AIP Côte d’Ivoure-AIP / Lancement dans 13 pays africains de la plus grande étude clinique en Afrique sur le traitement des cas de COVID-19 avant leur évolution vers une forme sévère (Publireportage) INFORPRESS Covid-19: Ministério da Saúde reforça verba orçamental para pagar salários e gratificações dos profissionais INFORPRESS Novo Provedor de Justiça defende criação de novos canais de comunicação com os cidadãos INFORPRESS Coordenador dos Escritórios Comuns das Nações Unidas destaca resiliência do povo cabo-verdiano INFORPRESS Boa Vista: Cláudio Mendonça estabelece como meta colocar a ilha num patamar desejável AIP Côte d’Ivoire-AIP/International/ AIMS et Portia organisent le 18ème Sommet sur le Genre (Communiqué) GNA KAIPTC holds an induction course for ECOWAS states AIP Côte d’Ivoire-AIP/International/ Abidjan abrite le premier atelier sur la “Charte graphique et l’identité visuelle de la CEDEAO ” APS LE SÉNÉGAL PERD PRÈS DE 4 MILLIARDS FCFA D’ÉCOTAXES PAR AN (OFFICIEL) MAP Bulletin quotidien d’informations économiques africaines

Côte d’Ivoire-AIP/ Un bilan satisfaisant de la gestion du parc national de Taï enregistré au terme de l’exercice 2020 (Feature)


  20 Novembre      2        Environnement/Eaux/Forêts (2250),

   

Abidjan, 20 nov 2020 (AIP)-L’Office ivoirien des parcs et réserves (OIPR) et ses partenaires ont noté avec satisfaction le bilan positif de la mise en œuvre du plan d’opérations 2020 du parc national de Taï, présenté lors de l’atelier bilan annuel et de planification 2021, jeudi 19 novembre 2020, à San-Pedro.

Les six programmes d’activités exécutés au cours de l’année 2020 à savoir, la surveillance et la protection, le suivi écologique et la recherche, la gestion participative et appui au développement local, la communication et l’écotourisme, les infrastructures et les équipements, le management et l’intégration régionale, ont connu un taux de réalisation évalué globalement à plus de 60%.

Des résultats à capitaliser

Au titre des résultats à capitaliser, l’on note, au niveau du programme de surveillance et de protection, l’acquisition de tous les équipements techniques collectifs et individuels prévus pour les unités de surveillance, l’achat de 87 caméras à déclenchement automatique représentant une partie du matériel de surveillance complémentaire, la formation de quatre agents au pilotage de drone et six autres à l’utilisation d’outils de collectes de données, dans le cadre de l’usage des outils technologiques innovants pour la surveillance du parc.

Le suivi écologique et la recherche qui permettent de faire une évaluation de l’état de conservation du parc en fournissant des informations actualisées ont été réalisés avec, notamment, la formation de quatre représentants des communautés et leur intégration aux équipes de collectes de données de l’inventaire forestier national, le renforcement de capacités de ¾ des gestionnaires en bio-statistique, l’appui de cinq travaux de recherche scientifique dont deux thèses déjà soutenues.

La gestion participative et l’appui au développement local ont permis de mener plusieurs actions, entre autres, la formation de 177 pêcheurs et 97 pêcheurs mareyeurs respectivement aux bonnes pratiques de pêches et à la gestion communautaire des ressources, dans la cadre d’une convention sur la pêche durable, la promotion de l’agroforesterie avec la production de 20.000 plants d’arbre mis à la disposition des paysans et la création d’une vingtaine de fermes d’élevage au profit des femmes et des jeunes, qui contribuent à endiguer les risques d’empiètement sur le parc national de Taï,

Plusieurs autres résultats positifs sont inscrits à l’actif des programmes de communication et écotourisme, infrastructures et équipements, et management et intégration régionale. Ils concernent, entre autres, la diffusion de 19.000 spots radio de sensibilisation relatifs aux pressions exercées sur le parc et la promotion des services écosystémiques rendus par cette réserve, l’acquisition de six nouveaux véhicules, deux zodiaques et du matériel de bureau, la matérialisation de 10 km de limites avec des plants d’hévéas et l’entretien 353 km de limite et 50 km de layons de surveillance au cours de l’année 2020.

Des félicitations à l’OIPR et ses partenaires

Le directeur général de l’OIPR, Col major Tondossama Adama, a indiqué que la situation de COVID a ralenti toutes les activités. Quelques activités en retard notamment, les acquisitions d’équipements et de matériels, dues aux procédures de passation de marchés, les séances de travail avec les populations non effectuées, les formations seront reportés au plan d’opérations 2021, a-t-il annoncé.

«Je pense qu’en termes de gestion et d’état de conservation, comme on a pu le voir avec le suivi écologique, le parc national de Taï est en très bonne santé, mais ce n’est pas une autosatisfaction», a-t-il relevé.

Le Col major Tondossama a exhorté ses collaborateurs à resserrer les rangs et à faire en sorte que le parc national de Taï soit le fleuron des parcs nationaux d’Afrique en termes de gestion.

«J’ai noté avec satisfaction que le bilan 2020 du parc national de Taï est largement positif. Le bilan est au-delà de 60%. C’est la preuve que le travail a été bien fait malgré la pandémie de la CIVID-19.», a souligné le directeur de cabinet adjoint du ministre de l’environnement et du développement durable (la tutelle), Kouadio Parfait.

Il a adressé ses félicitations au directeur général de l’OIPR et à ses collaborateurs  et  traduit sa gratitude aux partenaires pour leurs appuis à la gestion du parc national de Taï, avant d’exhorter à la poursuite des efforts pour la consolidation des acquis.

Le Plan d’opération 2020, une déclinaison du nouveau plan d’aménagement et de gestion 2020-2029

Le nouveau plan d’aménagement et de gestion 2020-2029 adopté par le ministère de l’Environnement et du Développement durable est décliné chaque année en matrice de planification opérationnelle appelée Plan d’opérations (PO). Le PO 2020 qui consigne les activités à mener, assorties d’indicateurs mesurables et vérifiables, le chronogramme d’exécution des activités et les responsables de leur mise en œuvre, a été élaboré sur la base de ce plan d’aménagement et de gestion. Il a été évalué trimestriellement à travers des ateliers initiés par le gestionnaire.

Situé au sud-ouest de la Côte d’Ivoire, le parc national de Taï est la plus grande forêt tropicale primaire sous protection de la zone ouest-africaine. Avec une superficie d’environ 5.360 km²,  ce parc constitue un immense réservoir génétique en raison de sa grande étendue et de sa richesse en biodiversité.

Il est classé en réserve de biosphère en 1978, puis inscrit au patrimoine mondial en 1982. Sa gestion est assurée par la direction de zone sud-ouest de l’Office Ivoirien des Parcs et Réserves (OIPR) avec l’appui de plusieurs partenaires tels que la Coopération allemande (GIZ), la Fondation pour les parcs et réserves de Côte d’Ivoire (FPRCI), la Wild Chimpanze Foundation (WCF, ou la fondation des chimpanzés sauvages en français), le Centre suisse de recherches scientifiques (CSRS) et les universités ivoiriennes Félix Houphouet Boigny, Jean Lourougon Guégé et Nangui Abrogoua.

Dans la même catégorie