ANG Cooperação/ Embaixador de Cuba satisfeito com condecoração da Brigada Médica Cubana ACP Kasaï central : meurtre de deux experts de l’ONU : un fugitif présenté à la cour militaire du Kasaï Occidental ACP Ouverture des plis de l’opération de distribution des colis de fin d’année en faveur des agents publics et des institutions MAP La CEA-ONU accueille la 6eme réunion virtuelle de l’ONU sur la gestion mondiale de l’information géospatiale pour l’Afrique MAP Ouverture de la 210ème session du Conseil Exécutif de l’Unesco avec la participation du Maroc MAP Le Maroc soutient la candidature d’Audrey Azoulay pour un second mandat à la tête de l’Unesco AIP Côte d’Ivoire-AIP/ Le Conseil du Café-Cacao et Ghana Cocoa Board suspendent « toute collaboration » avec l’association des chocolatiers américains ANP Elections générales 2020-2021 : L’ordre de passage des partis politiques dans les medias est désormais connu ACI Congo : Adoption d’une feuille de route pour l’accélération de l’opérationnalisation du Fonds Bleu ACI Congo : 13 milliards de Fcfa mobilisés pour lutter contre les érosions à Nkayi et à Owando

La 5G pourrait générer jusqu’à 31 trillions de dollars pour le secteur des TIC d’ici 2030 (Rapport)


  18 Novembre      5        Science (264),

   

Abidjan, 18 nov 2020 (AIP) – Le marché de la 5G grand public pourrait représenter 31 trillions de dollars (31 milliards de milliards) d’ici 2030 à l’échelle mondiale, selon le nouveau rapport « Harnessing the 5G Consumer Potential » du ConsumerLab d’Ericsson.

D’après ce rapport, les fournisseurs de services de communication (CSP) pourraient gagner 3,7 milliards de dollars sur ce total, un chiffre qui pourrait encore augmenter avec l’arrivée de nouvelles opportunités de services numériques liés.

Le rapport estime également que les fournisseurs de services de communication pourraient générer jusqu’à 131 milliards de dollars d’ici 2030 à partir des seuls revenus des services numériques, en « bundlant » de manière proactive des cas d’usage 5G. Environ 40 % de ces estimations de revenus sont attribuées aux dépenses des consommateurs en matière de vidéo améliorée, de réalité augmentée (RA), de réalité virtuelle (RV) et de cloud gaming sur des réseaux 5G.

La RA devrait représenter plus de la moitié des dépenses des consommateurs en matière de médias immersifs d’ici 2030 en commençant par les jeux et en s’étendant à d’autres domaines comme le shopping, l’éducation et la productivité.

Les principales conclusions portent également sur l’impact de la COVID-19, soulignant la manière dont la pandémie a affecté la volonté des consommateurs de payer un supplément pour les abonnements 5G. Début 2019, le consommateur était prêt à payer en moyenne 20 % de plus pour un abonnement 5G. A la fin de l’année, ce chiffre est tombé à 10 %. Cependant, un tiers des primo-adoptants dans le monde sont toujours prêts à payer 20 % de plus. Selon le rapport, un tel niveau pourrait contribuer à la reprise économique.

Le rapport prévoit également qu’en encourageant de manière proactive l’adoption de la 5G par les consommateurs, les fournisseurs de services de communication pourraient gagner 34 % de revenu moyen supplémentaire par utilisateur 5G (ARPU) d’ici 2030. Cela pourrait porter les revenus grand public à un taux de croissance annuel composé (TCAC) de 2,7 % comparé à des revenus stables à 0,03 % en adoptant une démarche passive sur la période.

Selon ce rapport, des technologies telles que « edge computing » et « network slicing » aideront les fournisseurs de services à assurer des revenus 5G auprès du grand public. Ces revenus pourraient provenir de services numériques de base, comme le cloud gaming et les applications de réalité augmentée, ou de services numériques complémentaires, comme la connectivité à l’intérieur d’un véhicule et les dispositifs de sécurité associés.

En mai 2019, le ConsumerLab d’Ericsson a publié un rapport qui a mesuré l’intérêt des consommateurs pour plus de 30 cas d’usage et leur volonté de payer pour ces services. Le nouveau rapport 5G sur le potentiel auprès du grand public s’appuie sur ces informations par le biais d’estimations sur le potentiel commercial, tant pour les fournisseurs de services que pour l’écosystème des TIC dans son ensemble.

Dans la même catégorie