AGP Des bulldozers attendus dans les zones inondables MAP SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan préside à Kénitra la cérémonie de sortie de la 19è promotion du Cours supérieur de défense et de la 53è promotion du Cours État-Major MAP Honoris United Universities accompagne 54 jeunes femmes entrepreneures du continent africain AGP Bientôt une usine d’assemblage et de montage de tablettes AGP Kankan-Education :1680 candidats à l’examen de sortie des écoles professionnelles session 2019. AGP Assemblée nationale : Adoption du projet de loi relatif à l’usage des armes par la gendarmerie nationale. ANP Journée mondiale contre la drogue 2019 : destruction d’importants stocks des stupéfiants Konni ANP Le Niger veut réduire le taux de prévalence basée sur le genre de 28,4% à 15,4% d’ici 2021 ANG Dois golos em três minutos dão triunfo aos Camarões contra a Guiné-Bissau na abertura do grupo F ANG Bissau acolhe ateliê sobre redução de capturas de tartarugas e aves marinhas na Sub-Região

Bulletin de l’écologie de l’Afrique


   

Dakar, 11/12/2018 (MAP) – Voici le bulletin de l’écologie de l’Afrique pour la journée du mardi 11 décembre :

Sénégal:

– Le directeur de cabinet du ministre de l’Environnement et du Développement durable, Cheikh Dieng, a rappelé dimanche à Katowice (Pologne), l’urgence de s’engager davantage en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique.

« L’engagement était de maintenir en dessous de 2°C. Cependant, si on ne change pas de trajectoire, nous irons à 2,7°C de plus, dans 50 ans. Cela démontre qu’on n’est véritablement pas sur la voie du respect des engagements de la communauté internationale », a-t-il déclaré.

Cheikh Dieng s’exprimait en marge d’une réunion des ministres sur les mécanismes de financements des marchés de carbone, tenue dans le cadre de la 24éme édition de la conférence internationale des Nations unies sur le climat (COP24).

A ce propos, a-t-il fait observer, à l’issue des négociations, des actes juridiques contraignants sont établis, après approbation et adaptation par les Etats. « Cela devient des engagements internationaux auxquels, les pays ne peuvent pas se soustraire », a expliqué le directeur de cabinet.

— Mariline Diara, directrice de l’Environnement et du Développement durable, a plaidé, dimanche pour la concrétisation des promesses de financement des projets d’adaptation dans les pays en développement.

« Nous attendons une manifestation beaucoup plus conséquente des appuis car, à chaque COP, il y a toujours des promesses faites. Nous ne voyons pas toujours des retombées ni la transparence sur ces financements supposés être sur la table et qui ne sont pas toujours au rendez-vous », a-t-elle déclaré.

Mme Diara s’adressait aux journalistes, en marge d’une rencontre des délégations ministérielles africaines et des experts du climat à la COP 24, sur le thème « Les mécanismes de financements des marchés de carbone ».

« Nous attendons toujours des pays du Nord, une volonté d’appuyer les pays en voie de développement qui ne sont pas à l’origine de ces émissions de gaz à effet de serre ou très peu responsables de cette situation », a-t-elle réitéré.

Rwanda :

L’Autorité rwandaise de gestion de l’environnement (REMA) a entamé, au début de cette semaine, des consultations avec les parties prenantes du pays, notamment le secteur privé, afin d’identifier les étapes prioritaires à suivre pour faire avancer le projet « villes durables », qui vise à attirer des financements du Fonds pour l’environnement mondial (FEM), rapporte mardi la presse locale.

La directrice générale du REMA, Coletha Ruhamya, a déclaré que le soutien et l’accompagnement du secteur privé est indispensable pour la réalisation des objectifs de la croissance verte à l’horizon 2020 et 2050, indiquant que l’Autorité rwandaise de gestion de l’environnement devrait obtenir prochainement une première enveloppe de l’ordre de 7 millions de dollars du FEM dédiée au développement des villes vertes au Rwanda.

Ghana:

La délégation ghanéenne a participé à des négociations lors de la COP24 à Katowice, portant notamment sur l’adaptation et l’atténuation, les énergies renouvelables et la réduction des émissions dans le secteur forestier.

La délégation est composée de représentants de l’Agence de protection de l’environnement, de la Commission de l’énergie, de la Commission de la foresterie et du ministère de l’Environnement, des Sciences et de la Technologie et de l’innovation.

Côte d’Ivoire :

Le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Joseph Séka Séka a plaidé dimanche à Katowice, en Pologne où se tient la Cop 24 sur le climat, pour une adhésion totale des pays africains à la Convention de Bamako.

« Je voudrais saisir l’opportunité qui m’est offerte à travers cette réunion de haut niveau pour appeler tous les pays africains à adhérer massivement à la Convention de Bamako, un instrument africain pour faire barrage sur le continent à tout type de déchets dangereux », a-t-il indiqué lors de la conférence ministérielle africaine sur l’Environnement (CMAE) qui s’est tenue en marge de la Cop.

Pour M. Séka Séka, par ailleurs vice-président du CMAE chargé de l’Afrique de l’Ouest, une adhésion des pays africains non encore parties à la ratification de ce texte, permettra de former un bloc africain face aux velléités des producteurs et exportateurs de déchets dangereux en Afrique.

Il a annoncé en outre, la tenue en février 2019 à Khartoum au Soudan, d’une réunion extraordinaire des parties à la convention de Bamako pour passer en revue les actions menées et élaborer des perspectives.

Gabon :

L’action de la multinationale singapourienne, Olam Palm, en faveur de la protection de la nature au Gabon vient d’être saluée dans un documentaire réalisé par la chaîne américaine National Geographic.

Avec ses quatre plantations de palmiers à huile implantées sur une importante superficie en territoire gabonais, Olam Palm, grande productrice industrielle de l’huile de palme dans la sous-région de l’Afrique centrale, est, d’après la chaîne, un modèle en matière du respect des normes environnementales.

La chaîne souligne par exemple que l’impact de cette culture sur l’environnement est énorme notamment en Indonésie et en Malaisie, présentées comme véritable fief de la production mondiale d’huile de palme où sa production a conduit à une déforestation importante.

Dans la même catégorie