ANG Caso 1 de fevereiro/ Tribunal militar devolve à justiça civil processo de tentativa de golpe de Estado ANG Desporto-futebol/Sport Bissau e Benfica empata a 0-0 com Binar FC e está agora a 05 pontos do líder UDIB APS Malem-Hodar : 25 femmes formées en marketing digital et techniques de vente APS La cuisine, un héritage au service du spirituel dans la famille de Serigne Babacar Sy AIB Burkina : Plus de 200 bourses pour les étudiants déplacés et 300 bourses pour les doctorants AIP Agroforesterie : Les producteurs de café-cacao invités à planter 60 millions d’arbres AIP La fourniture de l’électricité interrompue à Tabou AIP Un syndicat des finances générales en pré-congrès à Yamoussoukro AIB Burkina : Restitution d’études sur la guerre populaire généralisée et l’idéologie des terroristes ATOP 6è édition du FESNAD : les groupes « Goro-goro » de Tchaoudjo et « Elali bolodan » de Blitta remportent la phase régionale de Sokodé

Le programme des filets sociaux va s’étendre à 100.000 nouveaux ménages


  3 Février      12        Société (41644),

 

Yamoussoukro, 2 fév 2023 (AIP) – Le protocole d’identification de nouveaux ménages pauvres en milieu urbain et rural bénéficiaires du programme national de filets sociaux est présenté aux acteurs de mise en œuvre à la faveur d’un atelier de deux jours qui a débuté jeudi 2 février 2023 à Yamoussoukro dans la perspective de la prise en charge de 100.000 nouveaux ménages dans 14 régions prioritaires en 2023.

Des acteurs importants comme le corps préfectoral de ces régions s’imprègnent à l’occasion de la procédure concrète de choix des localités et des ménages  en vue de favoriser une meilleure appropriation.

« Le rôle du corps préfectoral et des leaders communautaires est en effet un maillon important dans la chaine des interventions », a relevé la ministre de la Solidarité et de la lutte contre la pauvreté, Mme Myss Belmonde Dogo.

Ces derniers ont été encouragés par le membre du gouvernement à « continuer à appuyer la mise en œuvre du programme dans les différentes régions, départements et sous-préfectures » et à « communiquer davantage sur les protocoles de ciblage auprès des communautés pour une meilleure appropriation des principes de sélection des bénéficiaires ».

Le projet des filets sociaux est un programme de transferts monétaires productifs qui consiste en l’octroi sur trois ans de transferts monétaires trimestriels non-remboursables de 36.000 f cfa à des ménages ciblés parmi les plus pauvres.

Dans la période 2022/2025 le programme devrait enrôler 300.000 nouveaux ménages.

L’objectif des deux jours de travaux à Yamoussoukro est d’aboutir à une prise en compte effective des nouveaux ménages à la fin du mois de mars 2023 avec le début effectif des transferts monétaires.

Ce paiement est l’étape finale d’un processus qui commence par un ciblage géographique avec croisement de données statistiques.

« Les ressources dont nous disposons pour les 100.000 ménages ne permettent pas de couvrir systématiquement tous les pauvres de Côte d’Ivoire, tous les pauvres de toutes les sous-préfectures, tous les pauvres de tous les villages », a souligné le coordonnateur du programme des filets sociaux Koné Kipéya.

C’est pourquoi, a –t-il expliqué, dans la volonté de déterminer des critères et un procédé objectif de choix des bénéficiaires le gouvernement ivoirien et son partenaire de la Banque Mondiale ont convenu de reconduire le protocole déjà utilisé qui a permis d’identifier 227.000 ménages bénéficiaires des filets sociaux dans un climat de paix sociale.

« Pour garantir cette stabilité et cette paix sociale la reconduction du protocole devrait permettre d’augmenter nos chances d’arriver aux mêmes résultats » a assuré M.Koné Kipéya.

Dans la même catégorie