ANG Ensino/Primeiro-ministro anuncia início das aulas nas escolas públicas para 9 de Outubro APS SENEGAL-AFRIQUE-FOOTBALL / Le »Trophy tour » contribue à faire du Sénégal un hub sportif, selon Aïssatou Sophie Gladima AIP Des activités sportives pour marquer l’ouverture de la semaine du cœur AIP L’UNJCI suspend ses activités pour raison de deuil (Communiqué) AIP La 7ème édition du forum sur les transports se tient en novembre AIP L’aspect Genre au centre d’un séminaire régional sur les instruments de désarmement et de non-prolifération des armes en Afrique de l’Ouest (Communiqué) AIP Un investissement de $ 430 millions prévu pour accélérer l’Afrique numérique (Huawei) MAP Afriquia Gaz : un résultat net de plus de 349 MDH au S1-2022 ANP Échange à Niamey entre le premier ministre et l’ambassadeur d’Égypte au Niger MAP 13è saison des Jeudis Cinéma Droits Humains: projection-débat du film congolais « Examen d’État », le 5 octobre

Burkina: la mise en place d’une justice communautaire à l’étude (PM)


  30 Mai      34        Politique (23445),

 

Ouagadougou, 30 mai 2023 (AIB)-Le Premier ministre burkinabè Me. Apollinaire Kyelem de Tambèla a annoncé mardi, la possibilité de la mise en place d’une justice communautaire au Burkina Faso pour désengorger les tribunaux.

 

«Nous étudions la possibilité de la mise en place d’une forme de justice communautaire, pour désengorger les tribunaux, et rendre la justice plus accessible », a annoncé mardi le Premier ministre Apollinaire Kyelem de Tembela devant l’Assemblée législative de Transition.

 

Dans son discours sur la situation de la Nation, le PM a fait savoir que le palais de justice de Bobo-Dioulasso saccagé lors de l’insurrection populaire de 2014 est en réfection et sera remis bientôt à la disposition des justiciables.

 

Il a ajouté que des locaux ont été trouvés pour le fonctionnement de la cour administrative d’appel de Ouagadougou, et un nouveau bâtiment est en chantier pour accroître les capacités de la cour d’appel de Ouagadougou.

 

Pour le chef du Gouvernement burkinabè, « la lutte pour la bonne gouvernance et contre la corruption est engagée et il est difficile de contester la volonté du Gouvernement sur ce point ».

 

« Ceux qui pensent que la lutte contre la corruption n’est pas engagée, ou qu’il y a des corrompus en liberté sont vivement invités à apporter leur concours. Ils peuvent saisir les institutions de l’État, et même la Primature qui fera suivre, si elle estime les éléments assez sérieux », a-t-il ajouté.

 

Me. Apollinaire Kyelem de Tembela a fait savoir que « nous recevons des plaintes et des dénonciations, souvent anonymes. Ce qui ne permet pas de contacter les auteurs pour d’éventuels éclaircissements. Il ne s’agit pas d’imaginer ou de supposer des faits de corruption, mais d’apporter les preuves pouvant permettre à la justice de faire son travail ».

 

Le discours sur la situation de la Nation est un exercice prévu par la Constitution du Burkina Faso qui dispose en son article 109 que «le Premier ministre expose directement aux députés, la situation de la Nation ».

 

Au cours de cet exposé suivi de débat mais sans vote, le Chef du gouvernement dresse le bilan de l’action gouvernementale et dégage les perspectives.

Dans la même catégorie