MAP L’ambassadeur Hilale saisit le SG de l’ONU et le CS sur les violations des droits de l’Homme dans les camps de Tindouf MAP Conférence de l’Institut américain «Brookings»: M. Bourita met en avant les réformes audacieuses du Maroc sous l’impulsion de SM le Roi MAP L’initiative noble de SM le Roi d’aider les pays africains en temps de pandémie, un modèle de solidarité intra-africaine (ministre kényane des AE) MAP Jusqu’à 500 millions de DH pour l’aménagement de Harhoura, une destination touristique prisée MAP Hilale démystifie auprès du SG de l’ONU et du CS la campagne hystérique de l’Algérie et du « polisario » sur la situation au Sahara MAP M. Amara plaide pour une mise en œuvre optimale du chantier de l’éducation routière MAP Rencontre à Oujda sur le droit d’accès à l’information APS LE GOUVERNEMENT INVITÉ À HÂTER LA CONCRÉTISATION D’UN PROJET DE POLYCLINIQUE DE DERNIÈRE GÉNÉRATION APS MACKY SALL VA SE FAIRE VACCINER, JEUDI (MÉDIA) APS VACCINATION : MACKY SALL PRÔNE UN ’’PLAIDOYER SOUTENU’’ ET UNE ’’MOBILISATION COMMUNAUTAIRE’’

Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique)


  18 Janvier      16        revue de presse (469),

   

Dakar, 18/01/2021 (MAP)- Nombre de sujets focalisent l’attention de la presse africaine parue lundi, notamment la propagation et la létalité du coronavirus au Sénégal, le dialogue politique en Côte d’Ivoire, les sénatoriales au Gabon, le différend frontalier entre l’Ethiopie et le Soudan, la fermeture des écoles au Rwanda et la corruption en Afrique du Sud.

Au Sénégal, la propagation et la létalité du coronavirus continuent de meubler principalement les colonnes de la presse locale.

Sous le titre « Macky Sous contrainte », +L’Observateur+ évoque l’éventualité du durcissement par le président sénégalais des mesures restrictives pour contrer la propagation inquiétante de la Covid-19.

Le journal fait état notamment de la possibilité de l’extension du couvre-feu de 18h à 05, rappelant qu’en instaurant l’état d’urgence et le couvre-feu de 20h à 05h à Dakar et Thiès, l’Etat s’était donné un délai de 12 jours pour endiguer la propagation du coronavirus et sa létalité galopante, alors qu’au moment du bilan, le constat d’échec est patent.

Sur le même registre, +Le Soleil+ se penche sur « Ces autres foyers de Covid-19 qui inquiètent », faisant état de 632 nouvelles contaminations et de 9 décès durant le week-end et de la flambée de cas dans les villes et régions de Kaolack, Touba et Saint-Louis.

« 56 patients perdent la vie en une semaine ! », titre +WalfQuotidien+ au sujet du bilan macabre du coronavirus.

Abordant le traitement des patients à domicile, la publication rapporte, selon le ministère de la santé, que depuis l’adoption de cette stratégie au Sénégal, 11 mille cas ont été guéris chez eux et 2.960 malades sont en train d’être suivis.

En Côte d’Ivoire, « Koaci » fait savoir qu’après avoir différé la signature du rapport final issu du dernier dialogue politique avec le Gouvernement ivoirien, l’opposition vient de passer à l’acte.

Au terme des discussions de ce dialogue politique qui s’est tenu du 21 au 29 décembre dernier, les partis de l’opposition avaient différé leur signature sur le document, peut-on lire.

Vendredi dernier, l’opposition est finalement passée à l’acte en signant ce rapport final des discussions qui ont été conduite par le Premier ministre Hamed Bakayoko.

Sur un autre registre, son confrère « Sika Finances » rapporte que 1,1 milliards de dollars : c’est le montant de l’opération qui a permis à Heirs Holdings, une société d’investissement dirigée par le milliardaire nigérian, Tony Elumelu, et son partenaire Transnational Corporation of Nigeria Plc (Transcorp), de racheter une participation de 45% de la licence pétrolière nigériane OML 17 et les actifs connexes auprès des firmes internationales Shell, Total et ENI.

« Nous avons une vision très claire : créer la première multinationale énergétique intégrée d’Afrique, une entreprise mondiale de qualité, uniquement axée sur l’Afrique et les besoins énergétiques de l’Afrique », s’est félicité Tony Elumelu à l’annonce officielle de ce qui est présenté comme l’un des plus importants financements pétroliers et gaziers en Afrique depuis plus d’une décennie.

 


Au Gabon, la presse locale s’intéresse aux élections sénatoriales prévues les 30 janvier et 6 février. Titrant « Comme un ouragan », +l’Union+ écrit que les primaires du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) qui se sont déroulées ce weekend, en prévision des prochaines élections sénatoriales, ont fait souffler un vent qui a balayé un grand nombre d’élus sortant, dont des membres du bureau et présidents de commissions et du groupe parlementaire.

Et d’expliquer que ces primaires ont propulsé au-devant de la scène de nouvelles figures.

Sur le même sujet, +Gabon Matin+ titre « Sénatoriales/primaires PDG : un vent de changement ». Il indique que de grandes figures sont tombées alors que d’autres, moins en vue, ont eu les faveurs des suffrages lors des primaires inédites organisées samedi par le Parti démocratique gabonais (PDG), en vue des sénatoriales.

La publication commente que la revitalisation et la régénération tant prônées semblent être une réalité au sein de ce parti, désormais gagné par un vent de modernité.

En Ethiopie, +THE ETHIOPIAN MONITOR+ met en avant la volonté d’Addis-Abeba de résoudre de manière pacifique le différend frontalier avec le Soudan en relevant dans ce sens les valeur sociale, politique, économique et culturelle que partagent les deux pays depuis de longues années.

«Bien qu’il y ait eu des différends entre les deux pays au sujet du tracé des frontières depuis longtemps, ils ont été gérés d’une manière diplomatique jusqu’à la récente escarmouche», relève le journal, notant qu’indépendamment des accusations réciproques, il existe une volonté de résoudre la situation de manière pacifique des deux côtés.

Sur un autre registre, +FANA BC+ rapporte que l’Agence éthiopienne pour l’immigration, la nationalité et les événements vitaux (INVEA) a inauguré samedi un point de contrôle à 1,5 km de la frontière avec le Kenya avec le soutien de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

L’ouverture de ce point de contrôle va contribuer notamment à lutter contre la traite des êtres humains, selon l’INVEA.

 


Au Rwanda, les quotidiens locaux consacrent leur Une de lundi à la décision du gouvernement de fermer les écoles maternelles, primaires et secondaires dans la capitale Kigali après une recrudescence des cas de contamination à la Covid-19.

Le journal +KT Press+ écrit, sous le titre «Les écoles de Kigali fermées pour stopper la propagation de la Covid », que cette décision annoncée dimanche par le ministère de l’Education entrera en vigueur dès lundi 18 janvier.

Son confrère +The New Times+, qui cite un communiqué du ministère de l’Education, indique que cette mesure concerne toutes les écoles publiques et privées de la capitale rwandaise, notant que cette décision intervient après la détection de nombreux cas positifs au sein des écoles.

Le ministère, ajoute le quotidien anglophone, a appelé l’ensemble des écoles concernées à s’adapter à la nouvelle situation épidémiologique avec des cours à distance.

En Afrique du Sud, +The South African+ rapporte que suite aux allégations sérieuses d’abus de pouvoir de l’ancien directeur général de la compagnie d’électricité Eskom, Brian Molefe, le président Cyril Ramaphosa est appelé à se présenter devant la Commission judiciaire d’enquête sur la corruption pour donner sa version des faits.

Molefe qui a témoigné devant le président de la Commission, le juge Raymond Zondo, a assuré que M. Ramaphosa avait utilisé sa position de vice-président du pays, sous le mandat de Jacob Zuma, pour obtenir des contrats lucratifs de charbon pour le géant minier Glencore après lui avoir accordé une participation et l’avoir nommé comme directeur général.

Même son de cloche chez l’analyste politique, Metji Makgoba, qui a estimé que Ramaphosa, en tant que «responsable», devrait comparaître devant la Commission pour «rassurer la nation» et en même temps consolider le rôle joué par cette structure qui vise à jeter la lumière sur les longues années de corruption qui ont marqué l’ère de l’ancien président, Jacob Zuma.

+De son côté, +Herald Live+ revient sur le problème des délestages électriques opérés par Eskom, continuant ainsi à plonger les entreprises et les ménages sud-africains dans le noir.

La compagnie publique en détresse a fait savoir que les coupures d’électricité se poursuivront durant cette semaine puisque «le système reste sous pression et vulnérable», relève le journal électronique, signalant que deux unités de génération à la centrale de Kusile, située dans la province de Mpumalanga, ne sont toujours pas opérationnelles depuis la semaine dernière.

Dans la même catégorie