ACP Clôture à Kinshasa des travaux préparatoires du Business Forum en RDC ACP Le ministre de l’Industrie et le DG du FPI Patrice Kitebi échangent sur les contrats signés entre la RDC et l’Egypte ACP Arrivée du Président Félix Tshisekedi en Ethiopie GNA Chief breaks ground for multipurpose Nkawkaw Palace AIP Côte d’Ivoire-AIP/L’Allemagne assure de son soutien à la HABG dans la lutte contre la corruption AIP Côte d’Ivoire-AIP/Laurent Tchagba promet une solution définitive aux problèmes d’eau dans un mois à Anyama AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le PNLP rassure les populations de Bouaké sur l’efficacité et la non toxicité des moustiquaires imprégnées AIP La Côte d’Ivoire célèbre l’Aïd-el-Fitr le mercredi 12 mai 2021 (COSIM/CODIS) AIP Côte d’Ivoire-AIP/ 41 cas de COVID-19 notifiés le 11 mai 2021 (Ministère) GNA President fulfills promise to Black Satellites after Youth Championship triumph

Un jeune homme ouvre une tombe pour un gri-gri anti sorcier


  13 Novembre      18        Divers (1079),

   

Odienné, 13 nov 2020 (AIP)- Un jeune homme, Kassim Samassi, 28 ans, chauffeur à Samatiguila, pour se confectionner un talisman anti sorcier, est allé troubler le sommeil éternel d’un défunt dont il a farfouillé la tombe dans le village de Kénigouara.

Il a été jugé, lors de l’audience correctionnelle de la section de tribunal d’Odienné du jeudi 12 novembre 2020, avec un complice, Adama Diarrassouba, âgé d’une vingtaine d’années et tailleur dans ledit village.

Selon les faits présentés par le ministère public, c’est sur instruction d’un chasseur traditionnel communément appelé « dozo », sensé fabriquer le gris-gris, qu’ont agi les deux jeunes hommes.

Il s’agissait pour Kassim Samassi de se procurer un linceul, avec lequel un cadavre a déjà été emballé, comme élément indispensable à la confection de ce qui allait être un objet fétiche doté des propriétés à la fois de bouclier anti sorcier et de porte bonheur qui allait faire prospérer ses activités.

Il en informe son ami Adama avec l’aide de qui, il va, de nuit, se rendre au cimetière de Kénigouara et ouvrir une tombe, sans toutefois parvenir à se procurer le linge convoité.

Le délit de profanation de sépulture établi à leur encontre, le parquet a requis contre eux la peine de six mois d’emprisonnement, assortis d’une amende de 100 000 F CFA. Ils connaîtront leur sort à l’audience du 19 novembre, l’affaire ayant été mise en délibéré.

Dans la même catégorie