ACI Chine : La gouvernance et le développement centrés sur le bien-être du peuple ACI Congo : Les établissements de brassage de la population, un outil précieux contre le tribalisme, selon le président de la république ACI Congo : Un accord d’octroi de crédit conclu entre le Congo et l’Afd AGP Gabon : Ike Ngouoni, une interpellation qui retient l’attention AGP Sport/CAF-Réunion : Le comité exécutif statue sur le cas-Lagardère AGP Mamou-Routes : Un accident de la circulation fait deux (2) morts AGP Labé-Politique : Langage de vérité du Premier Ministre à Labé ANG Jovens homenageiam CEMGFA ANG Missão de Observadores vê criadas condições para processo eleitoral com normalidade ANG As forças de Defesa e Segurança votam hoje

Le Minsa forme des professionnels pour l’amélioration du système de santé


  5 Novembre      29       

   

Luanda, 05 Nov. (ANGOP) – Quatre-vingt-dix mille professionnels de la santé, y compris des assistants de nettoyage et des agents des services de sécurité dans les différentes unités hospitalières, seront formés dans tout le pays à partir de mardi, dans le cadre du programme d’amélioration du système de santé.

C’est ce qu’a informé lundi, à Luanda, la ministre de la Santé, Sílvia Lutucuta, lors de la cérémonie d’ouverture du «Programme de formation et de qualification des professionnels de la santé», sous le slogan «Agir avec amour en adoptant de petits gestes d’’humanisation».

Selon la ministre, c’est dans ce cadre d’améliorations que le ministère de la Santé, par l’intermédiaire du Bureau d’éthique et d’humanisation, s’inscrit le cycle de formation continue, valorisant ainsi les différents agents et acteurs impliqués dans le processus de production de la santé, les utilisateurs, les travailleurs et les gestionnaires dans l’optique d’accroître le degré de coresponsabilité dans la production sanitaire et dans le fonctionnement de différents services.

Pour la responsable, humaniser la santé signifie également que l’esprit des individus subira ou devrait subir des changements positifs, en créant de nouveaux professionnels plus compétents qui améliorent le système de santé.

À cet effet, 60 spécialistes étaient préparés à enseigner divers sujets dans le cadre des 11 modules: éthique générale; Éthique spéciale; Travail social en santé; Bureau des utilisateurs; Hygiène, santé, sécurité au travail; Biosécurité; Déterminants sociaux en santé; Système de référence et contre-référence; Espace religieux et environnement spirituel dans les hôpitaux; Ressources humaines en santé et plate-forme numérique pour l’humanisation à l’hôpital et en dehors de l’hôpital.

Selon la gouvernante, l’humanisation en matière de santé implique également un changement dans la gestion des systèmes de santé et de leurs services.

Pour elle, ce changement devrait entraîner une modification dans la manière dont les utilisateurs de soins de santé et les travailleurs interagissent, et l’un de leurs principaux objectifs est de fournir de meilleurs soins aux bénéficiaires et de meilleures conditions pour les travailleurs.

Sílvia Lutucuta a dit qu’outre la création d’une équipe nationale pour renforcer l’humanisation dans les hôpitaux avec une représentation dans les unités de santé du pays, ainsi que la revitalisation des bureaux des utilisateurs, la création d’un centre d’appels dans les six prochains mois est essentielle pour une communication continue avec l’utilisateur.

De son côté, le bâtonnier de l’Ordre des infirmiers, Paulo Luvualo, a souligné l’importance de la formation continue en éthique et en humanisation pour les professionnels du secteur, car beaucoup n’ont pas prêté serment, ce qui les a amenés à adopter un comportement inapproprié envers les utilisateurs.

Le bâtonnier des infirmiers a indiqué que les plaintes des patients envers le professionnel de santé étaient récurrentes, ce qui a déjà abouti à vingt procédures disciplinaires pouvant entraîner l’annulation de la carte professionnelle de l’employé.

Dans la même catégorie