ANP Niger : Le gouvernement se penche sur le phénomène de la mendicité dans le pays ANP Le Président de la République nomme un nouveau président de l’Autorité de lutte contre la corruption au Niger ANP Niger : Les épreuves écrites de la session 2021 du baccalauréat, prévues pour le 27 juillet, reportées au 4 août prochain ANP Le Niger se dote d’une stratégie nationale de couverture sanitaire universelle pour la période 2021-2030 ACAP Ouverture à Bangui des travaux de la Table-ronde du secteur forestier ACAP Les Magistrats recommandent l’engagement systématique des poursuites disciplinaires à l’encontre des juges indélicats ACAP Le gouvernement condamne les exactions perpétrées près de Bossangoa ACAP Le Ministre de la Justice s’entretient avec l’Ambassadeur de France en Centrafrique GNA Government to establish girls STEM SHS in Accra GNA Murdered Constable Emmanuel Osei laid to rest

Gabon : La femme musulmane formée sur la jurisprudence islamique


  15 Juin      4        Religion (846),

   

Libreville, 15 Juin (AGP) – La Fondation Mohammed VI des Ouléma Africains, section Gabon, organise du 6 au 27 juin 2021, une session de formation gratuite sur la Jurisprudence Islamique de la femme musulmane, à Libreville. Plusieurs thématiques sont au rendez-vous pour outiller les participantes afin de mieux pratiquer leur Foi et l’enseigner à leurs progénitures intergénérationnelles.

La femme musulmane de Libreville bénéficie, depuis le 6 juin dernier, d’une formation sur la Jurisprudence Islamique, organisée par la Fondation Mohammed VI des Oulémas Africains, section Gabon, du 6 au 27 juin 2021, sous la présidence, de l’imam Ismaël Océni Ossa.

Pour cette 2ème séance du 13 juin 2021, il a été question de former ces femmes musulmanes sur les fondamentaux du dogme, de la purification et de la biographie du Prophète Mohammed (PSDL). Ces thèmes sont exposés respectivement par l’imam Mamadou Rizogo, l’imam Mamadou Tidjani et l’imam Ibrahim Bouné. L’imam Rachid Mbadinga, lui, est chargé de faire la synthèse des trois (3) chapitres.

L’assistance a suivi avec beaucoup d’attention les interventions riches d’enseignements et d’explications des différents imams qui se sont succédé. Un apport, en plus de leur connaissance acquise ou non. Car l’Islam doit être attesté par des paroles et par des actes conformes aux prescriptions divines. De même, l’Islam recommande la Science, honore les savants et combat l’ignorance.

Pour Amina Gassita Farhane, Secrétaire général adjoint, cette formation émane du programme édicté par la Fondation mère, dans le cadre des activités solidaires à mener pendant le mois de Ramadan. Parmi elles, l’aspect santé, social, environnemental et enseignement.

«Nous avons choisi de nous focaliser sur l’enseignement de la femme. La Jurisprudence, parce que toute femme musulmane a besoin de la constitution de l’islam, émanant du Coran et de la Sunnah (Tradition prophétique)», a-t-elle fait savoir.

Précisant que l’Islam proclame l’Unicité divine absolue et exclut toute association à Dieu d’une autre divinité. «Il faut qu’on lui explique cela parce que souvent, il y a des glissements dont les femmes ne sont pas conscientes ou qu’elles ne connaissent pas, et ça va les égarer dans leur adoration. L’islam est la religion du savoir. Donc, il est toujours important et nécessaire pour la femme musulmane d’apprendre, elle est le pilier de la famille», a indiqué Amina Gassita.

Toutefois, elle a rassuré que cette formation, étalée sur 4 séances, tous les dimanches, sera pensée à une large majorité jusqu’à l’intérieur du pays, tout en respectant les restrictions des mesures barrières édictées par les autorités.

Dans leurs communications, les imams ont exhorté la femme musulmane à être en quête de connaissances. En effet, pour eux, elles permettent à l’homme de connaître son Maître, son prophète et sa religion.

Les participantes ont reconnu l’importance de cette formation pour leur Foi et la pratique de la religion dans leur vie quotidienne. «C’est une formation qui vient à point nommé pour nous et les nouvelles converties. J’avoue que, depuis la 1ère séance, j’apprends beaucoup. Nous avons appris les bases et les imams nous ont édifiées sur certaines ondes d’ombre», s’est exprimé, Aïcha, participante.

Dans la même catégorie