AIP Côte d’Ivoire/présidentielle : 7 morts dans des heurts près d’Abidjan MAP Nigeria: des hommes armés tuent 20 villageois dans le nord-ouest AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le PM Hamed Bakayoko échange avec les ambassadeurs des pays membres du Conseil de sécurité AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Dialogue politique: Le gouvernement accède à la demande de restructuration de la CEI formulée par l’opposition AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Présidentielle 2020 : Anoblé explique les enjeux de la candidature de Ouattara aux chefs de communautés de San-Pédro AGP Media/Obsèques feu Ben Daouda Sylla : L’ex-directeur général de l’AGP a regagné sa dernière demeure à Conakry. AGP Labé/ Présidentielle 2020 : les activités toujours paralysées et des blessés enregistrés à l’hôpital régional. APS LE DG DE L’ISRA DÉPLORE LES PERTES OCCASIONNÉES PAR LES BIO AGRESSEURS APS ADOPTION D’UNE SÉRIE DE DÉCRETS RELATIFS AUX ACTIVITÉS PÉTROLIÈRES ET GAZIÈRES APS SAHEL : UN PROJET RECHERCHE SUR LA RÉSILIENCE DE L’ÉLEVAGE EN GESTATION

Le président Issoufou invite la BM et le FMI à réfléchir sur un nouveau paradigme


  8 Octobre      70        Politique (12125), Securité (1658),

   

Niamey, 8 oct (ANP) – Le président nigérien, Issoufou Mahamadou a invité ce jeudi 8 octobre la Banque Mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) à réfléchir sur ‘’un nouveau consensus, un nouveau paradigme’’, estimant que le consensus actuel était né des chocs des années 1970.

Le chef de l’Etat nigérien a exprimé cette position au cours d’une rencontre de haut niveau organisée ce jeudi par les institutions de Bretton Woods sur les défis économiques issus de la crise sécuritaire au Sahel.

‘’ Le nouveau paradigme doit nous permettre de lutter plus efficacement contre la pauvreté et les inégalités en renforçant la solidarité, la justice, égalité et l’équité dans le contexte d’un monde de plus en plus globalisé’’, a fait valoir le président issoufou.

‘’ Nous voulons un monde sans pauvreté’’, a-t-il clamé, notant que ‘’cela permettra d’accompagner davantage les efforts déployés par les Etats sahéliens pour la prise en charge des dépenses de sécurité au moyen d’une assistance conséquente, à la fois financière et technique.’’

Le président Issoufou a fait observer que depuis plusieurs années ‘’des pressions importantes s’exercent sur le budget de l’Etat, au détriment des priorités du développement économique et social’’.

A titre indicatif, au Niger, les allocations budgétaires du secteur de la sécurité ont représenté en moyenne 16% des allocations budgétaires totales entre 2011 et 2020 pour une cible de 10%, a-t-il expliqué, notant sur la période 2011-2019, le déficit budgétaire global, dons compris, est passé de 2,1% du PIB en 2011 à 5,8% du PIB en 2020, pour une norme communautaire de 3%.

‘’En moyenne, sur les six dernières années (2014-2019), les dépenses de sécurité ont constitué 4,3% du PIB par an’’, a encore détaillé le président nigérien.

‘’Nous souhaitons que les dépenses sécuritaires soient exclues du calcul du déficit budgétaire, ce qui permettra aux Etats membres du G5 Sahel de disposer d’un espace budgétaire suffisant.’’, a plaidé le chef de l’Etat nigérien, rappelant les engagements de 2018 à Bruxelles des partenaires sur le sujet.

‘’La sécurité au Sahel est un bien public mondial pour lequel la communauté financière internationale devra s’investir’’, a fait observer le président Issoufou, soulignant que dans l’immédiat la ‘’préoccupation centrale des Etats du sahel est de trouver les voies et moyens pour accélérer le processus de mobilisation des ressources nécessaires au financement du Programme d’Investissements Prioritaires (PIP) 2019-2021 d’un montant de 1,9 milliard d’euros pour 40 projets prioritaires.’’

Ces projets concernent les domaines de la défense et sécurité, de la gouvernance, des infrastructures, du développement humain et de la résilience qui sont les axes stratégiques de la SDS, a-t-il expliqué, notant qu’Il est impératif de renforcer la mobilisation des ressources de l’IDA 19 afin de boucler la 3eme année du cycle IDA et de disposer des ressources indispensables au financement du développement durable.

‘’Le choc de la situation sanitaire de la Covid19 vient s’ajouter au choc sécuritaire ainsi qu’aux autres chocs.’’, a relevé le président nigérien, ‘’le choc nous a amené à baisser nos prévisions de croissance en 2020 de 6,7% à 1,7%’’, a-t-il ajouté.

La coopération entre les pays du Sahel, les institutions financières internationales et les donateurs doit s’inscrire dans le cadre de la mutualisation des moyens pour mettre en œuvre la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel (SINUS) et la stratégie pour le Développement pour le Sahel (SDS), note-t-on.

Dans la même catégorie