MAP Rabat : Cérémonie en l’honneur des pugilistes marocains sacrés au championnat d’Afrique Elite et au championnat arabe Juniors GNA Ghana trains Rwandan FDA on WHO Benchmarking Tool GNA More people queue for power at Legon ECG sub-station GNA Stakeholders laud VRA for sustainable growth, impressive operational performance GNA Ghana grateful to UK for funding research into Non-Communicable Diseases GNA Mental Health Week launched in Tamale GNA Problem-solving based education curriculum is crucial for sustainable national economic growth GNA Africa’s mineral wealth remains key driver of its transformation- Ambassador Muchanga AIP Côte d’Ivoire-AIP/Des jeunes entrepreneurs formés à la digitalisation de leurs activités

Le film ‘’Saloum’’, de Jean Luc Herbulot, un mélange de thriller et de carte postale du Sine-Saloum


  5 Août      80        Cinéma (278),

   

Dakar, 5 août (APS) – Le film ‘’Saloum’’, du réalisateur franco-congolais Jean Luc Herbulot, projeté jeudi dans la salle de cinéma de Canal Olympia Téranga, à Dakar, a les allures d’un thriller, d’un conte et d’une carte postale du Sine-Saloum, dans le centre-ouest du Sénégal.

Le long métrage (90 minutes) raconte l’aventure de trois mercenaires, les ‘’Hyènes de Bangui’’, qui trouvent refuge dans les îles du Saloum à la suite d’un coup d’État en Guinée-Bissau.

Après un putsch survenu dans ce pays, les mercenaires sont chargés d’exfiltrer un trafiquant de drogue et de fuir en direction de Dakar avec des lingots d’or, sous la contrainte de se cacher dans la région mystique du Saloum en attendant d’y voir clair.

Mais c’est compter sans la légende mystérieuse et la vengeance personnelle de Souleymane. Le film ‘’Saloum’’, du nom de la zone où a eu lieu son tournage, est aussi un film d’action, avec genre fantastique et une histoire très ambiguë.

Sa productrice, la Sénégalaise Pamela Diop, estime que l’histoire du film a été écrite pour mettre en avant le Saloum, la région d’origine de ses parents, classée au patrimoine mondial de l’humanité en 2011.

‘’C’est fou que le monde ne se rend pas compte à quel point on est cinématographique’’, a-t-elle dit à la fin de la projection.

‘’Il suffit d’être dans une voiture, de mettre de la musique (…) On a l’impression d’être dans un film en voyant les images défiler. Je pense qu’on a un trésor devant nous’’, a commenté Diop.

Les acteurs du film, dont Mentor Ba, Babacar Oualy et Roger Salah, personnages de plusieurs séries sénégalaises, le rappeur Canabass et Bruno Henry sont très connus de la scène musicale et cinématographique locale.

Selon Pamela Diop, le tournage et la postproduction du film ont coûté environ 256 millions de francs CFA. ‘’Saloum’’ a bénéficié, à l’étape de la finition, de l’assistance financière du Fonds image de la Francophonie.

Le film sort ce 5 août dans 17 pays d’Afrique francophone. Sa distribution est assurée par ‘’Pathé BC Afrique’’.

Dans la même catégorie