MAP Mozambique: près de 14.000 kilomètres de routes détruites en un an à cause des inondations (ministre) AIP Recommandations finales du projet relatif à la réduction des catastrophes naturelles dans le bassin de la Volta MAP Élections en Afrique du Sud: près de 3000 soldats déployés MAP Maroc : 84 M€ de la BAD pour le développement des zones forestières MAP L’ONU débloque 11 millions de dollars pour lutter contre l’insécurité alimentaire au Mali MAP La Fondation africaine pour l’apprentissage tout au long de la vie, un projet ambitieux à portée stratégique (M. Benmoussa) ANG Justiça/Ministra Mária de Cêu, disse esperar que resultados da Conferência Internacional venha dar acesso a justiça aos cidadãos ANG CEDEAO/Representante em Bissau reconhece que a sub-região enfrenta ameaças da desintegração ANG Desporto/Anaxímenes Pereira escolhido pelo Presidente da FFGB para integrar equipa técnica da Selecção Nacional ANG Caju/ CCIAS propõe Governo a autorização para exportação via terrestre

Revue de la Presse Quotidienne Internationale Africaine (RPQI-Afrique)


  27 Mai      58        revue de presse (625),

 

Rabat, 27/05/2019 (MAP) – Le dialogue politique au Sénégal, la décision prise par la justice kényane concernant la récupération par l’Etat de tous les fonds et avoirs injustifiés, la célébration de la Journée de l’Afrique, les relations sénégalo-gabonaises et le projet d’intégration régionale de la Corne d’Afrique, sont les principaux sujets commentés et développés par la presse africaine parue lundi.

Au Sénégal, +Le Soleil+ croit savoir que le nom de la personnalité consensuelle devant présider le dialogue politique sera connu mercredi, ajoutant que l’annonce a été faite, hier, par le ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye.

« En principe, mercredi au plus tard, nous proposerons une autorité pour diriger le cadre de concertation du processus électoral. La personnalité consensuelle sera désignée, bien entendu après une concertation avec les différents acteurs de la société civile, des non-alignés et de tous les partis concernés », a déclaré le ministre lors d’une émission radio.

Le ministre dit être optimiste sur la participation de l’opposition qui a reçu son invitation pour participer à ces échanges qui interpellent l’avenir du pays, pour décider, a-t-il poursuivi.

Sur un autre registre, +Dakar Times+, écrit sous le titre « Projet de la nouvelle route de l’acier et de l’aluminium : du passé au futur, l’Afrique cherche désormais à se positionner dans l’histoire », que si l’Afrique de l’Ouest veut écrire une grande page de l’histoire de l’humanité, elle tient assurément une piste ; après la Route de la Soie, ayant connu ses heures de gloires avant son déclin au XV éme siècle, le projet de la nouvelle Route de l’Acier et de l’Aluminium ambitionne une industrialisation de l’Afrique à partir de ses ressources naturelles, notamment le fer et la bauxite.

Un modèle type de projet structurant, africain, sous régional, innovant, intégrateur et bénéfique pour tous les acteurs (…), selon ses concepteurs, d’après le journal.

Au Kenya, la presse locale se fait l’écho de la décision prise par la justice selon laquelle tous les fonds et avoirs injustifiés doivent être récupérés par l’État.

Le journal « Daily Nation » souligne à ce propos que la décision du 10 mai rendue par les trois juges d’appel – Phillip Waki, Gatembu Kairu et Otieno Odek – ouvrira les portes à la saisie par les agences anti-corruption des biens et actifs dont les propriétaires seraient incapables d’en expliquer les sources.

Vendredi, rappelle le journal, la Commission pour l’éthique et la lutte contre la corruption (EACC) a déclaré que cette décision renforcerait leurs efforts pour saisir les richesses injustifiées de nombreux officiers qui font face à des accusations de corruption devant les tribunaux.

La liste des «millionnaires secrets» ciblés comprend des officiers de comté subalternes et supérieurs, des membres d’assemblées de comté et d’autres hauts fonctionnaires qui ont amassé une richesse inexplicable depuis 2013, ajoute la publication.

Cité par le journal, le chef de la direction de l’EACC, Twalib Mbarak, a déclaré que plusieurs hauts fonctionnaires seraient impliqués dans des transactions suspectes d’un montant total de 588 milliards de shillings (5,88 milliards de dollars).

«Nous ne voulons pas simplement poursuivre les gens en justice et les emprisonner. Nous voulons également récupérer les biens qu’ils ont acquis grâce au produit de la corruption. Nous avons identifié certains des suspects dans des rapports de vérification du mode de vie », a souligné M. Twalib.

En février, plus de 78 affaires d’actifs acquis illégalement étaient devant les tribunaux alors que d’autres enquêtes sont toujours en cours.

Au Ghana, +Daily Graphic+ s’intéresse à la participation du président de la République, Nana Akufo-Addo au Sommet mondial autrichien R20, une initiative qui aide les régions, les pays et les villes à mettre en œuvre les objectifs de développement durable et de réaliser les objectifs mondiaux énoncés dans l’Accord de Paris.

Le Président Akufo-Addo, qui assiste au Sommet en sa qualité de coprésident du groupe d’éminents avocats du Secrétaire général de l’ONU pour les objectifs de développement durable à l’horizon 2030, participera à la table ronde de haut niveau sur la nécessité pour les dirigeants d’assumer la responsabilité des processus mondial sur le développement durable et la coopération internationale, fait savoir le quotidien.

Son confrère, +Ghanaian times+ rapporte que deux chauffeurs ghanéens ont été tués par des terroristes proches de la frontière entre le Burkina Faso et le Mali.

Les défunts s’étaient arrêtés près d’une barrière de sécurité à la frontière entre le Burkina Faso et le Mali, dans la ville de Koury, afin de régler leurs arrangements de voyage habituels moyennant paiement, précise le quotidien, notant que les raisons de l’attaque ne sont pas connues.

Au Mali, +L’essor+ indique que la célébration de la journée de l’Afrique a été marquée au Mali par une réception offerte, samedi dernier à Bamako, par Pierre Buyoya, Haut Représentant de l’Union Africaine pour le Mali et le Sahel.

Dans son intervention, M. Buyoya a tout d’abord salué les pères fondateurs de l’Organisation de l’Unité Africaine en 1963, devenue Union Africaine en 2002 avant de rappeler les nombreux défis qui se posent encore à l’Afrique, 56 ans après la création de l’Organisation. Ces défis ont pour nom lutte contre le terrorisme, immigration entre autres.

Et d’ajouter que le Chef de la MISAHEL a saisi cette occasion pour attirer l’attention des uns et des autres sur la situation sécuritaire au Sahel en général et au Mali en particulier. Pour lui, le Mali ne doit pas être seul dans cette lutte. C’est pourquoi, il a invité la Communauté internationale à travers le Corps diplomatique à soutenir toute initiative des autorités maliennes allant dans le sens de la paix.

Prenant la parole, le Chef de la Diplomatie malienne Tiébilé Dramé a salué les efforts de l’Union Africaine qui, selon lui, a toujours été aux côtes du Mali dans les moments les plus difficiles de son histoire comme c’est le cas aujourd’hui, note le journal.

Son confrère +L’indépendant+ rapporte que le Mali a été rejoint par le Panama en fin de match (1-1), disputé à Bydgoszcz au titre de la Coupe du Monde U20 en Pologne.

Les Aiglons ont été les premiers à ouvrir le score sur un but de l’attaquant Konte (39e). Ils ont cependant laissé filer leur avantage en fin de match avec un penalty converti par Diego Valanta (87′).

Les Maliens devront croiser l’Arabie Saoudite mardi prochain avant d’affronter la France dans leur ultime match dans le Groupe E.

Au Gabon, +l’Union+ écrit sous le titre « Visite du chef de l’Etat sénégalais à Libreville, hier, en toute amitié » que le Président sénégalais Macky Sall a effectué, hier, une visite de quelques heures à Libreville au cours de laquelle il a exprimé toute son amitié et sa solidarité envers son homologue gabonais Ali Bongo Ondimba avec lequel il s’est entretenu au Palais de la présidence de la République.

Et d’ajouter qu’au cours de leur entretien au Palais présidentiel, les deux dirigeants ont évoqué le renforcement de la coopération bilatérale, les questions d’ordre régional, international et d’intérêt commun.

En économie, la presse indique que l’Agence gabonaise du Tourisme (AGATOUR) vient de lancer la première édition de la campagne +Promo-vacances+, notant qu’il s’agit d’un concept qui vise notamment à promouvoir et vulgariser la pratique du tourisme par les Gabonais et autres résidents étrangers avec au bout de belles opportunités pour les opérateurs du secteur.

Au Burkina Faso+, +Sidwaya+ fait état de la célébration, samedi à Ouagadougou, de l’anniversaire de la création de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) en 1963, devenue Union africaine (UA), couplée au 44è anniversaire de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), mise en place le 28 mai 1975.

Selon le représentant du président de la Commission de l’UA, Ahmed Eldekass, cité par le journal officiel, la création de l’OUA a marqué le réveil de l’Afrique, sa prise de conscience de sa force et de l’impératif de sa dignité dans l’unité après des siècles de domination, d’oppression, d’asservissement et d’exploitation esclavagiste.

Pour sa part, le représentant de la CEDEAO, Mohamed Diakité, a mentionné les avancées enregistrées grâce aux actions de promotion de la coopération et de l’intégration économique de la zone de libre-échange africaine, la construction d’un marché commun, l’interconnexion des réseaux électriques nationaux et les actions humanitaires au profit des victimes de catastrophes naturelles et de violences.

« Toutefois, les efforts doivent être poursuivis pour consolider, amplifier les acquis et réaliser de meilleures performances dans tous les domaines au grand bonheur des 370 millions d’habitants de l’espace économique », a-t-il souligné.

« Les dynamiques institutionnelles actuelles au sein de l’UA et de la CEDEAO, une des communautés économiques régionales les plus avancées dans le processus d’intégration, témoignent de la volonté et de l’engagement des dirigeants d’aujourd’hui de bâtir cette Afrique des peuples que nous voulons pour nous-mêmes et pour les générations futures », a estimé, de son côté, le Premier ministre burkinabè, Christophe Dabiré.

En Ethiopie, le groupe médiatique +FANA BC+ s’intéresse au lancement officiel par le Premier ministre Abiy Ahmed de l’opération de plantation de quatre milliards d’arbres dans tout le pays.

Le média éthiopien souligne que le Premier ministre a exhorté dans ce sens les responsables notamment du secteur agricole à mettre en œuvre ce projet national qui vise à planter 4 milliards d’arbres au cours de la prochaine saison des pluies.

Un comité ministériel présidé par le Premier ministre Abiy Ahmed a été mis en place pour faciliter la mise en œuvre de ce projet, ajoute +FANA BC+.

Revenant sur le secteur agricole en Ethiopie, le groupe médiatique rapporte que le vice-Premier ministre, Demeke Mekonnen, a appelé les différents intervenants à œuvrer ensemble pour moderniser et accroître la productivité de l’agriculture en Ethiopie.

L’agriculture constitue une composante essentielle de l’économie éthiopienne, les intervenants dans le secteur devant déployer davantage d’efforts pour moderniser et améliorer la productivité, écrit +FANA BC+ qui cite le vice-Premier ministre.

A Djibouti, +La Nation+ écrit que les pays de la Corne d’Afrique ont décidé d’interconnecter et d’intégrer leurs économies et leurs infrastructures.

Sous le titre «Djibouti mise sur l’intégration des économies régionales», le journal rapporte dans sa version électronique que le ministre djiboutien de l’Economie et des Finances, chargé de l’Industrie, Ilyas Moussa Dawaleh, a présidé une réunion de validation du projet d’intégration régionale de la Corne d’Afrique.

«L’initiative est en soi porteuse de retombées alléchantes. Elle mobilise cinq pays de la sous-Région. Citons, outre Djibouti, l’Ethiopie, l’Erythrée, la Somalie et le Kenya», souligne le journal, notant que «les cinq pays ont décidé d’interconnecter et d’intégrer leurs économies et leurs infrastructures grâce au soutien financier de l’Union européenne et de la Banque mondiale».

Au Rwanda, le quotidien +The New Times+ rapporte que le gouvernement rwandais a contesté les allégations de l’Ouganda selon lesquelles les forces de sécurité rwandaises auraient violé son intégrité territoriale lorsque ces dernières ont tué deux hommes près d’un poste-frontière vendredi.

Citant une note verbale du ministère rwandais des Affaires étrangères et de la Coopération internationale adressée aux autorités ougandaises, le journal indique que « l’incident s’est produit au secteur de Tabagwe dans le territoire rwandais lorsqu’un individu rwandais et un Ougandais ont attaqué une patrouille des forces de sécurité rwandaises ».

Les officiers rwandais ont ouvert le feu en état de légitime défense, souligne le média, ajoutant que la note verbale affirme que les forces rwandaises n’ont en aucun cas franchi les frontières ougandaises.

En outre, +RNA+ écrit que la section rwandaise du Mouvement panafricain (PAM) et le groupe des ambassadeurs africains accrédités au Rwanda ont organisé, samedi à Kigali, une conférence-débat pour marquer la Journée de l’Afrique, célébrée chaque année le 25 mai.

Le journal indique que cette réunion, qui a réuni près de 500 membres du PAM et les chefs des missions diplomatiques au Rwanda, a permis de faire le point sur les avancées du continent et de se pencher sur les challenges et enjeux à surmonter, notamment en matière d’intégration régionale et de développement durable.

Et d’ajouter que les participants ont appelé à renforcer les actions visant à préserver l’identité africaine et à placer l’intégration économique du contient au centre des préoccupations.

Dans la même catégorie