GNA P’Bay’s ‘Steppa’ single sparks viral dance challenge GNA GFA to investigate bribery allegations involving RTU and Nkoranza Warrior AIP Côte d’Ivoire – AIP/ Un nouveau bâtiment de trois salles de classe à l’EPP Sandalla AIP Côte d’Ivoire-AIP/Inter/Foot-transfert : deux ivoiriens rejoignent le club du TP Mazembé AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Urbanisme: cinq quartiers précaires d’Abidjan bientôt déguerpis (Ministre) AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Un manuel de procédures validé pour le projet « Conservation de la biodiversité à Taï-Grebo-Sapo » NAN Troops overrun terrorists’ enclaves, eliminate scores in Borno, Yobe GNA Three men die after drinking suspected poisoned apketeshie GNA Oti NPP applauds Akufo-Addo on Regional Minister-Designate nomination GNA Chief commends International Needs for helping the rural poor

Revue de presse: Les médias à fond sur les questions nationales


  14 Décembre      14        revue de presse (454),

   

Cotonou, 14 déc. (ABP) – Le professeur Joël Aïvo est malade et ce n’est pas une rumeur. L’information a été relayée par  « Matin libre » qui précise que le candidat à l’élection présidentielle de 2021 est bel et bien testé positif à la covid-19. Le journal dans ses colonnes salue cette posture du professeur de droit constitutionnel qui a choisi de rendre ces résultats publics et titre  « Joël Aïvo, un exemple pour les autorités béninoises ».

Cette exemplarité n’a  tout de même pas fait école chez le DG de la Caisse autonome d’amortissement (Caa), Arsène Dansou qui  se retrouve au banc des accusés dans une affaire de mauvaise gestion et dont ‘’Matin Libre’’ se garde d’en donner des détails. Le quotidien ne cache tout de même pas  son étonnement devant le silence du directeur.

Ce n’est pas malheureusement la ligne de défense adoptée par la Cstb qui a décidé de rompre le silence en montant au créneau par le truchement d’un point de presse pour alerter sur les dysfonctionnements constatés dans l’organisation  de la 3ème élection professionnelle, notamment dans la confection des listes électorales.

Il sera également question de  point de presse avec le parti politique « Les démocrates » qui juste après l’obtention de leur récépissé provisoire, ont choisi de  ne pas perdre du temps et de donner de la voix en faisant  sept (07) exigences qui selon eux, constituent des préalables nécessaires pour des élections  inclusives. Pour ce parti de l’opposition, le président Talon, peut-on lire dans leur déclaration, a entièrement démoli l’édifice démocratique bâti par ses prédécesseurs depuis 1991.

Ce n’est vraisemblablement pas l’avis des populations d’Abomey-Calavi et de  Cotonou qui  ont vendredi dernier accueilli Patrice Talon en triomphe. Le Journal La Nation en parle dans sa livraison du jour et  titre en manchette « Tournée du chef de l’Etat dans les communes : Accueil magistral de Talon à Abomey-Calavi ». Le président de la République a achevé la tournée par Abomey-Calavi  et  Cotonou, un périple qui, 30 jours durant, l’a conduit dans une soixantaine de communes.

Face à ses concitoyens, renseigne La Nation, il a été question  du projet Arch,  des microcrédits,  de la promotion de l’emploi, de la construction de l’hôpital de référence, des onze mille logements et de l’aéroport de Glo-Djigbé.  A ‘’Matin libre’’ de reconnaitre que s’il y a une chose qui a marqué l’évènement, c’est  la mobilisation record et l’euphorie  général qui ont prévalu lors de cette sortie. Devant la flopée de gratitude, Patrice Talon répondra que ce qui a été fait en quatre ans n’est que la manifestation du génie commun.

Cette fois –ci le génie commun des Ecureuils n’aura pas suffi pour venir à bout des burkinabé,  Ils ont été battu  un but à zéro par leur vis-à-vis et de se sont fait élimer du tournoi Ufoa-B. « Le Bénin éliminé, quatre pays pour la suite », titre Matin Libre à cet effet. Pour la Nation, c’est une triste fin de compétition pour les écureuils juniors.

La tristesse était aussi au rendez-vous vendredi dernier au hall des arts. L’académie  nationale des sciences, art et lettres du Bénin, informe le quotidien du service public, a rendu un vibrant hommage à feu professeur Félix Iroko en présence  d’éminentes personnalités et des membres du gouvernement. Professeur au département d’histoire et d’Archéologie de l’université d’Abomey-Calavi et auteur d’une vingtaine d’ouvrages, Félix Iroko est décédé le 13 novembre dernier des suites d’un accident. Il était alors âgé de 75 ans.

ABP/MS/JVD

Dans la même catégorie