ANP Niger : Le gouvernement se penche sur le phénomène de la mendicité dans le pays ANP Le Président de la République nomme un nouveau président de l’Autorité de lutte contre la corruption au Niger ANP Niger : Les épreuves écrites de la session 2021 du baccalauréat, prévues pour le 27 juillet, reportées au 4 août prochain ANP Le Niger se dote d’une stratégie nationale de couverture sanitaire universelle pour la période 2021-2030 ACAP Ouverture à Bangui des travaux de la Table-ronde du secteur forestier ACAP Les Magistrats recommandent l’engagement systématique des poursuites disciplinaires à l’encontre des juges indélicats ACAP Le gouvernement condamne les exactions perpétrées près de Bossangoa ACAP Le Ministre de la Justice s’entretient avec l’Ambassadeur de France en Centrafrique GNA Government to establish girls STEM SHS in Accra GNA Murdered Constable Emmanuel Osei laid to rest

SECURITE AEROPORTUAIRE : FIN DE LA PHASE THEORIQUE DE LA FORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CONTREBANDE DE STUPEFIANTS PAR VOIE AERIENNE


  22 Juin      13        Securité (2061),

   

Lomé, 22 juin (ATOP) – La phase théorique de la formation sur la lutte contre la contrebande de stupéfiants par voie aérienne à l’intention de treize nouveaux agents de la Cellule aéroportuaire anti-trafics (CAAT) du Togo a pris fin le vendredi 18 juin à Lomé.
Organisée par l’Office des nations unies contre la drogue et le crime pour l’Afrique de l’ouest et du centre (ONUDC), en collaboration avec l’Agence nationale de l’aviation civile (ANAC), cette formation a permis d’outiller ces agents à mieux faire face au phénomène de trafic illicite de drogue ainsi que d’autres formes de menaces à la sécurité de l’Aéroport International Gnassingbé Eyadema de Lomé. La formation a permis d’augmenter la performance et l’efficacité de cette unité face aux défis de cette lutte, en évolution rapide.
Les travaux théoriques ont été consacrés au renforcement des capacités de ces agents sur la reconnaissance des drogues, l’évaluation des menaces, les techniques de ciblage et de profilage. Ils ont pris aussi en compte les bonnes pratiques à adopter en matière d’investigations post-saisies.
Le directeur général de l’ANAC, Col. Gnama Latta a indiqué que le réseau de bandes de criminelles constitue une menace préoccupante à laquelle il est important de trouver des solutions urgentes et durables. Il a ajouté que la sécurisation des aéroports des pays de l’Afrique de l’ouest devenus des points de départ et de transit aux trafiquants pour rejoindre les marchés de consommation en Europe et en Amérique, constitue un défi majeur qui ne pourra être relevé que par la collaboration internationale entre les différentes acteurs de répression. « Dans ce contexte, il nous semble important que les douaniers puissent être à nouveau inclus dans la CAAT-Togo, conformément à la mise en œuvre du projet de communication de l’ONUDC appelé AIRCOP et suivant les engagements des autorités togolaises. Cela constituerait une valeur ajoutée en matière d’analyse des risques et de contrôle du fret et des envois postaux, intégrant des policiers et gendarmes déjà affectés à la CAAT », a souhaité le directeur.
L’expert en application de la loi et directeur du bureau régional de l’ONDC à Dakar, Thierry Thimon a rappelé que le projet de communication aéroportuaire AIRCOP consiste en particulier à établir dans les aéroports internationaux des CAAT pour échanger en temps réel des informations opérationnelles sur les trafics illicites. Il vise également à faciliter la coordination entre les pays d’origine, de transit et de destination, afin d’affaiblir durablement les flux illicites transfrontaliers et les réseaux criminels, a ajouté l’expert.
AIRCOP est mise en œuvre par l’ONUDC, en partenariat avec l’organisation mondiale des douanes et INTERPOL. Il est financé par l’Union européenne (UE), la France, les Pays Bas, ainsi que plusieurs autres pays.

Dans la même catégorie