APS CONFÉRENCE DE PRESSE DE LANCEMENT DU FESPACO À DAKAR, LUNDI APS A DAKAR ET MBOUR, DES RESTAURANTS LABELLISÉS ’’ZÉRO DÉCHET’’ APS LE FOOTBALLEUR MAKHÈTE DIOP RACONTE SON EXPÉRIENCE DANS LE GOLFE DANS UN OUVRAGE MAP Calvaire des populations de Tindouf et violences contre les migrants: l’Algérie devant ses responsabilités APS MAME FAMEW CAMARA EXPLIQUE L’IMPORTANCE DE LA PLACE DE LA FEMME DANS SES ŒUVRES APS CETTE RENCONTRE CONTRE LES EMIRATS ARABES UNIS EST UTILE (COACH) GNA Africa should address challenges of Covid-19 – President Akuffo Addo APS LES NOUVEAUX CHANTIERS DE LA FÉDÉRATION SERONT LA MASSIFICATION ET LE DÉVELOPPEMENT DU HANDBALL MASCULIN (PRÉSIDENT) APS SURVIE DE L’ENFANT : UN PLAN DE COMMUNICATION EN COURS D’ÉLABORATION POUR BOOSTER LES INDICATEURS APS MAME FAMEW CAMARA : ’’IL FAUT FAIRE DE LA LECTURE UNE DISTRACTION’’

Les experts gabonais à l’école de la finance islamique


  12 Septembre      72        Finance (549),

   

Libreville, 12 Septembre (AGP) – Le ministre délégué à l’Economie, Hilaire Machima, a procédé le lundi 11 septembre à l’ouverture d’un séminaire, permettant aux experts gabonais de s’approprier les mécanismes de financement islamique.

Cet atelier qui fait suite à la 4ème édition du forum annuel des fonds islamique de développement organisé en mai 2018, permettra aux hauts cadres gabonais de s’approprier et de se familiariser au mode de financement islamique, notamment sur les concepts tels que,  »Sukuh, les contrats de types Mudharabah, Ijara…

A ce propos, le ministre délégué à l’Economie, dira qu’encore méconnu, il y a quelque temps, le terme finance islamique recouvre l’ensemble des transactions et des produits financiers conformes aux principes de la charia, qui supposent l’interdiction de l’intérêt, l’incertitude de la spéculation, l’interdiction d’investir dans les secteurs considérés comme illicites ainsi que le respect du principe de partage des pertes et de profits.

«La finance islamique connaît une forte progression depuis plusieurs années et représente, en 2017, près de 1800 milliards de dollars d’actifs bancaires et financiers. Les pays de la sous-région de la Cémac ne s’auraient être en marge de cette dynamique mondiale. Ce d’autant qu’ils ambitionnent pour la plupart de se hisser au rang des pays émergents», a-t-il enrichi.

En effet, la finance islamique est, selon lui, sans doute une solution à implanter au moment où les finances conventionnelles semblent s’essouffler et ses perspectives limitées par des contraintes d’endettement et l’instabilité de l’environnement économique global.

Dans la même catégorie