MAP La Fédération africaine des véhicules anciens voit le jour ACP Une application pour certifier les produits congolais ACP Le Conseil d’administration de la FEC renouvelle son engagement aux principes d’un Etat de droit ACP RDC-RCA: un don de 3,5 millions de dollars de la BAD pour un projet d’interconnexion électrique ACP L’accompagnement des ETD dans la gestion des fonds de la redevance minière, principale recommandation de AMI 4 ACP Le président national du FLNC en tournée dans les différents districts de Kinshasa ACP Le BCNUDH note une diminution de près 16% de violations des droits de l’homme en RDC au mois d’octobre MAP Le Maroc, un partenaire « très fiable » avec lequel l’UE souhaite poursuivre le partenariat (Commissaire UE) ABP La Journée mondiale de lutte contre le sida célébrée à Natitingou sous le signe des progrès enregistrés dans l’Atacora ABP La population d’Adjakomey appelle le gouvernement à les sauver des affres des bœufs sédentarisés

Au Niger, la période de froid (novembre à février) rime également avec poussière : les précautions à prendre !


  5 Novembre      9        Santé (8144),

   

Niamey, 05 novembre (ANP) – La grande période de froid au Niger, pays sahélien, commence début novembre pour s’achever en fin février. Cette période s’accompagne également d’une poussière importante qui cause des problèmes de santé chez les nourrissons, les enfants et même chez les adultes.

En effet, selon un reportage de la Voix du Sahel (Radio publique nationale), en période de froid, la taille des particules présentes dans la poussière détermine en grande partie l’ampleur du danger. Certaines particules n’affectent que les organes externes du corps humain et deviennent responsables d’irritations de la peau, de conjonctivite des yeux et des infections oculaires.

D’autres, par contre, peuvent être inhalées mais sont généralement arrêtées au niveau du nez, de la bouche et des voies respiratoires supérieurs. Selon Dr Illa Alassane, médecin au service d’aide médicale d’urgence (SAMU), les poussières déclenchent des maladies comme l’asthme, la pneumonie, les rhinites allergiques, etc.

Par ailleurs, a-t-il fait savoir, des maladies infectieuses telles que la méningite sont transmises également par la poussière.

Dr Illa Alassane a informé qu’au niveau des différentes formations sanitaires, c’est surtout les infections respiratoires et la grippe et tout ce qui est problème respiratoire et d’ORL en général qui sont enregistrés, précisant que le plus souvent ce sont les enfants de bas âge qui payent les prix forts avec parfois des besoins en oxygène ou même d’aspirateurs.

Les signes devant lesquels il faut consulter, a-t-il prévenu, c’est que dès que l’enfant commence à tousser ou a le rhume, il ne faut pas attendre jusqu’à ce qu’il ait des complications sur le plan respiration, il faut l’amener à l’hôpital. « Il faut automatiquement les amener dans les centres de santé (CSI) les plus proches pour qu’ils puissent avoir les premiers soins », a noté Dr Illa.

Et comme nous sommes en période de froid, il a également demandé à ce qu’on couvre les enfants du matin au soir, tout en leur évitant le bain du soir afin de prévenir l’hypothermie.

Dans la même catégorie