APS FATICK : L’INSPECTION D’ACADÉMIE NOTE UNE AUGMENTATION DES CAS DE GROSSESSE EN MILIEU SCOLAIRE GNA It’s for our good to wear face mask when stepping out- Police Commander GNA COVID-19: Ghana records nearly 2,000 new infections in three days GNA Residents expect Bono Regional Minister-designate to address child labour GNA Drivers and passengers urged to promote road safety GNA UHAS COVID-19 testing centre offers walk-in services GNA Avenor Chiefs Commend President Akuffo Addo- appeal for more appointments ANP CEDEAO : Les Etats membres exemptés du respect des critères de convergence macroéconomique en 2021, nouveau report du projet de la monnaie unique ANP Diffa : L’Assemblée nationale offre 5.OOO.OOO Frs aux populations de Toumour victimes d’une attaque terroriste GNA Drivers and passengers urged to promote road safety

Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique)


  4 Janvier      7        revue de presse (454),

   

Rabat, 04/01/2021 (MAP)- Nombre de sujets focalisent l’attention de la presse africaine parue lundi, notamment la loi sur le financement des partis politiques au Sénégal, la question de la relance post Covid-19 au Gabon, les négociations tripartites sur le barrage éthiopien +La Renaissance+, la vaccination contre le coronavirus en Afrique du Sud et le génocide rwandais.

Au Sénégal, la loi sur le financement des partis politiques fait la Une de la presse locale aux côtés d’autres sujets d’intérêt local.

Sous le titre « Les raisons d’une loi », +Le Soleil+ aborde l’interdiction de financement des partis politique de l’étranger.

Le ministre de l’intérieur est monté au créneau, ce week-end, pour rappeler aux protagonistes du jeu politique les mécanismes de financement de leurs partis, écrit la publication, notant que cette réaction survient suite au lancement, samedi, de la campagne internationale de levée de fonds par « Les Patriotes du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité » (PASTEF), un parti de l’opposition dirigé par Ousmane Sonko.

« Macky freine Sonko », titre le quotidien +L’As+, relevant que la levée de fonds lancée par Ousmane Sonko a sifflé le début des hostilités pour l’année 2021 entre la coalition au pouvoir « Benno Bokk Yaakar » (BBY) et le PASTEF.

Le ministre de l’intérieur Antoine Felix Abdoulaye Diome menace de dissoudre la formation politique que dirige l’opposant Sonko, en prenant prétexte sur la loi de 1981, modifiée en 1989, relative aux partis politiques, rapporte à ce sujet +L’Observateur+, soulignant que « les raisons seraient bien plus profondes que cela ».

Les journaux de la place reviennent, en outre, sur la situation épidémiologique dans le pays, faisant état de 220 contaminations communautaires au Covid-19 sur un total de 333 durant le week-end.

Au Gabon, +l’Union+ s’intéresse à la relance post-covid-19. Titrant « La remise en route », il écrit que fortement grippé, voire au ralenti, du fait d’une pandémie de Covid-19 contre laquelle une campagne de vaccination est envisagée, le Gabon doit réenclencher la marche avant dans des secteurs clés tels que l’économie, l’emploi, les infrastructures, l’éduction ou la santé.

Et d’expliquer que c’est le message d’espoir adressé lors de ses vœux aux Gabonais le 31 décembre par le président de la République Ali Bongo Ondimba.

Sur le même sujet, +Gabon Matin+ titre « Discours à la Nation du chef de l’Etat : l’heure de la relance ». Il indique que si 2020, la marche en avant du Gabon a été ralenti par le Covid-19, comme un peu partout à travers le monde, il y a tout lieu de croire à un renouveau, à une relance tous azimuts en 2021.

La publication ajoute que cette ambition a été affichée jeudi dernier par le président de la République Ali Bongo Ondimba, lors de son adresse de Nouvel an à la Nation, notant que le président a mis un accent particulier sur la jeunesse et sur la nécessité de ramener le taux d’endettement du pays à un seuil raisonnable.

En Ethiopie, +ETHIOPIAN MONITOR+ revient sur les négociations tenues dimanche entre l’Ethiopie, l’Egypte et le Soudan sur le grand barrage La Renaissance en relevant que les responsables des trois pays ont échangé les vues sur la poursuite des pourparlers en se concentrant sur un projet de document présenté par les experts de l’Union africaine.

L’Ethiopie a exprimé sa volonté d’utiliser ce projet de l’UA comme document de travail pour les négociations tripartites, relève le média qui cite le ministère des Affaires étrangères, ajoutant que l’Egypte a catégoriquement rejeté le document.

Lors de cette réunion convoquée par le ministère sud-africain des relations internationales et président du bureau de l’UA, les trois pays se sont mis d’accord sur plusieurs questions concernant les règles du remplissage et l’exploitation annuelle du barrage, ajoute le média.

Sur le même sujet, +FANA BC+ écrit que l’Ethiopie n’acceptera pas un accord qui restreindrait son droit d’utiliser les eaux du Nil.

«Sur cette base, l’Ethiopie s’est engagée à mener les négociations de bonne foi pour parvenir à un accord», souligne le média, notant que les pourparlers se poursuivront au niveau des experts.

En Afrique du Sud, +Sunday Independent+ indique que le gouvernement compte procéder à la vaccination de 67% de la population du pays contre la Covid-19 pour obtenir l’immunité collective, soit près de 40 millions de personnes.

Le journal fait savoir que le ministre de la Santé, Zweli Mkhize, a révélé dimanche la stratégie du gouvernement pour vacciner la population de ce pays d’Afrique australe, notant que le seul moyen de lutter contre la pandémie de manière efficace consiste à parvenir à l’immunité grâce à la vaccination.

La première phase de la campagne de vaccination ciblera ainsi les professionnels de la santé (1.250.000), ajoute la publication, notant que la deuxième phase portera sur les personnes avec des comorbidités et les travailleurs essentiels comme les policiers, les mineurs et les employés de la vente au détail, alors que la troisième phase sera dédiée à la tranche d’âge de moins de 18 ans.

Dans le même volet, +Business Tech+ écrit que le gouvernement sud-africain compte entamer une collecte des fonds pour pouvoir vacciner toute la population cible dans ce pays d’Afrique australe.

Le gouvernement avait approché le Fonds de solidarité contre le coronavirus pour l’aider dans le processus d’approvisionnement du pays avec le vaccin, ajoute le journal en ligne, signalant que les 8 milliards de rands réservés à l’acquisition du vaccin ont déjà été épuisés.

Citant le ministre de la Santé, le portail signale que l’Afrique du Sud est en train de négocier avec tous les fabricants de vaccins et s’engagera avec ceux qui pourront livrer les vaccins le plus tôt possible.

Au Kenya, les principaux quotidiens se font l’écho ce lundi du décret promulgué la veille par le président Uhuru Kenyatta par lequel il a prorogé le couvre-feu nocturne mis en place dans son pays jusqu’au 12 mars dans le cadre des mesures de lutte contre la propagation du COVID-19.

Dans ce décret annoncé par le ministre de l’Intérieur, Fred Matiang’i, le Président a indiqué que le couvre-feu national serait prorogé jusqu’au 12 mars et qu’il serait toujours en vigueur chaque jour entre 22h00 et 04h00, rapporte le journal « Daily Nation ».

Le décret étend également d’autres mesures de confinement Covid-19, a déclaré le ministre de l’Intérieur.

Dans le même temps, ajoute la publication, le ministre de l’éducation George Magoha a annoncé que le gouvernement fournirait des masques à trois millions d’apprenants nécessiteux à la réouverture des écoles ce lundi.

Il a ainsi demandé aux parents qui peuvent se le permettre d’acheter au moins deux masques pour leurs enfants.

«Je tiens à affirmer très fermement que le gouvernement a fait tout son possible pour que les écoles ouvrent demain lundi», a affirmé M. Magoha, cité par « Daily Nation ».

Au Rwanda, le journal électronique +RNA+ s’arrête sur le dossier du présumé génocidaire Claude Muhayimanan, indiquant que le procès de l’accusé, qui devait s’ouvrir en octobre dernier aux assises de Paris, se déroulera finalement du 2 au 26 février 2021.

Citant Alain Gauthier, président du Collectif des parties civiles pour le Rwanda, à l’origine de la plainte, le média précise que Muhayimanan est poursuivi pour « complicité par aide et assistance » de crimes de guerre et crimes contre l’humanité.

Claude Muhayimanan, ancien employé municipal de la ville française de Rouen, a joué un rôle dans l’extermination de la minorité Tutsi dans sa région d’origine de Kibuye, note la publication.

Sur un autre registre, +KT Press+ écrit que le Rwanda est sur la bonne voie pour réaliser son objectif d’atteindre l’accès universel à l’électricité d’ici 2024, citant un responsable du Rwanda Energy Group (REG).

Les projets énergétiques en voie d’achèvement, notamment la centrale Gisagara Peat-to-Power (70 mégawatts) et la centrale hydroélectrique de Nyabarongo (28 mégawatts) permettront au Rwanda d’atteindre un taux de 100 % d’électricité, ajoute le journal.

Dans la même catégorie