ABP Bientôt un nouveau code pétrolier pour règlementer le secteur pétrolier au Bénin ABP 36,5 milliards F Cfa pour la protection de la côte à l’Est de Cotonou et la viabilisation du site de construction logements sociaux à Abomey-Calavi ABP Signature à Malanville d’un accord de partenariat entre la FNEN-DADDO et l’ASPEB sur la transhumance transfrontalière. AIB Acquittement  de Laurent Gbagbo et procès du putsch manqué, en vedettes dans la presse burkinabè Inforpress Inforpress e Instituto Camões rubricam protocolo de cooperação para aprimoramento e capacitação profissional da agência Infropress Restauração da Capela Gótica da Igreja de Nossa Senhora do Rosário arranca em Fevereiro e será concluída em Dezembro de 2019 Inforpress Futebol: Fabrício Duarte apita jogo de apuramento da Taça das Confederações AGP Le président Ali Bongo de retour au Maroc pour sa convalescence Inforpress Fogo: Segunda fase de reabilitação do Complexo Educativo Eduardo Gomes Miranda inaugurada na sexta-feira AIB Le Burkina veut améliorer la qualité de son climat d’affaire

Le FMI conseille l’adoption d’une politique budgétaire prudente pour maîtriser la dette publique africaine


  9 Juin      59        Economie (21983), Finance (3696), Photos (20289),

   

Abidjan, 09 juin (AIP) – Le représentant résident du Fonds monétaire international (FMI), José Gijon, a confié vendredi, lors d’une conférence publique, à l’INPHB de Yamoussoukro, que l’adoption d’une politique budgétaire « prudente » s’avère indispensable pour maîtriser la dette publique des pays d’Afrique subsaharienne.

Le représentant de l’institution financière mondiale, lors de sa présentation du rapport 2018 sur le thème, « Les perspectives économiques en Afrique 2018 : une reprise timide avec des importants défis », a exhorté les Etats africains notamment la Côte d’Ivoire à faire plus d’efforts pour mobiliser d’avantage de recettes budgétaire nécessaires pour financer le développement.

José Gijon a également conseillé la poursuite des réformes « courageuses » pour améliorer le climat de l’investissement. « Parce que dans la croissance ivoirienne, il doit avoir une grande part du secteur privé pour assurer le taux de croissance fort et soutenable qui doit tenir dans les prochaines années », a souligné le conférencier.

Il a exprimé sa foi en une Côte d’Ivoire capable de parvenir à son développement au regard des politiques mises en œuvre dans le pays et qui sont, selon lui, des politiques qui permettront au pays d’atteindre l’émergence.

Les défis à relever restent le développement des infrastructures longtemps délaissées pendant que la population était en croissance, et la poursuite des programmes de soutien social qui doivent devenir de plus en plus ambitieux comme la couverture sanitaire universelle, a énuméré l’économiste franco-espagnol. José Gijon a souligné, pour finir, que la politique monétaire doit être également orientée de sorte à garantir une inflation faible.

La croissance en Afrique subsaharienne devrait être marquée par une légère hausse, et des politiques fermes sont nécessaires à la fois pour réduire les vulnérabilités et pour améliorer les perspectives de croissance à moyen terme. On estime que la croissance moyenne de la région s’établira à 3,4 % en 2018, en hausse par rapport à 2017, où elle était de 2,8 %.

nam/fmo

Dans la même catégorie