NAN NDLEA arrests 178 drug offenders, secures 29 convictions in Sokoto APS Un partenariat public-privé préconisé au bénéfice de la santé en Afrique APS Ségolène Royal :  »L’Afrique doit valoriser son potentiel technologique » AIP Côte d’Ivoire: La mairie d’Adiaké menace de retirer 85 lots à des acquéreurs AIP Côte d’Ivoire/ Environ 2500 du Béré attendus au congrès constitutif du RHDP AIP Côte d’Ivoire/ Vers la mise en place de points focaux pour le développement de la région du Gbêkê AIP Côte d’Ivoire: L’illettrisme à la base de la vente de produits périmés dans le Worodougou et le Béré (DR Commerce Séguéla) AIP Côte d’Ivoire: L’amélioration des conditions de vie de la femme au centre d’une consultation à Oumé NAN Nigeria to access $100m Indian loan to develop nationwide broadband connectivity APS Des activistes prônent des  »réformes institutionnelles indispensables pour renforcer les normes démocratiques »

Les financiers burkinabè suspendent leur grève pour répondre à l’appel du président du Faso


  26 Juin      12        Economie (21994), Finance (3696),

   

Ouagadougou, 26 juin 2018 (AIB) – Les agents du ministère des Finances qui avaient reconduit leur mouvement de grève hier lundi, l’ont suspendu dans l’après-midi, pour disent-ils «répondre favorablement à l’appel du chef de l’Etat à renouer le dialogue avec le gouvernement», lit-on dans la parution du jour du quotidien national Sidwaya.

«Nous avons décidé de suspendre le mot d’ordre de grève, pour répondre favorablement à l’appel du chef de l’Etat à renouer le dialogue avec le gouvernement», lit-on dans le quotidien d’Etat Sidwaya.

Le journal rapporte ainsi, les propos du président de la Coordination des syndicats du ministère l’Economie et des Finances (CS-MEF) Mathias Kadiogo.

M. Kadiogo précise aussi qu’ils (les agents grévistes) ont aussi été saisis par des autorités coutumières et religieuses au cours du weekend pour la suspension de la grève.

«A partir de ce mardi 26 Juin 2018, le travail reprend dans tous les services du ministère en charge des finances», poursuit Mathias Kadiogo dans les colonnes de Sidwaya en espérant que le président du Faso ait appréhendé leurs préoccupations.

Selon le responsable syndical, «il y avait eu des avancées au cours des discussions» que le syndicat a eu avec le gouvernement en fin mars 2018 et il est opportun selon lui, «d’examiner tous les points inscrits dans la plateforme».

«Deux autres points viennent de s’y ajouter, notamment le respect des libertés syndicales et la levée des sanctions prises à l’égard de certains de nos camarades qui ont observé la grève», a-t-il fait observer.

Parlant des deux derniers points, Mathias Kadiogo espère que le gouvernement s’apprête à leur donner des réponses parce que, de ses dires, «au Burkina Faso, aucun texte n’empêche un responsable nommé d’aller en grève pour défendre ses intérêts professionnels».

Pour M. Kadiogo, les syndicats n’excluent pas de retourner en grève, mais espèrent qu’un terrain d’entente sera trouvé.

Agence d’Information du Burkina

wis/ak

Dans la même catégorie