GNA Engage Environmental Health Officers to educate public on COVID-19 GNA GRNMA records 50 COVID-19 cases with one death in Volta GNA COVID-19: Adaklu district habours only one active case GNA More than 500 youth to undergo training in oil palm APS CAN U20 : L’OUGANDA REJOINT LE GHANA EN DEMI-FINALES APS ’’SOUS LE VOILE DU BONHEUR’’, UN ROMAN INVITE À DIALOGUER AVEC LES FEMMES VOILÉES APS KAOLACK : LE KHALIFE DE MÉDINA BAYE SE FAIT VACCINER CONTRE LA COVID-19 AIP Le Préfet de Gbéléban échange avec les Candidats à l’élection législative AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Un forum pour la prévention des violences électorales à Katiola AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Législatives 2021 : Six listes en compétition pour deux sièges à Attécoubé

Plaidoyer pour l’observance de la parité au sein du prochain gouvernement


  10 Février      14        Politique (15344),

   

Kinshasa, 10 Fév.2021(ACP).- La Présidente du Cartel des femmes politiques leaders actives (CFPLA), Marie-Josée Bunsama Lunkeba a plaidé mercredi au cours d’un entretien avec l’ACP, pour l’observance de la parité (50/50) dans la composition du premier gouvernement de l’Union sacrée de la nation(USN).

Pour Mme Bunsama, il existe des femmes compétentes et capables en République démocratique du Congo(RDC), qui n’ont le mauvais sort que d’être souvent mises à l’écart lorsqu’il s’agit du partage des postes de responsabilité.

Elle a fait savoir que depuis 60 ans, les hommes forment la majorité des animateurs au sein des institutions, et pourtant, les résultats sont tels que nous nous retrouvons dans une succession des crises politiques.

Cette actrice sociale a souhaité que les membres du futur gouvernement de l’USN travaillent pour le bien-être de la population, avant d’inviter le chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo à choisir de nouveaux animateurs en tenant compte des compétences et de la probité morale de chacun.

Le ticket de l’USN au bureau de l’Assemblée Nationale est une discrimination faite aux femmes congolaises

A en croire la présidente du CFPLA, le ticket proposé par l’Union sacrée de la nation(USN) au bureau de l’Assemblée nationale est une preuve de discrimination à l’égard de la femme congolaise dans la mesure où deux candidates ont figuré sur la liste de 6 postulants aux postes prévues.

Elle soutient cela sur pied, l’article 14 de la Constitution qui stipule que les pouvoirs publics veillent à l’élimination de toutes les formes des discriminations à l’égard de la femme et assurent la protection de ses droits au sein des institutions nationales, provinciales et locales. L’Etat de droit, c’est aussi le fait de prendre en compte les droits des uns et des autres, a-t-elle conclu.

Dans la même catégorie