GNA NPP delayed Bolga-Bawku-Pulimakom road construction GNA Ghana to host 2021 West Africa Conference on CelebrateLAB GNA Aburihene confers ‘maawerehene’ title on President Akufo-Addo GNA Dr Kingsley Nyarko donates street lights to Kwadaso Municipal Assembly AGP Tournoi UFOA U20 : La Guinée domine la Mauritanie (1-0). AGP Nzérékoré/Insécurité : Cinq bandits présentés aux autorités préfectorales AGP Nzérékoré/Covid-19 : 21 enseignants formés en technique de communication et d’engagement communautaire AGP Guinée/Santé : La prévalence nationale des MGF est de 95% selon l’enquête démographique de Santé Publique de 2018 AGP Guinée/Covid19 : ‘’Des Covid-héros’’ récompensés  par l’Agence More & More APS GESTION DES DÉCHETS : UNE CAMPAGNE POUR UN CHANGEMENT DE COMPORTEMENT LANCÉ À TIVAOUANE

Revue de presse quotidienne internationale africaine (RPQI – Afrique)


  29 Octobre      11        revue de presse (437),

   

Dakar, 29/10/2020 (MAP)- La presse africaine parue ce jeudi, aborde divers sujets dont la dissolution du gouvernement au Sénégal, la campagne pour la présidentielle en Côte d’Ivoire, le référendum sur l’amendement de la Constitution au Kenya et l’arrestation d’un ancien procureur général au Rwanda.

Au Sénégal, la dissolution du gouvernement annoncée mercredi par le président Macky Sall fait la Une de la presse locale.

« Remaniements tous azimuts : Macky Sall dissout le gouvernement », titre +Le Soleil+ soulignant que le chef de l’Etat a signé, mercredi, quatre décrets mettant fin aux fonctions des membres du gouvernement, ainsi qu’à celles de la présidente du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Mme Aminata Touré, du ministre d’Etat, secrétaire général de la présidence, Mohammed Boun Abdallah Dionne, et du secrétaire général du gouvernement, Maxime Jean Simon Ndiaye.

La dissolution du gouvernement s’inscrit dans une dynamique d’impulser une nouvelle démarche des politiques publiques, écrit la publication, notant qu’avec le nouveau gouvernement qui sera installé, le président et son équipe pourront parachever les réformes déjà entamées.

Pour le journal +Enquête+, avec la récession économique, la crise sanitaire et la reprise de l’émigration et ses drames, Macky Sall a décidé, à travers la dissolution du gouvernement, de « prendre un nouveau chemin ».

« Macky Sall sabre tout » et annonce en Conseil des ministres un remaniement du gouvernement et des institutions, titre +Libération+, alors que +WalfQuotidien+ assure que le chef de l’Etat « risque de procéder à un changement radical de son équipe ».

En Côte d’Ivoiren, « Le Patriote » rapporte que le Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, pouvoir), parti du président sortant Alassane Ouattara, ira « loin au-delà » du taux de 41,15% de retrait des cartes d’électeur pour la présidentielle ivoirienne du 31 octobre 2020. Le journal cite le directeur de campagne en charge des élections du parti, Mamadou Sanogo.

A propos du 31 octobre 2020, date constitutionnelle du scrutin, maintenue par le pouvoir en dépit de l’appel de l’opposition à un report, M. Mamadou Sanogo a déclaré, cité par la publication, que « nous allons gagner », car la coalition au pouvoir a préparé ce scrutin depuis un an.

Sur un autre registre, « Soir Info » indique que la procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda qui s’est dite préoccupée par les allégations de violences inter-communautaires en Côte d’Ivoire ayant causé des morts, a appelé les acteurs politiques ivoiriens à la retenue.

« Je suis profondément préoccupée par les rapports publics et les informations reçues par mon Bureau, faisant état d’une recrudescence de violences graves depuis plusieurs jours dans des villes de la Côte d’Ivoire. Je déplore particulièrement les allégations de violences intercommunautaires qui auraient causé la mort de plusieurs personnes, des blessés… », a regretté Mme Bensouda dans un communiqué, appelant au calme et à la retenue.

Au Kenya, le journal « The Standard » s’intéresse au référendum sur l’amendement de la Constitution en rapportant que cette opération devra coûter aux contribuables au moins 14 milliards de shillings (environ 140 millions de dollars).

Le journal cite la Commission électorale indépendante et de délimitation des frontières (IEBC) qui a déclaré mercredi qu’elle avait fait des estimations du coût du référendum en cours sur l’initiative Building Bridges (BBI) (Construire les ponts), lancée par le Président Uhuru Kenyatta et le chef de l’opposition, Raila Odinga.

Le directeur général par intérim de la commission, Hussein Marjan, a déclaré que les estimations avaient été calculées sur la base des 19,6 millions de listes électorales de l’élection générale de 2017.

Les estimations de la commission interviennent à peine deux jours après que le président Kenyatta et le chef de l’ODM Odinga ont officiellement lancé le rapport, qui est le produit de leur poignée de main du 9 mars 2018.

Les alliés d’Uhuru et de Raila font pression pour que le référendum soit organisé au moins un an avant les prochaines élections générales, ajoute le journal.

Au Rwanda, les journaux locaux consacrent leur Une à l’arrestation à Kigali de l’ancien procureur général du Rwanda, Mutangana Jean Bosco, pour « faux et usage de faux ».

Le quotidien +The New Times+, qui cite le porte-parole de l’Office rwandais des investigations (RIB), indique que l’ex patron du ministère public est poursuivi pour « utilisation de faux documents », notant qu’aucun autre détail n’a été divulgué sur cette affaire.

L’instruction du dossier judiciaire de Mutangana Jean Bosco est en cours, écrit de son côté le journal électronique +KT Press+, précisant qu’il sera transmis au parquet compétant au cours des prochains jours.

Le suspect est détenu au poste du RIB à Remera, dans la capitale Kigali, depuis le 26 octobre, note la publication qui rappelle que Mutangana Jean Bosco avait occupé le poste de procureur général du Rwanda entre 2016 et 2019 et celui de président du Forum des procureurs d’Afrique de l’Est de 2016 à 2018.

En Ethiopie, +FANA BC+ s’intéresse à la célébration de l’Aïd Al Mawlid Al Nabawi Acharif par les musulmans d’Ethiopie en focalisant sur le message de vœux adressé à cette occasion par le Premier ministre Abiy Ahmed.

Le Premier ministre qui a présenté les vœux aux musulmans d’Ethiopie, a mis en exergue l’importance de la célébration l’Aïd Al Mawlid Al Nabawi Acharif en Ethiopie, relève le média.

Sur un autre registre, +ETHIOPIAN MONITOR+ rapporte qu’un tribunal d’Addis-Abeba a condamné à la réclusion à perpétuité un accusé reconnu coupable de la tentative d’assassinat du Premier ministre Abiy Ahmed en juin 2018.

Quatre autres accusés ont été condamnés à des peines d’emprisonnement allant de 5 à 23 ans, souligne le média éthiopien qui rappelle que deux personnes avaient été tuées et plus de 100 blessées dans cette attaque.

En Afrique du Sud, +The South African+ revient sur la politique budgétaire à mi-mandat (MTBPS) présentée mercredi au parlement par le ministre des Finances, Tito Mboweni.

La publication indique que les Sud-africains ont reçu des nouvelles inquiétantes concernant les impôts, notant que le ministre a souligné que pour reconstituer les caisses déficitaires du Trésor, les impôts devraient augmenter graduellement jusqu’à 2025.

« Pour aider à la consolidation de la dette, le gouvernement a prévu des augmentations d’impôts de 5 milliards de rands en 2021/22, de 10 milliards de rands en 2022/23, de 10 milliards de rands en 2023/24 et de 15 milliards de rands en 2024/25 », a expliqué le ministre, cité par le portail.

Au Gabon, +l’Union+ écrit sous le titre « Gabon-Arabie saoudite : allez plus loin », que le Prince Faisal Bin Farhan Bin Abdallah Al Saoud, également ministre des affaires étrangères du Royaume d’Arabie saoudite, a effectué hier une visite officielle au Gabon, notant qu’un premier entretien avec le président Ali Bongo Ondimba a mis en évidence la volonté des deux parties de porter leur coopération, vieille de 46 ans et riche de plusieurs accords.

Revenant sur la situation épidémiologique dans le pays, +Gabonactu+ indique qu’au total, sur 234 341 prélèvements réalisés au 28 octobre, le Gabon a enregistré 8 957 cas testés positifs (3,8%) dont 8 619 guéris (96,2%) et 55 décès alors de que 8 personnes sont hospitalisées dont 3 en réanimation.

Dans la même catégorie