MAP Dar Es Salaam: Décoration des membres du CPS de l’UA à l’occasion du 20ème anniversaire du Conseil, dont le Maroc ANP Le chef de l’Etat reçoit l’association des chefs traditionnels du Niger ANP La Communauté Universitaire de Diffa visite le centre numérique communautaire Shimodouram MAP Dar Es Salaam: Le CPS de l’UA réaffirme le respect de l’intégrité territoriale des États, la Primauté du Conseil de Sécurité de l’ONU et le lien Paix, Sécurité, Stabilité et Développement AIP Le ministre Laurent Tchagba très satisfait des retombées du Forum mondial de l’eau 2024 AIP La CGECI souhaite un développement de la coopération ivoiro-suisse à travers le secteur privé ANP Fin de la visite terrain du Ministre de la santé publique dans la région de Maradi MAP L’initiative atlantique de SM le Roi offre des « alternatives de croissance » au Sahel (think tank américain) AIP Le ministère de la Femme reçoit des équipements pour renforcer la lutte contre les violences basées sur le genre AIP Le ministre Adama Diawara échange avec ses homologues du Maroc et du Congo pour l’amélioration du système d’enseignement supérieur

Revue de la Presse quotidienne internationale africaine (RPQI-Afrique)


  26 Décembre      55        revue de presse (625),

 

Rabat, 26/12/2019 (MAP)- Le dialogue national au Sénégal et l’amendement de la Constitution au Kenya sont les principaux sujets traités par la presse africaine parue jeudi.

Au Sénégal, +Le Soleil+ rapporte que le chef de l’Etat Macky Sall procède, aujourd’hui, à l’installation des membres du comité de pilotage du dialogue national, rappelant que le président sénégalais avait présidé, le 28 mai dernier, l’ouverture du dialogue national en présence de plusieurs personnalités politiques, économiques, religieuses et de la société civile.

Au lendemain de sa réélection, le président Sall avait émis le souhait d’amorcer des discussions fructueuses entre les forces vives de la nation en lançant un appel à ses prédécesseurs Abdou Diouf et Abdoulaye Wade, écrit la publication, notant que le dialogue national va aborder des questions économiques, sociales et environnementales ainsi que celles de paix et de sécurité.

Dans la même veine, +L’AS+ croit savoir que l’installation du Comité de pilotage du dialogue national (CPDN) se fera sans la participation du Parti Démocratique Sénégalais (PDS/opposition), notant qu’en dépit des retrouvailles entre le président Macky Sall et son prédécesseur Abdoulaye Wade, les deux responsables libéraux Bara Gaye et Doudou Wade qui devaient représenter le PDS dans le CPDN ont décidé d’adopter la politique de la chaise vide.

Sur un autre registre, le journal, qui titre en Une « Paix des braves entre le chef de l’Etat et les agents de la SDE » rapporte que le président de la République a un peu arrondi les angles entre le gouvernement et les travailleurs de la Sénégalaise des Eaux (SDE) qui avaient été contraints d’arrêter leur grève par une réquisition.

D’ailleurs, poursuit le journal, il s’est engagé à abroger le fameux décret portant réquisition et a augmenté de 0,5 % la part des travailleurs dans le capital de la nouvelle société de droit sénégalais créée par Suez, ce qui porte à 8 pc les actions des travailleurs de la SDE.

Au Kenya, le journal « Daily Nation » rapporte que le chef du Mouvement Démocratique Orange (ODM), principal parti d’opposition au Kenya, Raila Odinga, a appelé les Kényans à engager, à partir de l’année prochaine, un débat sérieux autour du rapport de l’Initiative Building Bridges (BBI) sur l’amendement de la constitution.

S’exprimant mercredi à l’église Nyamira ACK à Bondo lors d’un service de Noël, le chef de l’ODM a déclaré que la naissance de l’initiative Building Bridges était une tentative des dirigeants du pays de répondre aux défis auxquels le Kenya est confronté.

« A partir de l’année prochaine, nous aurons un débat animé sur les recommandations de la BBI. Elles ne sont pas gravées dans le marbre. Nous serons ouverts à toute proposition afin que ce qui est mis en œuvre soit profitable à tous », a-t-il déclaré.

M. Odinga, qui a passé en revue les moments qui ont précédé sa poignée de main avec le président Uhuru Kenyatta, a souligné qu’il lui a fallu 19 heures de négociations dures pour convenir de mettre fin à l’impasse résultant des sondages contestés de 2017 qui avaient menacé de déchirer la nation.

 


A Djibouti, les médias locaux s’intéressent à la présence des agences onusiennes au pays, en soulignant que cela fait donc 40 ans que ces institutions opèrent en république de Djibouti, apportant un appui constant aux efforts du gouvernement visant à atteindre les objectifs de développement durable (ODD).

Pour commémorer cet anniversaire comme il se doit, une importante cérémonie a été organisée en étroite collaboration avec la Poste de Djibouti qui a lancé une série de timbres illustrant les 17 Objectifs de Développement Durable.

Le journal « La Nation » rappelle, à ce propos, que la première agence onusienne, qui n’est autre que le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), est arrivée sur le territoire national le 5 octobre 1979.

Quatre décennies plus tard, on dénombre pas moins de 14 agences onusiennes qui opèrent en permanence en république de Djibouti, ajoute la publication.

Au Rwanda, le quotidien +The New Times+ rapporte qu’un individu d’origine ougandaise âgé de 27 ans a été arrêté par la police rwandaise en flagrant délit de possession de plus de 400 grammes d’héroïne.

Rashid Mungenye, présenté mercredi devant les médias à Kigali, a été intercepté par la police près du poste frontalier de Gatuna, situé à la frontière rwando-ougandaise, détaille le journal, indiquant que le suspect travaille comme chauffeur de bus pour une société de transport régionale.

Citant le porte-parole de la police rwandaise, le journal écrit que la quasi-totalité des drogues fortes saisies au Rwanda proviennent de l’Ouganda voisine.

Le mis en cause a été placé en garde à vue à la disposition de l’enquête menée par le Bureau d’enquête du Rwanda (RIB) sous la supervision du parquet compétent pour déterminer les tenants et aboutissants de cette affaire et identifier ses liens éventuels à l’échelle régionale, ajoute la publication.

 


En RD Congo +Forum des As+ indique que « le secrétaire général de la Gécamines, Ngele Masudi, a démontré preuves à l’appui, étape par étape, devant des représentants d’ONG du secteur minier et des hommes des médias triés sur le volet, le caractère légal et régulier de la démarche de la Gécamines dans l’évolution du sulfureux dossier relatif au prêt de 200 millions d’euros contracté auprès de Fleurette Mumi Holdings ».

« S’agissant de l’affirmation faisant état d’une affaire de faux contrat entre Fleurette et Gécamines, ces acteurs de la société civile ont pu accéder à des documents et se sont rendu compte qu’il était vrai. Quant aux 128 millions d’euros qui seraient non encaissés par Gécamines, d’après une certaine opinion, le secrétaire général a brandi l’extrait de compte avec le Swift qui existe », rapporte l’auteur de l’article.

+L’Avenir+, s’appuyant sur Médecins Sans Frontière, indique que « depuis janvier 2019, plus de 288 000 personnes ont contracté la rougeole en République démocratique du Congo, et plus de 5 700 en sont morts », soulignant que cette épidémie qui a frappé dans presque 26 provinces congolaise est la conséquence d’ »une basse couverture vaccinale dans certaines régions du pays, la non accessibilité de vaccinateurs ou de structures de soins, les mauvaises conditions de conservation du vaccin (… ) et des difficultés logistiques à amener les vaccins jusqu’à leur destination finale”.

Dans la même catégorie