MAP La Côte d’Ivoire n’a « aucun problème » avec ses pays voisins (parti au pouvoir) ACI Congo/Unicef: Francine Ntoumi nommée ambassadrice nationale AGP Guinée: Lancement d’une campagne de traitement gratuit des anomalies visuelles financée par le Royaume d’Arabie Saoudite AGP Guinée: 100 OPJ et autres fonctionnaires de justice reçoivent leur habilitation à Forécariah AGP Guinée : Le barreau décide de boycotter les audiences jusqu’au 31 juillet pour protester contre ce qu’il qualifie ‘’d’arrestations et détentions arbitraires’’ ANG Política/Porta-voz da Coligação PAI Terra Ranka considera que não há condições para a realização de eleições no ano em curso ANG Comunicação Social/CNOI qualifica de “incursão odiosa” contra o Presidente da República a nota de protesto do Sindicato dos Jornalistas Angolanos ACI Turquie/Politique: Le diplomate turc réitère la volonté de son pays à défendre la liberté des citoyens APS Le dialogue sera de mise entre le gouvernement et les syndicats d’enseignants, selon Moustapha Guirassy AIB Burkina : les jeunes du Nord invités à s’engager sans réserve dans la lutte anti-terroriste.

Bulletin d’informations économiques africaines


  27 Mars      22        Economie et Finance (915),

 

Dakar, 27/03/2023 (MAP) – Voici le bulletin d’informations économiques africaines pour la journée du lundi 27 mars 2023:

Sénégal:

– Un atelier de sensibilisation consacré à la formalisation des acteurs du secteur informel s’est ouvert, vendredi à Saly (au sud de Dakar), en présence du ministre de l’Artisanat et de la Transformation du Secteur informel, Papa Amadou Ndiaye.

Des acteurs évoluant dans l’informel ainsi que le président de l’Union nationale des chambres des métiers (UNCM) du Sénégal prennent part à cette rencontre initiée par la tutelle.

Entre autres ‘’mesures incitatives », le régime simplifié pour les petits contribuables (RSPC) et le statut de l’entreprenant seront abordés durant les échanges, selon un document des organisateurs.

‘’Une grande majorité des acteurs du secteur informel associe très souvent la formalisation a l’imposition fiscale », constate la même source.

Le ministre de l’Artisanat et de la Transformation du Secteur informel, Papa Amadou Ndiaye explique pour sa part que les travaux de cet atelier de sensibilisation porteront essentiellement sur ‘’la déclaration d’activités et l’encadrement pour la mise en conformité ».

Faisant allusion au nouveau statut de l’entreprenant adopté en juin 2022, il a annoncé des ‘’règles plus simples et plus accessibles » en vue d’inciter les acteurs encore dans l’informel a ‘’migrer progressivement vers le secteur formel ».

Papa Amadou Fall est aussi d’avis que l’extension de la protection sociale aux travailleurs de l’économie informelle devrait contribuer a ‘’réduire les vulnérabilités et ainsi a améliorer (…) les revenus ».

Le ministre de l’Artisanat et de la Transformation du Secteur informel a par ailleurs parlé de l’ouverture prochainement d’un fichier pour le ‘’recensement numérique’’ des acteurs du secteur informel.

Côte d’Ivoire:

– Sur la période 2016-2018, ce sont au total plus de 940 projets d’investissements qui ont été agréés pour un montant cumulé de plus de 1800 milliards de FCfa. Ces investissements sont orientés vers les secteurs de l’agroalimentaire, le transport, les Btp, l’énergie et la télécommunication.

Les investissements directs nationaux (Idn) enregistrés durant cette période représentent 41 % contre 59 % au titre des investissements directs étrangers (Ide). Et parmi les pays pourvoyeurs d’Ide, figurent entre autres la France, le Liban, le Maroc, le Nigeria, l’Île Maurice.

Tel est le 5e rapport de suivi-évaluation des investissements agréés focus 2016-2018 du Centre de promotion des investissements en Côte d’Ivoire (Cepici) qui a fait l’objet d’un atelier organisé à Grand-Bassam du 22 au 24 mars sous le thème « Code des investissements, instrument pertinent de politique pour le développement du secteur privé».

—–

– A l’initiative de l’Institut Afrique Monde (Iam), un atelier de formation s’est tenu, le 25 mars dans les locaux du Centre de recherche et d’action pour la paix (Cerap) à Abidjan-Cocody, autour du thème «Ecocitoyenneté et métiers verts : Les jeunes en action».

Situant les objectifs de cette formation, Denise Houphouët, présidente du Conseil d’administration de l’Iam, explique que l’atelier vise à contribuer à l’autonomisation des jeunes en faveur d’opportunités d’auto-emplois qu’offrent l’économie verte.

Il s’inscrit dans la droite ligne du Plan national de développement (Pnd) 2021-2025, à travers lequel le gouvernement ivoirien entend développer les filières vertes et les modes production durables. Ainsi, pendant toute la journée, les participants ont été formés à la rédaction de projets verts en vue de développer l’esprit d’entrepreneuriat et favoriser leur auto-emploi.

Parrain de l’évènement, le Représentant résident de l’Unesco en Côte d’Ivoire, Omar Diop, a relevé, d’entrée, qu’en offrant des solutions innovantes et créatives, l’économie verte à travers les métiers verts propose une approche durable pour répondre aux enjeux environnementaux et économiques.

RD Congo

Le Comité de politique monétaire (CPM) a décidé de relever le taux directeur de la Banque Centrale du Congo (BCC) de 8,25 à 9%, lors de sa première réunion ordinaire de 2023 tenue à Kinshasa, annonce la BCC dans un communiqué.

« Le CPM a notamment décidé de resserrer davantage la politique monétaire en relevant le taux directeur de la BCC de 8,25 à 9% », indique le communiqué signé par le gouverneur, et relayé par l’agence congolaise de presse ACP.

Le CPM a, selon la même source, recommandé, sur la base des analyses de la persistance des risques internes et externes, la vigilance et le suivi constant des facteurs de la liquidité bancaire, et des développements sur le marché de change.

« Il a également appelé au renforcement de la coordination des actions de politique budgétaire et monétaire », indique ce document qui révèle que le CPM entend mettre en œuvre toutes autres mesures qui seraient nécessaires à la préservation de la stabilité des prix et du cadre macroéconomique d’une manière générale, ajoute la même source.

Afrique du Sud:

– La capture de l’État par le gouvernement du Congrès National Africain (ANC), parti au pouvoir en Afrique du Sud, est à blâmer pour les délestages électriques qui plongent actuellement le pays dans le noir, a indiqué le Secrétaire général du parti, Fikile Mbalula.

«Le parti au pouvoir avait toujours eu un plan de sécurité énergétique, mais il avait été interrompu par des années de corruption politique systémique», a déclaré Mbalula à la presse lors de la présentation des résultats de la réunion du Comité exécutif national de l’ANC.

Il a expliqué que les problèmes ont commencé quand il y a eu la capture de l’État. «Des plans existent, mais la capture de l’État sous notre gouvernement nous a amenés là où nous en sommes», a-t-il déploré.

Selon Mbalula, le pays a besoin d’un mécanisme holistique pour redéfinir les priorités des fonds non dépensés et faire face à la crise du délestage, arguant que des milliards de rands alloués aux départements et aux municipalités ne sont pas dépensés et devraient être transférés à la compagnie publique Eskom qui est embourbée dans la dette.

Zambie:

– L’économie zambienne se trouve désormais dans une position beaucoup plus forte et meilleure qu’elle ne l’était il y a quelques années, a indiqué le ministre des Finances et de la Planification nationale, Situmbeko Musokotwane.

«Le gouvernement déploie tous ses efforts pour obtenir un allégement de la dette, stabiliser le taux de change de la monnaie locale, le kwacha, par rapport aux devises internationales et attirer davantage d’investissements dans le pays», a déclaré M. Musokotwane dans un point de presse.

Reconnaissant les difficultés rencontrées par les citoyens en ce qui concerne la hausse du coût de la vie, il a assuré que le gouvernement est en train de prendre les mesures nécessaires pour remédier à cette situation.

Dans la même catégorie