APS SENEGAL-JUSTICE-ASSISES / Réforme du système judiciaire : le chef de l’Etat appelle à un débat serein AIP Expertise des biens saisis ou confisqués : l’AGRAC et la CIEAMI concluent une convention de partenariat AIP Découverte d’un gisement de coltan par la SODEMI à Issia (Communiqué) ACI Afrique/Economie: Les Etats invités à financer les projets d’infrastructures d’intégration ACI Congo/Tourisme: La gestion durable des aires protégées présentée dans quatre Etats des Etats Unis ACI Niari/Communication: Les internautes sensibilisés sur l’utilisation citoyenne des réseaux sociaux ACI Congo/Sénat: Vers la réglementation des jeux de hasard ACI Congo/Environnement: Plus de 30 perroquets gris d’Afrique rapatriés MAP Le Parlement burkinabè autorise la ratification de la Charte de l’AES MAP Cameroun: tenue à Yaoundé de la 30è Assemblée régionale Afrique de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie

Cinq pays ouest-africains planchent à Abidjan sur l’harmonisation de leurs législations en matière de santé animaleCinq pays ouest-africains planchent à Abidjan sur l’harmonisation de leurs législations en matière de santé animale


  17 Avril      15        Santé (15446),

 

Abidjan, 17 avr 2024 (AIP) – Des représentants du Ghana, du Sénégal, du Mali, du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire ont entamé mercredi 17 avril 2024 à Abidjan, un atelier de trois jours visant l’harmonisation de leurs législations nationales en matière de santé animale, pour une meilleure opérationnalisation de leur marché commun.

En procédant à l’ouverture officielle de l’Atelier régional de l’évaluation des cadres réglementaires en matière de santé animale dans cinq pays de l’Afrique de l’Ouest au nom du ministre ivoirien des Ressources animales et halieutiques, sa conseillère technique, Fatiga Aïda Diarrassouba rappelé l’importance de la réglementation en matière de santé animale pour le gouvernement.

« En effet, la production animale, la pêche et l’aquaculture, en tant qu’activités génératrices de revenus, s’inscrivent dans la même dynamique, celle de sortir ou éviter que les hommes et les femmes rentrent dans un cycle vicieux de la pauvreté qui touche en majorité les populations rurales et de plus en plus celles des villes », a souligné la représentante du ministre Sidi Tiémoko Touré.

Et de préciser toutefois que les systèmes dans lesquels est pratiqué l’élevage dans les Etats concernés ainsi que la mobilité des troupeaux à travers les frontières constituent des défis majeurs en matière de santé animale, car pouvant favoriser la propagation de maladies animales transfrontalières avec des impacts socioéconomiques importants. Selon l’Organisation mondiale de la santé animale (OMSA), 75% des maladies animales émergentes peuvent être transmises à l’homme.

D’où l’importance de cette évaluation du cadre réglementaire en matière de santé animale qui permet d’identifier les lacunes et les opportunités, de proposer des mesures correctives à travers des actions de renforcement des capacités en vue de faciliter l’harmonisation des systèmes nationaux de gouvernance pour un commerce international sûr, de développer des stratégies efficaces pour renforcer les capacités nationales et régionales en matière de santé animale.

Ouvert à l’hôtel Ivotel du Plateau en présence du préfet intérimaire d’Abidjan, Sindou Dosso, l’atelier réunit également les partenaires techniques et financiers du projet, à savoir la CEDEAO, l’Union africaine, UMAP Ghana, USDA-APHIS, ILRI, TAMU, avec la coordination de la direction des services vétérinaires du Ministère ivoirien des Ressources animales et halieutiques.

Dans la même catégorie