ACAP Lancement à Bangui de la mission civile de conseil de l’Union européenne en République Centrafricaine ACAP Pour une participation effective à l’élaboration de programme de protection sociale GNA Homeland Study Group blocks road, attacks police station, abducts policemen. ANP Zinder : Installation de la Commission Régionale de délivrance de la carte professionnelle de métier de l’Artisanat ANP Table ronde de l’ONU sur les changements climatiques : Le Président Issoufou plaide pour le financement du Plan d’Investissement Climat pour la Région du Sahel AMI Retour à Nouakchott du Président de la République AIP Baromètre des CEOs africains 2020 : La Côte d’Ivoire, pays le plus attractif pour les investisseurs (Etude) AIP Inter/ Alassane Ouattara appelle à une riposte collective contre la COVID-19 AIP Visite d’État: Des cadres de Manfla mobilisent les populations pour le meeting à Zuénoula AIP Visite d’Etat: 1.200 habitants du quartier Proniani de Sinfra connectés au réseau électrique

Revue de la presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique)


  4 Septembre      9        revue de presse (421),

   

Rabat, 04/09/2020 (MAP)- Le débat autour de la désignation du chef de l’opposition au Sénégal, la déclaration de politique générale du gouvernement au Gabon, la relance de la coopération entre l’Ethiopie et le Soudan, les candidatures à la prochaine présidentielle en Côte d’Ivoire et les difficultés de la compagnie nationale d’électricité en Afrique du Sud sont les sujets phares abordés et commentés par la presse africaine parue vendredi.

Au Sénégal, le débat autour de la désignation du chef de l’opposition et l’évolution de la situation épidémiologique dans le pays dominent les sujets abordés par la presse locale.

« Critères de désignation du chef de l’opposition : la Commission cellulaire du dialogue refile la patate chaude au président Sall », titre +Sud Quotidien+ au sujet du débat autour de la désignation du chef de l’opposition.

La Commission a préféré ne pas débattre de la question du statut du chef de l’opposition qui crée actuellement beaucoup de polémiques au sein de la classe politique sénégalaise, particulièrement de l’opposition, écrit à ce sujet +Enquête+, notant que le président Macky Sall décidera.

Au sujet de l’évolution de la situation épidémiologique, la baisse des nouvelles infections et l’augmentation des guérisons n’enflamment pas le professeur Moussa Seydi, coordonnateur de la prise en charge des malades Covid-19 au Sénégal qui souhaite, sur les colonnes du quotidien +Le Soleil+, que cette tendance s’observe dans la durée.

« Nous ne devons pas crier très tôt victoire. Nous devons être prudents et attendre que la baisse des infections et des guérisons s’observent dans le temps », souligne l’infectiologue, notant que « la situation peut changer à tout moment».

Au Gabon, +l’Union+ s’intéresse à la déclaration de politique générale du gouvernement. Titrant « Ossouka Raponda : le grand oral », il écrit que la réunion du conseil des ministres hier autour du chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba a adopté la déclaration de politique générale que le premier ministre, chef du gouvernement, Rose Christiane Ossouka Raponda, présente aujourd’hui devant l’Assemblée nationale, conformément à la Constitution.

La publication ajoute que cette déclaration donne lieu à un débat, suivi d’un vote de confiance.

Pour sa part, +Gabon Matin+ titre dans une édition spéciale « Résultats bac premier tour session 2020 : Bac pro en hausse ». Il indique que le bac professionnel affiche un taux de progression de 3 pc de réussite s’établissant à 14 pc par rapport au 11 pc de l’année dernière.

Et de souligner que cette année a été marquée par un fait inédit, en l’occurrence l’annonce des délibérations sur une plateforme eu égard au contexte de Covid-19 n’autorisant pas des attroupements.

En Ethiopie, +NEW BUSINESS ETHIOPIA+ s’intéresse au dossier des migrants éthiopiens en Arabie Saoudite en rapportant que le gouvernement a rapatrié plus de 400 000 ressortissants d’Arabie Saoudite au cours des trois dernières années.

Les opérations de rapatriement ont eu lieu entre mai 2017 jusqu’à mars de l’année en cours, relève le média qui cite le ministère éthiopien des Affaires étrangères.

Avec un nombre croissant de migrants qui traversent la frontière d’Arabie Saoudite en provenance du Yémen, le gouvernement éthiopien oeuvre en étroite collaboration avec les autorités saoudiennes sur cette question, souligne le média.

Sur un autre registre, +FANA BC+ revient sur la relance de la coopération entre l’Ethiopie et le Soudan dans le cadre de la lutte contre les maladies transfrontalières, suspendue en raison de la pandémie du coronavirus.

Un protocole d’accord a été signé jeudi dans ce sens entre les deux pays et qui prévoit la réhabilitation des centres de quarantaine, des cliniques vétérinaires et des points de contrôle, ainsi que la construction d’une route entre les deux pays.

En Côte d’Ivoire, « Fraternité Matin » indique que la Commission électorale indépendante (CEI) annonce avoir transmis, jeudi, au Conseil Constitutionnel,  » juge de l’éligibilité des candidats à l’élection du Président de la République”, les 44 dossiers de candidature, qu’elle a réceptionné pour l’élection présidentielle d’Octobre prochain.

Et ce, peut-on lire, au terme de la période ouverte pour la réception des dossiers de candidature et en exécution de l’article 52 du code électoral, la Commission Electorale Indépendante, précise la publication, ajoutant qu’en attendant la publication de la liste définitive des candidats à l’élection du Président de la République du 31 octobre 2020 par le Conseil Constitutionnel, la CEI entend poursuivre les préparatifs du scrutin présidentiel.

Sur un autre registre, « Abidjan.net » rapporte qu’un guide pour une communication électorale apaisée en Côte d’Ivoire a été adopté, mercredi, par des partis politiques et des médias à l’issue d’un forum d’échanges à Abidjan, la capitale économique du pays.

Initié par l’Observatoire de la liberté de la presse, de l’éthique et la déontologie (OLPED) et la Fondation des médias pour l’Afrique de l’ouest (MFWA) avec l’appui financier de OSIWA (Open Society Initiative for West Africa) , ce document intitulé «Guide de communication électorale» a été adopté par des membres de partis politiques, des journalistes et des acteurs de la société civile.

Au Kenya, le journal « Daily Nation » s’attaque aux problèmes des entreprises de sécurité privées qui ont mis en garde contre un effondrement imminent à la suite de retards de paiement pour les services rendus aux principaux ministères, organismes et services parapublics.

Par le biais de l’Association faîtière de l’industrie de la sécurité de protection (PSIA), les entreprises de sécurité privées ont déclaré qu’on leur devait 3 milliards de shillings (environ 30 millions de dollars) pour les services offerts avant et pendant la période Covid-19.

Citées par le journal, les entreprises, qui dépendent en grande partie du gouvernement pour leurs affaires, se sont plaints que les paiements avaient été retardés de plus de six mois.

En tête de liste des débiteurs se trouve le ministère des Sports, qui, selon PSIA, a une facture impayée de 25 millions de shillings (environ 250.000 dollars), accumulée sur neuf mois, pour les services de sécurité fournis à tous les stades de Nairobi, note le journal.

Au Ghana, +Daily Guide+ s’intéresse aux entretiens entre les présidents des parlements du Nigéria et du Ghana pour discuter des relations bilatérales, qui ont connu une tension économique.

Depuis la mi-août, le Nigeria accuse le Ghana de faire pression sur les commerçants nigérians établis à Accra, en leur demandant notamment de s’acquitter d’une taxe prohibitive d’un million de dollars, souligne le quotidien.

Son confrère, +Ghana Web+ rapporte que le Ghana Health Service (GHS) a annoncé qu’aucun cas positif de Covid-19 n’a été enregistré parmi les passagers arrivant à l’aéroport international de Kotoka (KIA) depuis sa réouverture.

En Afrique du Sud, +HeraldLive+ revient sur les difficultés de la compagnie nationale d’électricité sud-africaine (Eskom), faisant savoir que, selon le vice-président David Mabuza, le processus de restructuration d’Eskom prévu par le gouvernement ne devrait s’achever que d’ici 2022.

Dans son dernier discours sur l’état de la Nation, le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, avait annoncé qu’en vue de remédier aux déficiences de cette entité publique, elle sera dissociée en trois entreprises distinctes chargées de la production, de la distribution et du transport, explique le média.

De son côté, +Independent Online+ écrit que la dette totale d’Eskom s’est élevé à près de 500 milliards de rands jusqu’à mars dernier, notant que la compagnie a emprunté 32 milliards de rands durant l’exercice précédent pour couvrir ses dépenses d’investissement.

Selon le directeur financier de la compagnie, Calib Cassim, Eskom sera amenée à revoir à la hausse les prix de l’électricité d’environ 25% pour pourvoir faire face à ses difficultés financières.

Dans la même catégorie