ANGOP L’UE consacre 12 millions d’euros aux programmes de résilience ANGOP La Réserve fédérale accompagne les réformes économiques en Angola ANGOP L’Angola et les Etats-Unis reprennent l’accord sur le commerce ANG Transferência de João Félix por 120 milhões de euros pulveriza recordes AGP Conakry-Kaloum: Les conseillers communaux valident l’application du Plan de Développement Local ANG Presidente da República nega nomeação de DSP ao cargo de primeiro-ministro AGP Conakry: Fin des travaux de la conférence intergénérationnelle des femmes et filles leaders pour la paix et la sécurité AGP Évasion ratée: Un fugitif réembarqué avec une balle dans la jambe AGP Koundara : un poste de santé pour les populations du district de Guingan APS DES DÉCIDEURS GOUVERNEMENTAUX FORMÉS À LA SÉCURITÉ SANITAIRE

LA RÉPONSE AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES REQUIERT L’IMPLICATION DE TOUS LES ACTEURS (VICE-MINISTRE POLONAIS)


  23 Mars      31        Environnement/Eaux/Forêts (4208), Politique (23374),

   

Dakar, 23 mars (APS) – La réponse aux changements climatiques requiert l’implication de tous les acteurs, a estimé vendredi à Dakar, Michal Kurtyka, secrétaire d’Etat, vice-ministre de l’Environnement de la République polonaise.

 »Il faut penser au développement économique, à la mobilisation de la société civile et l’implication de tous dans la transition vers un mode de civilisation à inventer » a-t-il dit.

 »Ce modèle de civilisation doit provenir de la base, que les populations soient impliquées dans la politique climatique. Tout le monde doit être écouté », a estimé le vice ministre polonais.

En visite au Sénégal, M. Kurtyka échangeait, vendredi au cours d’une table-ronde, avec des membres de la délégation sénégalaise ayant participé à la COP 24 à Katowice en Pologne, en décembre dernier.

Evoquant la pollution qui frappe les cités urbaines, il a rappelé qu’en 1800, 1 personne sur 50 vivait dans les villes alors qu’en 2050, 3 sur 4 seront dans les villes.

 »C’est dans les villes qu’il faudra apporter une réponse aux changements climatiques mais aussi réinventer notre civilisation face à la détérioration de la qualité de l’air, les déchets, l’urbanisation qui vont amplifier le réchauffement climatique », a-t-il soutenu.

L’augmentation des températures est, selon lui, un loupe qui  »nous permet de voir de plus près, les défis auxquels, il faut faire face dès maintenant ».

 »C’est un appel à l’action, à la mobilisation de la société civile (…) », a indiqué le vice ministre polonais Michal Kurtyka.

Sur le financement des projets et le transfert des technologies pour les pays en développement, M. Kurtyka a demandé aux Etats de présenter de projets d’adaptation bancables.

 »Les pays développés et ceux en développement discuteront des besoins de financement mais aussi les demandeurs doivent présenter des projets d’intérêts publics tout en étant capables de les mettre en œuvre », a-t-il conseillé.

La communauté internationale mobilisera de plus en plus de fonds pour les pays qui en ont besoin aprés la COP de Katowice.

 »Tous les deux ans, il y aura un processus international qui associera les pays développés et les pays en développement pour discuter de cela », a assuré le secrétaire d’Etat.

Interpellé sur le modèle polonais, le secrétaire d’Etat a renseigné qu’à Varsovie, la capitale, avec près de 20 millions d’habitants, 80% de la pollution provient des voitures.

C’est pourquoi, dit-il, le gouvernement a élaboré un programme d’électromobilité avec une mise en circulation de bus et de voitures électriques.

 »La Pologne cherche à combiner les défis sociaux, environnemenntaux et industriels », a fait savoir Michal Kurtyka.

Il a souligné par ailleurs l’importance des énergies renouvelables comme une réponse d’atténuation face aux émissions de gaz à effet de serre.

Dans la même catégorie