GNA USA, Saudi Arabia, Kuwait, Russia refuse to « welcome » Climate report GNA Ghana’s COP24 delegates engage in negotiations on adaption and mitigation GNA Earth tremor confirmed in parts of Accra MAP Affaire d’enlèvement d’une humanitaire italienne au Kenya: Un officier de la police judiciaire et un haut responsable du KWS parmi les suspects MAP Nigeria: deux soldats tués dans l’attaque d’une base militaire dans le nord du pays MAP Sénégal : le Programme triennal d’investissements mobilise près de 10 milliards euros ACP Le professeur Mwilanya présente les salutations du Chef de l’Etat à la population du Sud-Kivu ACP Le ministre de la Communication et des médias appelle la population de Lodja au patriotisme ACP Début de déploiement des observateurs électoraux de la SADC en RDC GNA 61 year old American wins Women’s 5K Run

Le Maroc préside l’Observatoire Africain de Sécurité Routière (secrétaire permanent du CNPAC)


  16 Novembre      15        Société (45215),

   

Rabat , 16/11/2018 (MAP)- Le Maroc a été désigné, à l’unanimité, président de l’Observatoire Africain de Sécurité Routière (ARSO), dont la création a été entérinée lors du premier Forum Africain de la Sécurité routière, tenu du 13 au 15 novembre à Marrakech, a fait savoir le secrétaire permanent du Comité national de prévention des accidents de la circulation (CNPAC), Benacer Boulaajoul.

Dans une déclaration à la MAP en marge de cet important Forum continental, M. Boulaajoul a précisé que la présidence de l’ARSO « a été confiée, à l’unanimité, au Royaume du Maroc dans le cadre d’un comité directeur composé de six autres pays du continent ».

Après les ateliers tenus à Lomé (Togo), Dakar (Sénégal) et à Abuja (Nigéria), le quatrième atelier organisé dans le cadre des travaux de ce Forum a été marqué par l’adoption d’un plan d’action 2019-2021 et des statuts de l’Observatoire, a-t-il indiqué.

« Nous avons maintenant la charge de mener les contacts nécessaires avec les pays concernés, d’inviter les pays à rejoindre cet Observatoire et d’assurer sa mise en place physique, organisationnelle et managériale dans les mois à venir, outre le déploiement du plan d’action adopté », a indiqué le secrétaire permanent du CNPAC.

Et de poursuivre que « nous sommes très fiers de voir le Maroc jouir de cette confiance et de ce respect à l’échelle du continent », soulignant que « nous allons travailler main dans la main avec nos partenaires africains pour la réussite de la mise en place de cet Observatoire ».

Il a, en outre, affirmé que l’ensemble des organisations internationales concernées et certains bailleurs de fonds, dont la Banque mondiale, le Fonds des Nations unies pour la sécurité routière et d’autres partenaires, ont soutenu de manière « sereine » le déploiement sur le plan financier de cet Observatoire.

Cet organe a pour mission de générer des données solides ayant un impact positif sur les politiques publiques en matière de sécurité routière, d’influencer et d’évaluer techniquement les principaux acteurs responsables du trafic et de la sécurité routière dans les pays membres africains, afin de réduire considérablement les accidents de la route et leurs conséquences.

Il devra également être reconnu comme un leader et une source officielle dans la production et la fourniture d’informations qualitatives et quantitatives sur le trafic et la sécurité routière, ainsi que comme promoteur de politiques publiques et de bonnes pratiques en matière de sécurité routière dans le but ultime de garantir la protection de la vie humaine sur les routes en Afrique.

L’ARSO vise à assurer un suivi critique des politiques nationales en matière de sécurité routière et à mettre en place une plateforme d’analyse des politiques publiques qui la soutiennent ou s’y rapportent au plus haut niveau décisionnel, en attirant principalement l’attention des autorités gouvernementales ainsi que des acteurs responsables de la circulation et de la sécurité routières et de la réduction du nombre de morts et de blessés résultant d’accidents de la route, à encourager l’élaboration de politiques publiques en matière de sécurité routière, à créer des agences nationales chefs de file établies au plus haut niveau de la prise de décision dans chaque Etat membre, et à promouvoir une opinion publique mieux informée, responsable et critique.

Il a également pour objectifs de favoriser la normalisation des politiques nationales de sécurité routière et d’encourager sa diffusion et son contrôle critique par les pays africains membres, de renforcer la normalisation et la diffusion des procédures d’enregistrement, de collecte de données et d’enquêtes sur les accidents de la route, de contribuer à la production de rapports d’avancement sur les indicateurs statistiques de la sécurité routière, d’établir une base de données régionale africaine sur les progrès statistiques en matière de sécurité routière des pays membres africains, de renforcer le dialogue entre les différentes autorités gouvernementales et les principaux acteurs responsables du trafic et de la sécurité routière, en encourageant la formation des capacités techniques et en peaufinant les politiques publiques sur la base de données quantitatives et qualitatives, afin de leur permettre de prendre des décisions et/ou de mener à bien des interventions efficaces en matière de sécurité routière.

Il contribuera aussi à encourager l’adoption de lignes directrices visant à assurer la protection de la vie humaine sur les routes à travers le monde, influencer la création de programmes et de projets qui garantissent la promotion des politiques publiques en matière de sécurité routière, appuyer l’approbation des directives techniques sur la sécurité routière et la participation des divers organismes de coopération technique et financiers, soutenir la création d’un organe directeur pour la sécurité routière dans chaque pays membre africain et renforcer les organes existants, et à organiser des réunions régulières avec les responsables de la circulation et de la sécurité routière dans les pays membres, tant au niveau de la prise de décision que de la mise en œuvre de domaines techniques spécifiques.

Pour ce qui est de ses engagements envers les pays africains membres, l’ARSO doit fournir une assistance technique pour permettre aux pays membres d’avoir un bon système de collecte de données dans le respect des standards et des exigences des normes, partager le matériel technique, les logiciels et les outils nécessaires à la collecte et à l’analyse de données sur la sécurité routière, renforcer les capacités sur les questions techniques liées à la sécurité routière, faciliter les jumelages entre les pays qui cherchent à améliorer leur bilan en matière de sécurité routière, en améliorant leurs données sur les accidents de la route et les pays qui se classent parmi les plus performants, et établir des accords de coopération pour la mise en œuvre et l’évaluation d’un plan d’action au niveau national entre les pays membres.

Il devra aussi partager des publications et des informations contenant des indicateurs de progrès en matière de sécurité routière dans la région Afrique, contribuer au renforcement de la culture de la sécurité routière et de la sensibilisation par le biais de stratégies de sécurité routière dans les pays membres africains, suivre de manière critique les progrès en matière de sécurité routière de chaque pays membre, faire le lobbying dans les pays membres pour l’approbation des politiques nationales et régionales de sécurité routière en tant que priorité nationale et régionale afin de sauver des vies et de réduire les accidents au minimum, contribuer au renforcement de la culture de sensibilisation à la route chez les pays membres et aider à évaluer la manière de réduire les facteurs qui entraînent des accidents de la route dans les pays africains.

Dans la même catégorie