MAP Hasna Ammar, une militante infatigable pour l’autonomisation des femmes rurales à Aoufous AIP Législative 2021: Démarrage du dépouillement des votes à San-Pedro AIP Législatives 2021 : Koné Kafana se réjouit du bon déroulement du scrutin à Yopougon AIP Législatives 2021: Les bureaux de vote d’Abobo ferment leurs portes AIP Législatives 2021: Des urnes brûlées à Gomon AIP Législatives 2021: Un scrutin relativement apaisé à Port-Bouët malgré quelques incidents AIP Législatives 2021 : scrutin paisible à l’intérieur du pays AIP Législatives 2021 : Angustin Thiam et prône le fairplay MAP Béni Mellal-Khénifra: Création de « clubs du dialogue et de la coexistence » dans plusieurs établissements d’enseignement AIP Législatives 2021: les bureaux de vote ont fermé à Dimbokro

Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique)


  5 Février      6        revue de presse (473),

   

Dakar, 05/02/2021 (MAP)- La flambée des cas de coronavirus au Gabon, les investissements dans les infrastructures en Côte d’Ivoire, l’invasion acridienne au Kenya, la question de la sécurisation des prochaines élections en Ethiopie et la vaccination en Afrique du Sud sont les principaux sujets abordés et commentés par la presse africaine parue vendredi.

Au Gabon, +Medias241+ s’intéresse à la situation épidémiologique. Titrant « COVID-19 : Vers un nouveau durcissement des mesures de riposte au Gabon ? », il écrit qu’un conseil interministériel s’est tenu, jeudi, par visioconférence. Comme il est de tradition, le conseil interministériel prépare le conseil des ministres.

Et d’ajouter que vu la flambée épidémique, le prochain conseil des ministres pourrait aboutir sur le durcissement des mesures de riposte, compte tenu des dernières données épidémiologiques enregistrées au Gabon.

Sur le même sujet, +Gabonreview+ titre « Covid-19 : vers un nouveau reconfinement du Grand Libreville », notant qu’avec 499 cas actifs et deux nouveaux décès, la tendance haussière de l’épidémie est préoccupante.

Selon le média, le chef du gouvernement a reçu, mercredi, le Comité de riposte contre l’épidémie à Coronavirus au Gabon (Copil), notant que l’objectif de la rencontre était de réfléchir sur des stratégies alternatives pour mieux contrer l’épidémie.

En Côte d’Ivoire, « Fraternité Matin » rapporte que le gouvernement ivoirien a ratifié un accord de prêt d’un montant total de 25 millions de dollars US entre la Banque d’investissement et de développement de la CEDEAO (BIDC) et la Côte d’Ivoire en vue du financement partiel du projet de construction de 11 ponts métalliques dans le pays.

Ce projet, peut-on lire, vise principalement à faciliter aux populations se trouvant dans les zones de culture, l’accès aux structures administratives ainsi qu’aux infrastructures de soins et d’éducation implantées dans les différentes localités.

Sur un autre registre, « AbidjanNet » fait savoir que seulement 30 % des enfants africains atteints de cancer survivent à cette maladie, contre 80 % dans les pays à revenu élevé. Le journal électronique cite l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), relevant les difficultés liées à l’accès aux soins du cancer dans la plupart des pays africains.

Les communautés, dans la plupart des pays africains, sont confrontées à un accès aux services de dépistage, de détection précoce, de diagnostic et de traitement du cancer.

Au Kenya, le journal « Daily Nation » se fait l’écho des propos tenus par le ministre de l’agriculture Peter Munya qui a souligné que la situation de l’invasion acridienne s’aggrave chaque jour à mesure que les criquets se propagent dans davantage de régions.

Cité par le journal, le ministre Munya a noté que le comportement des criquets qui ont envahi plusieurs régions du Kenya depuis les pays voisins « reste imprévisible ».

« C’est très imprévisible car ils viennent de l’extérieur du pays et le suivi à l’extérieur du pays n’est pas très précis. La FAO nous soutient avec des projections parce qu’elle a des bureaux dans ces pays. Ils ont la technologie mais même leurs instruments de suivi sont assez limités. Ils ne sont pas très développés », a-t-il estimé.

Selon le responsable kényan, l’invasion devenait lentement une normalité dans le pays, ce qui, selon lui, est « un signe de changement climatique ».

Il a toutefois ajouté que le gouvernement avait réussi à éliminer la majeure partie du premier essaim qui a attaqué le pays l’année dernière.

En Ethiopie, +THE ETHIOPIAN HERALD+ rapporte que les forces de sécurité éthiopiennes se préparent pour assurer la sécurité des prochaines élections générales prévues en juin prochain dans le pays.

Un comité de sécurité a été créé à cet effet qui comprend toutes les forces éthiopiennes, dont la police fédérale et l’armée, ainsi que des représentants de la Présidence, relève le journal.

Citant un haut responsable de la police, le quotidien note que la question de la paix et la sécurité est nécessaire pour le bon déroulement des élections, les premières après les réformes entreprises dans le pays.

Sur un autre registre, +FANA BC+ s’intéresse à l’entretien téléphonique entre le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed et le nouveau secrétaire d’Etat américain Antony Blinken.

Le média relève que le Premier ministre éthiopien a remercié M. Blinken «pour son engagement à soutenir les profondes réformes entreprises en Ethiopie».

En Afrique du Sud, +Sunday Times+ revient sur les inquiétudes suscitées par les vaccins contre la Covid-19 au sein de la société, notant que le gouvernement mettra en place une base de données pour faire le suivi et aider les personnes vaccinées susceptibles de développer des effets indésirables.

«Un processus d’enregistrement a été mis en place pour identifier toutes les personnes qui ont eu des complications après avoir reçu le vaccin», a souligné le ministre de la Santé, Zweli Mkhize, notant que l’inscription est une condition préalable à la vaccination.

Par ailleurs, a-t-il ajouté, une équipe de soins et de soutien sera chargée de surveiller les cas après la vaccination pour pouvoir intervenir en cas d’effets indésirables après l’injection.

Pour sa part, +Eyewitness News+ indique que trois syndicats du secteur public ont saisi la Cour constitutionnelle pour contester la décision du gouvernement sud-africain de se retirer de l’accord d’augmentation des salaires conclu en 2018.

Le journal rappelle que le tribunal du travail avait rejeté la demande des syndicats d’imposer au gouvernement le respect de l’accord au motif que le Trésor national ne l’avait pas encore approuvé.

Dans la même catégorie