GNA Government addressing all outstanding border issues with neighboring countries- President GNA Peace Fund launched to support the National Peace Council ANP Décès à l’hôpital de référence de Niamey du PDG de la Nigérienne de l’automobile AGP Koubia-CIVID-19 : Lancement de la compagne de vaccination accélérée contre le covid-19 GNA Ministry of Finance publishes sustainable financing framework GNA Strengthening health security will help Ghana achieve Universal Health Coverage GNA AU signs MOU with Africa Leadership Foundation GNA NCCI to hold Africa Private Sector Summit Series two in Accra INFORPRESS Presidential elections on Sunday will be followed by 140 international observers – CNE INFORPRESS President of the Republic classifies Armenio Vieira as “example” and “source of inspiration” to look for “new things”

LES RELIGIEUX PEUVENT AIDER À COMPRENDRE LE BIEN-FONDÉ DES VACCINS (IMAM)


  2 Septembre      30        Religion (857),

   

Dakar, 1 sept (APS) – Les leaders religieux peuvent aider les populations à comprendre le bien-fondé des vaccins contre la COVID-19 s’ils sont outillés et formés par les techniciens, a soutenu, mardi à Dakar, le président de l’Alliance des religieux pour la santé, la population et le développement, imam Moussé Fall.

‘’Le religieux qui est dans son rôle de (…) donner la bonne information, s’il est impliqué, orienté, s’il reçoit ce qu’il doit savoir comme information de la part des techniciens, il est plus outillé à délivrer un message qui puisse vraiment aider les populations à comprendre le bien-fondé du vaccin’’, a-t-il dit.

L’imam Fall intervenait à l’ouverture d’un atelier national des leaders religieux sur le bien-fondé des vaccins contre la COVID-19 pour une meilleure acceptation par les populations.

‘’Nous avons constaté qu’il y a beaucoup d’informations erronées autour du vaccin. Certains donnent leurs avis, mais ne sont pas assez outillés pour donner des réponses adéquates par rapport aux vaccins. En plus de cela, au Sénégal, nous vivons dans une forte religiosité et les populations sont ancrées dans leurs convictions religieuses’’, a-t-il ajouté.

Cela justifie selon lui la pertinence de cet atelier national qui a réuni près 25 leaders religieux.

Selon son président, l’Alliance des religieux pour la santé, la population et le développement, un regroupement de ‘’leaders religieux musulmans, chrétiens, coutumiers et traditionnels’’, est décidée à ‘’porter le flambeau’’ et à ‘’relayer le bon message et apporter des éléments de réponses par rapport aux détracteurs, par rapport à ceux qui appellent au boycott et à l’abandon du vaccin, parce qu’ils avancent des arguments qui ne sont pas fondés’’.

‘’C’est la raison pour laquelle, nous avons compris qu’on peut accepter les vaccins parce que les informations émanent des autorités, des voix autorisées à savoir les techniciens, qui nous prodiguent d’utiliser ces vaccins pour éviter les cas graves qui virent souvent au drame’’, a-t-il souligné.

‘’ Nous avons compris qu’on peut conserver sa foi, être ce que l’on est en tant que croyant et utiliser les vaccins. Les deux actes ne sont pas contradictoires. C’est pour cette raison que nous sommes là pour inciter les leaders religieux à travers un plan d’action national à faire passer le bon message, à communiquer dans un même langage, à faire en sorte que les populations qui sont des fidèles, puissent se faire vacciner à partir des informations qu’elles reçoivent des leaders religieux’’, a-t-il insisté.

Le docteur Ibou Guissé, formateur choisi pour cette session, juge ‘’ nécessaire de rencontrer les religieux pour leur donner les bonnes informations, c’est-à-dire les informations officielles sur la vaccination’’, d’autant qu’ils sont ‘’des relais importants parce que ce sont des chefs religieux et coutumiers qui sont écoutés auprès de leur communauté’’.

‘’Un seul imam fait une prêche un vendredi, il va toucher plus de 1000 personnes et toucher plus de 1000 familles’’, a fait valoir docteur Guissé, membre de l’équipe technique du Service national de l’éducation et de l’information pour la santé (SNEIPS) et représentant le ministère de la Santé et de l’Action sociale.

‘’Il ne faut pas relâcher, il faut continuer la mobilisation et fréquenter les centres de vaccination, parce que les vaccins continuent à être disponibles dans le pays. Les autorités vont faire les efforts pour rendre encore plus disponibles ces vaccins’’, a-t-il lancé

Il précise que le vaccin ‘’ne protège pas contre la Covid mais protège contre les formes graves de la Covid-19’’.

Plusieurs thèmes étaient au menu de cette rencontre, dont ceux portant sur ‘’les aspects techniques’’ des vaccins, les relations entre ‘’islam et prévention de la maladie’’, mais également ‘’la position de l’Eglise sur la prévention de la maladie’’, sans compter que ‘’quelques aspects socio-culturels sur la prévention de la maladie’’ ont été débattus durant cette journée.

Dans la même catégorie