GNA Road crashes prevention is a shared responsibility – Mr Amegayibor ANP L’UE évalue la reforme curriculaire de l’éducation mise en œuvre par le gouvernement nigérien ANP 280 millions de CFA de l’UE pour lutter contre l’épidémie de choléra au Niger APS SÛRETÉ ET SÉCURITÉ DE L’AVIATION CIVILE AU MENU DES RÉUNIONS DU CP DE LA CAFAC APS PARERBA : PRÈS DE 1300 BÉNÉFICIAIRES (SUPERVISEUR) APS PLAIDOYER POUR LA PRÉSERVATION DE LA RESSOURCE HALIEUTIQUE APS LE JOURNALISTE ALASSANE SAMBA DIOP PUBLIE ’’LA VIE EST UN TEMPS DE PAROLE’’ GNA Igbos in Ghana celebrate 2021 Igbo Day, New Yam Festival GNA NDC mourns Ama Benyiwa Doe GNA Akim Oda MP organises free mock exams for JHS students

GERMAINE ACOGNY A REÇU SON ’’LION D’OR’’ DE LA BIENNALE DE VENISE


  30 Juillet      45        Arts & Cultures (1745),

   

Dakar, 30 juil (APS) – La chorégraphe sénégalaise Germaine Acogny, lauréate 2021 du « Lion d’or de la danse » de la Biennale de Venise, a reçu sa récompense le 24 juillet dernier.

« La Biennale de Venise a remis le Lion d’or pour l’ensemble de sa carrière à la danseuse et chorégraphe franco-sénégalaise Germaine Acogny le 24 juillet 2021 », annonce l’Ecole des sables, centre international de danses africaines traditionnelles et contemporaines dont la lauréate est la fondatrice, avec son époux.

« À l’automne de ma vie, j’ai la chance et l’honneur de voir reconnu mon travail consacré à la formation, à la chorégraphie et au développement d’une danse africaine contemporaine », a réagi la lauréate.

« À travers moi, c’est toute l’Afrique, vieux continent de la danse et de traditions, qui est mise à l’honneur », a déclaré Germaine Acogny, dont la récompense avait été annoncée le 16 février dernier.

La chorégraphe et danseuse d’origine béninoise, surnommée la « mère de la danse contemporaine africaine », a fondé en 1968 son premier studio de danse à Dakar, avant de diriger entre 1977 et 1982 « Mudra Afrique », une école créée par Maurice Béjart et Léopold Sédar Senghor.

Avec son époux Helmut Vogt, elle a fondée en 2004 « l’Ecole des Sables », un centre international de danses africaines traditionnelles et contemporaines inauguré en juin 2004 à Toubab Dialaw, où sont passés beaucoup de danseurs et chorégraphes africains.

Ce centre participe depuis sa création au développement de la danse contemporaine et sert comme lieu de rencontre, d’échanges et de formation ouverts aux artistes de tous les continents.

La « contribution à la formation en danse et en chorégraphie des jeunes d’Afrique occidentale et la large diffusion de son travail dans son pays d’origine et dans le monde ont fait » de Germaine Acogny « l’une des voix indépendantes qui ont le plus influé sur l’art de la danse », avait souligné la Biennale de Venise dans un communiqué, au moment d’annoncer son sacre.

Dans la même catégorie