MAP Côte d’Ivoire/coronavirus : 349 cas, 41 guérisons et 3 décès ACI LE CONGO PAYS COMPTE DESORMAIS 60 CAS ET TROIS NOUVEAUX GUÉRIS DE COVID-19 ACI FORMATION DU PERSONNEL DU CHUB SUR LA PCI EN MILIEU HOSPITALIER AIP Inter/ Les Marocains sans masque risquent des peines de prison AIP Les populations de Warma formées sur la gestion des rumeurs et des conflits AIP COVID 19: La LONACI désinfecte ses sites AIP COVID-19: Les auteurs d’augmentation illégale du tarif de transport subiront la rigueur de la loi (préfet) AIP Covid-19 : Reprise d’activités du Premier ministre après une dizaine de jours de confinement AIP Le comité départemental de sécurité de Soubré invité à plus d’actions de prévention du Covid 19 AIP Covid 19: vingt-six nouveaux cas confirmés

Le FMI conseille l’adoption d’une politique budgétaire prudente pour maîtriser la dette publique africaine


  9 Juin      77        Economie (8169), Finance (426), Photos (3878),

   

Abidjan, 09 juin (AIP) – Le représentant résident du Fonds monétaire international (FMI), José Gijon, a confié vendredi, lors d’une conférence publique, à l’INPHB de Yamoussoukro, que l’adoption d’une politique budgétaire « prudente » s’avère indispensable pour maîtriser la dette publique des pays d’Afrique subsaharienne.

Le représentant de l’institution financière mondiale, lors de sa présentation du rapport 2018 sur le thème, « Les perspectives économiques en Afrique 2018 : une reprise timide avec des importants défis », a exhorté les Etats africains notamment la Côte d’Ivoire à faire plus d’efforts pour mobiliser d’avantage de recettes budgétaire nécessaires pour financer le développement.

José Gijon a également conseillé la poursuite des réformes « courageuses » pour améliorer le climat de l’investissement. « Parce que dans la croissance ivoirienne, il doit avoir une grande part du secteur privé pour assurer le taux de croissance fort et soutenable qui doit tenir dans les prochaines années », a souligné le conférencier.

Il a exprimé sa foi en une Côte d’Ivoire capable de parvenir à son développement au regard des politiques mises en œuvre dans le pays et qui sont, selon lui, des politiques qui permettront au pays d’atteindre l’émergence.

Les défis à relever restent le développement des infrastructures longtemps délaissées pendant que la population était en croissance, et la poursuite des programmes de soutien social qui doivent devenir de plus en plus ambitieux comme la couverture sanitaire universelle, a énuméré l’économiste franco-espagnol. José Gijon a souligné, pour finir, que la politique monétaire doit être également orientée de sorte à garantir une inflation faible.

La croissance en Afrique subsaharienne devrait être marquée par une légère hausse, et des politiques fermes sont nécessaires à la fois pour réduire les vulnérabilités et pour améliorer les perspectives de croissance à moyen terme. On estime que la croissance moyenne de la région s’établira à 3,4 % en 2018, en hausse par rapport à 2017, où elle était de 2,8 %.

nam/fmo

Dans la même catégorie