ANP Niger : Les USA forment 60 joueurs et entraineurs de la FENIFOOT MAP Le Maroc a connu un grand essor depuis l’accession de SM le Roi Mohammed VI au Trône (responsable malawite) AIB Commune de Léo: L’espace de l’aérodrome assaini MAP Manifestations anti-PLF: Une partie du Parlement kényan incendiée AIB Burkina : Les Forces armées lavent leur honneur à Mansila AIB Kourittenga : Le tournoi de Karaté en petite catégorie tient sa promesse AIB Burkina: Arrivée du président Goïta à Ouagadougou AIP JPP 2024 : Le ministre des Finances et du Budget présente les performances du service public AIP Le président de la République d’Angola attendu à Abidjan pour une visite officielle ANG Política/Noventa e quatro porcento de Deputados querem reabertura do Parlamento

Sierra Leone: la police rejette un rapport « biaisé et partial » d’Amnesty International


  24 Mars      32        Société (45692),

 

Freetown, 24/03/2023 (MAP) – La police sierra-léonaise a contesté vendredi un rapport d’Amnesty International qui condamnait son « recours excessif à la force » lors des émeutes meurtrières d’août 2022, estimant qu’il était « biaisé et partial ».

Lors de ces manifestations contre la vie chère qui avaient tourné à l’émeute, six policiers et 27 civils ont été tués selon un bilan officiel de ce petit pays d’Afrique de l’Ouest.

Dans un communiqué, la police estime que l’usage de la force était « proportionnel, raisonnable et nécessaire ».

La police a aussi reproché à Amnesty de ne pas avoir fait cas de la « sauvagerie » avec laquelle certains policiers ont été tués ce jour-là.

Pour produire ce rapport publié lundi, l’ong internationale dit s’être entretenue avec des témoins, des proches des victimes, des officiels, la police et la société civile.

La police a arrêté lors de ces troubles « 515 personnes », poursuivies notamment pour « destruction volontaire de biens, comportement séditieux et homicide », mais le nombre encore en détention « n’a pas été révélé », selon Amnesty.

Le président sierra-léonais Julius Maada Bio, élu en 2018 et candidat pour un deuxième mandat, avait affirmé que ces émeutes visaient à créer une « insurrection » pour renverser le gouvernement et avait mis en cause l’opposition.

Dans la même catégorie